Articles

Affichage des articles du 2020

Un peu beaucoup

Image
Après C'est MON arbre, Olivier Tallec récidive et je me demande si je ne préfère pas ce "Un peu beaucoup" ! Un titre drôlement bien trouvé !
Il a des airs du Scrat de l'Age de glace cet écureuil ! C'est fragile un arbre, il faut en prendre soin. Ce refrain contraste avec le comportement de cet écureuil, qui veut amasser à tout prix, en dépouillant l'arbre de  tous ses atours. Se donnant bonne conscience,  puisque l'abondance semble toujours là et qu'il peut toujours ponctionner à loisir sans se préoccuper de l'aspect de cet arbre qui n'en devient plus un. Les expressions et les postures de cet écureuil sont irrésistibles et ajoutent au comique de situation. Il y a des airs évidents avec la société de consommation actuelle : une surenchère perpétuelle, une insatisfaction chronique, un égoïsme phénoménal, un affairisme avide, une spirale sans fin...
Et là appliqué à la nature, je trouve que l'impact est encore plus grand vu ce qui se passe actu…

Belladonna

Image
Il sort aujourd'hui ce premier roman de la toute nouvelle maison d'édition de Jennifer Dalrymple : Sylva Gaia collection.Premier roman mais surtout le premier titre de la série Le Hibou des Abruzzes.Bien que destiné aux adultes, je me suis dit en le lisant qu'il pourrait très bien convenir aux ados.Le lecteur est emmené en Italie, que l'autrice connait bien pour y avoir vécu un certain temps : mélange d'enquête, de sorcellerie traditionnelle,  de comédie, on y croise un vieux sorcier Il Guffo, le Hibou, dont la médecine traditionnelle n'a pas de secret.C'est son neveu Lucignolo qui vient lui rendre visite et il ne s'attendait pas du tout à devoir démêler les fils d'un crime dont son oncle est accusé à tort, il en est convaincu. Entre querelles, superstitions, jalousies, secrets enfouis, et truies à adopter, il ne va pas chômer !
Ce que j'ai beaucoup aimé, c'est le rythme de l'histoire et surtout sa modernité. Sa langue aussi, très musica…

Mon île

Image
Avisez ce bleu lumineux ! Quand on ouvre cet album, c'est d'abord la profondeur des couleurs qui émerveillent.  Un bateau est emporté dans la tourmente. Les naufragés se réfugient sur une île quelque peu mouvante. Ils s'y sentent vite comme chez eux.Le lecteur voit cet œil de tortue qui veille sous l'eau ceux qui s'agitent sur sa carapace à l'air libre. C'est alors le début d'un autre voyage : celui de la grandeur de l'océan, de ses merveilles, de ses dangers aussi, de son incroyable diversité.Mais les humains retrouvent la terre ferme avec cette promesse à leur protectrice : celle de la protéger à leur tour.Cet album est sublime : peu de texte, mais qui pose l'essentiel. Devant les tableaux des illustrations, il n'en faut pas plus. Car le lecteur est littéralement immergé dans cet océan, avec ce double regard privilégié : dessus et dessous. Vraiment une très belle cohérence, un beau message pour sensibiliser à la beauté de la nature, sans mo…

La course

Image
Mais ils vont où tous comme ça ? 
Qu'il est gai cet album, je le trouve particulièrement réussi.
Toute une ribambelle d'animaux semble se diriger...ou pas.... vers le même endroit. 
Certains ont l'âge, les autres devront attendre encore un peu.   Ils ont tous leurs raisons : hirondelles, chats, corbeaux, guépards, hérissons, pandas,...Oui tout ça, tous ensemble, comme si les frontières entre espèces avaient été affranchies.  Une façon de montrer l'universalité de la prise d'autonomie sous la protection encore proche des parents. 
Une joie communicative émane de cet album coloré, une légèreté aussi pour dédramatiser ce passage quand on a l'âge ! 
Je me réjouis de le lire à plusieurs voix pour en restituer toute la gaieté et le dynamisme.
Chouette course !
La course Malika Doray  loulou & Cie

D.O.G

Image
Une couverture sublime signée Tom Haugomat,  avec un air d'Alice au pays des merveilles, voici un roman à 4 mains terrifiant !
Nathalie Bernard, avec Frédéric Portalet, reviennent avec leur héroïne lieutenant-détective Valérie Lavigne. 
Et j'ai adoré !
Plus apaisée, elle retrouve son coéquipier Gautier Saint- James avec un plaisir non dissimulé. Sauf que cette nouvelle enquête va réveiller ses douloureux souvenirs (voir Sept jours pour survivre et Keep hope) ,  ce qui la rend terriblement fragile.
Le moins qu'on puisse dire est qu'une fois encore on joue avec les nerfs du lecteur ! Une histoire vraiment bien ficelée : celle de trois ados disparus avec un point commun, ces trois lettres D.O.G.  et une appétence aux jeux vidéo. Un focus est fait sur une des adolescentes disparue et franchement, j'ai bien tremblé pour elle, je l'ai avertie intérieurement de ne pas y aller dans ce souterrain ! 
La construction joue donc sur plusieurs plans comme toujours et c'est ad…

L'anguille

Image
Je le dis d'emblée : j'ai adoré ce roman ! Je n'ai pourtant pas lu sa version en littérature "vieillesse" (mais ça ne va pas tarder) : Murène chez Actes Sud.L'anguille est donc la version pour le public jeunesse chez Thierry Magnier.
Halis et Camille. Le premier, 13 ans, lourd dans son corps, complexé et moqué des autres. La seconde, Camille, 12 ans, en situation de handicap, née sans bras et qui arrive dans ce nouveau collège suite à un déménagement. Elle est regardée comme une bête curieuse. Chacun s'observe.
Ce qui est intéressant dans ce roman, c'est la métamorphose : celle d'Halis qui finit par s'accepter grâce à Camille et celle de Camille , dans une moindre mesure mais tout de même car ce changement dans sa vie l'oblige une fois encore à s'adapter et elle le fait d'une façon si naturelle !
J'ai beaucoup aimé les voix intérieures de ces personnages, celles qui disent tout bas ses ressentis, ses doutes, ses espoirs.
C'est …

Alma : le vent se lève

Image
Je continue avec mes lectures de vacances avec ce deuxième roman et pas n'importe lequel ! Acheté en juin dès sa sortie, j'ai attendu avant de l'ouvrir, désirant choisir le moment propice pour le savourer, et c'est en Bretagne que je l'ai lu et c'était parfait...
Déjà, sa couverture illustrée par le très fidèle François Place, laisse entrevoir une myriade d'aventures, avec ces bateaux, ces flibustiers, et cette fille tirant à l'arc avec une détermination farouche, et dont le prénom en lettres rouges tranche avec ce vert à l'ancienne : ALMA : le vent  se lève.
Timothée de Fombelle est un peintre des mots : dès les première lignes de ce roman, il emporte son lecteur dans son imaginaire. Une écriture poétique et précise comme toujours. Une maitrise qui atteint là le sommet. J'ai relu plusieurs fois ce premier chapitre tant pour moi il condense l'enfance dans ce qu'elle a de plus beau et il renferme  déjà tous les enjeux de cette histoire.
Une h…

L'incroyable voyage de Coyote Sunrise

Image
Je sais, c'est la semaine de rentrée mais j'ai envie de faire durer les vacances avec ce roman que j'ai lu début août.
Et quel roman ! 
J'ai vraiment beaucoup, beaucoup aimé malgré sa tristesse qui affleure car ce qui en ressort d'abord, c'est une incroyable énergie !
Nul envie d'en faire un résumé ici mais d'en retirer son essentiel : il y a mille façons de faire son deuil (j'avoue ne pas trop aimer cette expression). Coyote (jeune fille de 12 ans) et son père sont à des années lumière dans ce domaine. Mais une boîte va les réunir grâce à l'obstination de cette jeune fille carrément SOLAIRE.
Le titre ne triche pas : c'est bien un incroyable voyage qui emporte le lecteur dans un tourbillon d'émotions allant de la joie aux larmes.
Une multitude de personnages émaillent ce voyage, tous cabossés, tous ayant besoin d'une parenthèse et y a pas à dire mais Coyote et son père, dans leur bus aménagé, savent y faire pour capter l'humain chez …

Poèmes à murmurer à l'oreille des bébés (de 9 secondes à 9 mois et au-delà...)

Image
Commencer cette semaine de rentrée en douceur avec ce petit livre grand par sa tendresse. 
Rien que le titre donne déjà envie de murmurer et le contenu de sa parenthèse offre un infini de possibles. C'est un livre numéroté, emballé dans une pochette kraft toute sobre, entièrement fait à la main par les éditions les Venterniers et cela ajoute encore à sa rareté.
Et ce qui est proposé là oui, est rare. Au sens noble du terme. Le mot qui me vient à l'esprit est : exceptionnel.
A l'intérieur, dans ces pages épaisses si agréables à tourner et à toucher, éclosent des poèmes de Marcella, illustrés divinement bien par Marie Poirier.

Des mots simples, de tous les jours, doux comme la peau, qui disent l'amour charnel et invisible entre le tout-petit et l'adulte. 
Le plus, c'est la sophrologie alliée à la poésie : une invitation à prendre conscience de son corps et de ses sens dans un écrin de couleurs douces et de mots choisis qui font écho à la vie tout simplement. 

Je suis pa…

Blog en vacances....

Image
Voici le temps des vacances et une PAL soigneusement concoctée...que j'ai déjà attaqué et j'en ai même rajouté ! Le blog va sommeiller durant ce mois d'août et reprendre à la rentrée.
Bonnes vacances, bel été et belles lectures !

Le cercueil à roulettes

Image
On pourrait croire que ce roman est d'une tristesse sans fond. Oui, d'un certain côté, il l'est. Perdre sa maman d'une longue maladie à 15 ans, non, on ne le souhaite à personne.
Gabriel, confié à la sœur de sa maman Myriam, est plein de colère. De silence aussi. Mais il ne peut accepter que sa maman soit enterrée à côté de son père qui les a abandonnés. C'est pourtant son souhait et il le refuse. Germe alors en lui une idée folle : celle du cercueil à roulettes. A travers ce road-trip, il veut rendre hommage à la fantaisie de sa maman en lui trouvant un endroit où reposer qui soit digne de ce qu'elle lui a transmis.
Outch ! Qu'il est beau ce roman ! Alexandre Chardin, une fois de plus, montre toute l'étendue de sa sensiblité à la fois dans l'écriture mais aussi dans sa façon d'aborder l'être humain.
Car Gabriel va faire des rencontres : des mauvaises (mais pas trop finalement) mais surtout des magnifiques, des surprenantes, des qui vous to…

De ville en ville

Image
J'avoue avoir toujours eu un faible pour les albums dont les pages s'ouvrent par le haut (album paysage). Je trouve que leur narration est différente et ouvre d'autres perspectives.
Ce format ne pouvait pas mieux correspondre à cette balade poétique de ville en ville.
Mais des villes un peu bizarres, sens dessus-dessous !
Plein de choses à observer, des personnages  hauts en couleurs, et à chaque page un autre fil à retrouver : le narrateur !
Au début, j'ai été un peu désarçonnée par la proposition : j'ai eu un peu de mal à entrer dans la narration tant j'ai été happée par la force des illustrations dont la superposition des éléments n'est nullement altérée par l'impression papier. Dès qu'on tourne la page, le texte se retrouve en haut du coup et l'illustration vous saute au visage : des couleurs, des univers entiers où s'immerger avec un sentiment de fantastique onirique qui se dégage.

Et puis, j'ai relu le texte deux, trois fois : très imag…

N.E.O : tome 1 : La chute du soleil de fer

Image
Je n'ai jamais lu de Michel Bussi dans "l'autre" littérature et pourtant, il a beaucoup de succès en médiathèques !
Michel Bussi fait une première incursion en littérature ado et j'ai eu la chance de pouvoir lire le premier tome en avant-première puisqu'il sort le 1er octobre prochain (Merci Com.j !).
Et j'ai ADORE ! 
L'auteur renouvelle avantageusement le genre de la dystopie !
Dans un monde où les adultes ont disparu à cause d'une catastrophe, deux bandes d'enfants survivent :  ceux du château et ceux du tipi. Mais une maladie survient qui met en péril ce fragile équilibre. La confrontation entre les deux clans est-elle inévitable ? Se rejetant la responsabilité de cette épidémie, les enfants sauront-ils dépasser leurs différences ?
Voici une histoire haletante, qui transporte le lecteur dans une capitale bien connue : les personnages sont si réellement vivants ! Le fait de transposer la fin de l'humanité et le début d'une autre ère aux m…

Le goût du baiser

Image
C'est une collection que j'avais envie de découvrir depuis longtemps et ce roman est arrivé dans ma boîte aux lettres grâce au Green Swap organisé par le blog collectif A l'Ombre du Grand Arbre dont je fais partie, et ce par l'entremise d'une nouvelle recrue : LIRALOIN. C'est un véritable Hot Swap que j'ai reçu !
Une collection "L'Ardeur" qui ose aborder la sexualité, le désir et le fantasme à une période où le corps adolescent se métamorphose et s'ouvre aux sens.
Dans le Goût du baiser, Camille Emmanuelle a réussi un double objectif : celui de parler des sens en l'absence de deux d'entre eux et l'éveil à la sensualité et à l'acte sexuel.
Aurore, en première, a perdu le goût et l'odorat à la suite d'un bête accident de vélo. Elle cache ce handicap invisible mais sent bien qu'il va lui pourrir la vie, surtout quand Antoine, un garçon sur lequel elle fantasme, s’intéresse enfin à elle. Mais il y a des rencontres qu&#…

Deux fleurs en hiver

Image
Il y a des rencontres qui sont comme des évidences. D'un côté Capucine qui a décidé de faire son stage d'aide-soignante en Ehpad. Elle espère y confirmer sa vocation...ou pas. Signe particulier de  Capucine : elle change de couleur de perruque selon son humeur et elle assume. Y aurait-il un secret derrière ? Et de l'autre Violette, qui arrive à l'Ehpad, déboussolée dans ses habitudes, sans son chat, avec l'impression que son fils la case là pour être tranquille, même si elle comprend qu'il se fait du souci pour elle.
Leur rencontre, au fil des jours, va sceller un lien humain puissant entre elles, que les années séparent pourtant mais que la sensibilité rejoint. Elles vont s'épauler, se confier, se faire grandir. Et emmener les autres dans leur ronde.
Un roman splendide ! 
Delphine Pessin a su y insuffler un véritable vent d'humanité sans pour autant occulter les soucis des uns et des autres : le handicap, la maladie, la vieillesse, la peur de la solitude, le…

Il est encore temps !

Image
Dans ce roman, Jean-Philippe Blondel s'empare d'un sujet d'actualité : celui du changement climatique. Mais il le fait à travers un récit engagé et d'une prise de conscience de la jeunesse.
Son héroïne, Lou, lycéenne sans histoires, plutôt discrète.  C'est à la fin de son année de troisième que ça a commencé.  Un malaise diffus qui s'est transformé en une véritable angoisse.
"A quoi bon ?" Ces trois mots. Oui, à quoi bon poursuivre ses études si c'est pour vivre dans un monde étouffant, où l'être humain va griller sur ses deux jambes et disparaître. Carrément ! Lou a cette conscience-là, très vive et ça s'appelle la peur de l'avenir. Et puis dans sa petite ville de Province, c'est mort déjà.
C'est sa rencontre avec une vidéo de Greta Thunberg au lycée qui va tout déclencher. Elle s'aperçoit qu'elle n'est plus seule. Que d'autres jeunes dans le monde agissent. Elle va se mettre en tête avec deux camarades d'organis…

Allers-Retours

Image
Voici un album sans texte d'une force incroyable : la migration vue de celui qui fait le trajet, se faisant tout petit, portant le strict minimum avec lui, le peu qui lui reste de sa vie. Un chemin labyrinthique l'attend, une longue marche faite de portes fermées, dérobées, mais surtout d'indifférence absolue et de déni de son humanité.
Ce chemin-là est très bien rendu dans la succession d'images  : le lecteur y étouffe lui aussi, n'en voit pas la sortie mais en fait, il n'y en a pas. C'est un éternel recommencement. Le refoulement et la conduite au point de départ et toujours reprendre la route.

Il s'agit du premier album de Nina le Comte et franchement, quelle réussite dans cette narration ! La douceur et la profondeur des coloris tranchent avec la ténacité et le désespoir de cette marche sans fin et sans issue. Le titre au pluriel dit bien ce qui se joue.
Trouver une terre d'accueil est un parcours du combattant. Pourquoi rendons-nous cela encore po…

Le grand lit de Léon

Image
C'est toujours une étape importante dans la vie d'un petit que de troquer son petit lit pour un grand ! Quelle fête pour Léon !
Mais ça se complique un peu quand ça se passe dans une fratrie : le petit frère Marcel hérite lui du petit lit de Léon et la jalousie n'est pas loin de montrer le bout de son nez....Quand on trouve que grandir, ça ne va pas assez vite, c'est dur !
Sauf que l'arrivée de la nuit va quelque peu changer la donne : c'est grand un grand lit et c'est trop petit un petit lit ! Les deux frères vont alors trouver une solution qui va très  bien leur convenir....
J'aime le regard toujours juste d'Emile Jadoul sur le quotidien des petits.  
C'est tendre et doux, y compris dans les coloris et les illustrations : il arrive à mettre du relief sur des dessins à plat. Comme c'est ingénieux ce procédé de montrer les deux chambres des deux pingouins en vis-à-vis sur chaque page ! Le va-et-vient des yeux sur ce qui s'y joue donne parfait…

A coeur ouvert

Image
Avisez cette magnifique couverture signée Germain Barthélémy !
Quelques indices : un corbeau, une caravane, des flots tempétueux, un vieil homme et un enfant....
Quand on entre dans cette lecture, on découvre un roman d'aventures à plusieurs voix et quatre mains pour l'écrire : Marie-France Zérolo et Elisabeth Benoit-Morelli (il se trouve que je la connais, elle a fait partie du blog collectif A l'Ombre du Grand Arbre, elle a une plume épatante sur son blog Le Cabas de Za, alors, c'est avec émotion que j'ai abordé cette lecture !).
J'aime assez ce procédé de construction : l'histoire se monte peu à peu avec les personnages, le lecteur a alors une place privilégiée, presque le don d'ubiquité.
Dans cette histoire, c'est un corbeau un peu bavard qui fait le lien : car oui, il parle ! 
Il y a Boris, le vieux monsieur qui en pince pour sa voisine Jeanne, Chilpéric un jeune garçon bavard lui aussi et un peu aventureux et les habitants de la caravane, assez éni…

Le chant du phare

Image
Mais que pouvait bien attendre ce gardien de phare quelque peu farfelu ? Un phare sans mer, construit en pleine lande dans la Creuse, par son gardien imperturbable.
Les commérages des villageois le taxant de fou et de dérangé. A vrai dire, le lecteur s'interroge aussi mais il perçoit autre chose entre les lignes...
Mais il est des souffrances qu'il faut affronter de plein fouet, comme une tempête. 

Car un phare donne le cap, éclaire dans la nuit les naufragés. 

Mais il est des naufragés qui s'y réfugient pour se donner leur propre cap.
Voici un album d'Alizée Montois qui aborde le deuil d'une façon pour le moins inattendue. 
Mais belle et aussi triste.
Les coloris employés, du noir, du gris, du vert olive et une touche de bleu apportent une réelle unité. Du symbolisme aussi à décrypter.
La fin m'a cueillie, y compris lors de mes lectures suivantes. Je ne la dévoilerai pas ici. Car il est des souffrances qui vous engloutissent tout entier ou vous libèrent. Et la force de …

Sauve-toi Elie !

Image
On est parti sans fermer à clé. Maman pleurait. 
C'est un récit bouleversant que nous donne à lire Elisabeth Brami dans cet album édité avec soin par les Editions Courtes et longues.
Elie, petit garçon juif de tout juste 8 ans, relate à la 1ère personne le départ précipité de son appartement parisien pour la campagne, où il devient Emile. Ses parents le laissent chez des fermiers pour le sauver mais il ne le sait pas encore. Il y a le changement de vie, la tendresse envolée, le regard dur de ces gens payés pour le garder, et puis surtout il est le témoin bien involontaire de la rafle des enfants de la Maison d'Izieu le 6 avril 1944.
Il y a dans ces pages l'innocence de l'enfance, les chagrins, la solitude, le sentiment d'abandon,  les incompréhensions mais aussi ce sentiment de vivre des évènements graves qui dépassent tout entendement.
Le texte, très juste, nous met dans le regard de ce jeune garçon, forcé malgré lui de grandir bien trop vite. Force de témoignage, il a…

Prix Sorcières 2020

Image
C'est toujours avec plaisir que je découvre les lauréats du prix Sorcières . Cette année, ils ont été annoncés en mode déconfinement le 2 juin dernier. Petit rappel : ce prix est organisé conjointement par l'Association des librairies spécialisées pour la jeunesse (ASLJ) et par l'Association des bibliothécaires de France (ABF).
Et les lauréats sont : (Cliquez sur les liens pour accéder à mes chroniques) 
Carrément beau mini
Les choses qui s'en vont, de Beatrice Alemagna, Hélium


Carrément beau maxi
Cap !, de Loren Capelli, Éditions courtes et longues


Carrément passionnant mini

L'arrêt du cœur, ou comment Simon découvrit l'amour dans une cuisine, d'Agnès Debacker et Anaïs Brunet, Éditions MeMo

Carrément passionnant maxi

L'estrange malaventure de Mirella, de Flore Vesco, l'école des loisirs


Carrément sorcières fiction

Le dernier roi des loups, l'histoire vraie de Lobo le loup et d'Ernest Thompson le chasseur, de William Grill, traduit par Emmanuelle Beulque…

Jusqu'ici tout va bien

Image
J'avoue que ce titre m'a un peu "perturbée" pour avoir beaucoup aimé un autre roman du même titre à une virgule près.
J'aime l'écriture de Marie Colot : juste, concise, efficace.
Ce récit lui permet aisément de mettre à profit toutes ces qualités. Mais je trouve que ce récit la hisse à un autre niveau.
Elle fait entrer le lecteur dans la tête d'un jeune délinquant de 15 ans vivant dans une cité avec son lot de petits trafics (surtout de drogue et de vols à la tire).
24h : c'est le temps qu'il lui faut pour raconter cette journée remplie de péripéties en cascade. Il faut dire que Jozef n'en manque pas une !  Le lecteur suit ses déboires, ses questions-réponses, sa souffrance, ses élans, sa tendresse aussi, ses calculs, ses misères, les pièges qu'il s'est parfois tendu lui-même. Il en rit parfois, a envie de lui dire "stop !", devient grave souvent. Et puis surtout, on découvre grandeur nature la vie dans la cité : violence, sexism…