Articles

Affichage des articles du octobre, 2019

La croisière d'Amanda Coeur

Image
Elle sait se renouveler Fanny Ducassé !
Cet album au charme rétro embarque le lecteur dans une enquête qui démarre dans une fête foraine et se termine à bord d'un bateau.
En compagnie de son lézard vert Séverin, Amanda Coeur suit son idée, observe le moindre détail, enquête, et déduit comme tout détective qui se respecte.

Cet album est surprenant : foisonnant, décalé, il oblige celui qui lit à se laisser emporter par les mille détails des illustrations, par la galerie des personnages très étonnants, on se croirait dans un Agatha Christie sauf qu'il y a les images avec. 
La mise en page, la scénarisation des illustrations, leurs couleurs, leur précision apportent indéniablement un plus à cette histoire presque sans queue ni tête, entre rêve et réalité, manège et imaginaire.
On en ressort à la fois troublé et enchanté.
La croisière d'Amanda Coeur Fanny Ducassé Thierry Magnier

226 bébés

Image
Oui, il y a bien 226 bébés baveux dans ce nouveau roman de Flore Vesco ! Et je me demande où elle va chercher tout ça. Je vous rassure, ils sont finalement bien attachants ces bébés.
Ce n'est pourtant pas tout de suite l'avis de Chrysostome, dit Bert, qui pensait se la couler douce dans sa maison maintenant qu'il est à la retraite. Car il se retrouve face à une invasion de bébés lâchés dans son jardin par les cigognes. Qu'à cela ne tienne, il embarque tout ce beau monde dans sa charrette et part à l’aventure avec l'intention de les refourguer. Question aventures, il va être servi ! Au fil des chapitres dont les intitulés sont à se tordre de rire, avec ces bébés numérotés, il va bien s'attendrir et se sentir fort utile. 
Flore Vesco n'a pas son pareil pour mêler humour et contes car oui, ce roman s'appuie aussi sur la re-découverte des contes à sa sauce, avec un nombre incalculable de synonymes au mot bébé. 
Fidèle à sa pratique, la fin du livre regorge de pe…

La brodeuse d'histoires

Image
Le grain de couverture de cet album met déjà dans le ton de sa finesse. C'est  doux et en même temps les rainures sont comme des fils fins qu'on sent sous ses doigts.

Et la délicatesse continue au fil des pages : dans les mots d'abord si bien choisis et dans les illustrations, traits gris au crayon et du bleu, comme la bobine de fil qui se dévide.

C'est l'histoire d'une rencontre : une petite fille vient d'emménager dans un immeuble. Des cartons surgissent beaucoup de livres. On sent qu'ils font partie de sa vie. Pleine de curiosité et de spontanéité, elle est attirée par une porte entrouverte au rez-de-chaussée et en effet, c'est comme si elle était attendue là depuis longtemps. Elle fait la connaissance de Lucia, une vieille dame qui brode, cuisine, partage, accueille, raconte, écoute.


Lucia brodait les histoires par cœur, sans perdre le fil...Et cela me faisait rêver !
Entre elles va très vite se tisser une autre histoire : celle de la pudeur de déco…

Petit garçon

Image
C'est à travers 10 petites histoires (d'ailleurs, c'est une précision du titre, que je n'ai pas vue de suite) que Francesco Pittau déroule le fil de l'enfance de ce petit garçon, tel qu'il est désigné par sa maman et son papa.
Le lecteur entre de plain-pied dans cet univers d'imaginaire, de jeux, de peurs, d'émerveillement, de spontanéité toute enfantine.
J'avoue avoir eu du mal à quitter chaque histoire, malgré le fait que certaines soient plus longues. J'y ai vu des allusions à des références connues et revisitées de manière originale. Puis, j'ai pris ce rythme de lecture au fil des évènements du quotidien. J'ai beaucoup souri durant cette lecture tant elle est touchante et belle. Malgré sa petitesse de petit garçon, il s'impose, il trace sa route, il vit sa vie.
La dernière histoire, très métaphorique, constitue le point d'orgue et le lecteur se dit que finalement, il y a comme une progression. C'est que grandir n'est pas…

DES HAÏKUS plein les poches

Image
Ce livre m'accompagne depuis une dizaine de jours chaque soir comme un rendez-vous entre lui et moi. Je viens de le terminer mais j'ai envie de dire que c'est un commencement.
Thierry Cazals emporte son lecteur en promenade à travers 17 chapitres, comme les 17 syllabes qui composent un haïku. Maître du genre, il partage ici 20 ans d'ateliers avec les enfants des écoles et bibliothèques qu'il initie avec passion à cet art de la poésie. En même temps, il emmène le lecteur à la découverte des plus grands auteurs japonais du genre.
Sous la forme d'une histoire avec deux enfants où il se met lui-même en jeu, dans le plus grand dépouillement, à l'écoute de la nature, cette plongée magnifique dans la philosophie de cette forme brève de poésie invite à écouter ses sensations, à observer son environnement, à aller à l'essentiel.
Les illustrations de Julie Van Wezemael sont d'une beauté et d'une pureté incroyables et toujours elles éclairent à point nommé l…

Je suis moi

Image
Il est d'une si belle gaieté cet album cartonné ! 
Je suis moi célèbre la venue au monde de tout-petit mais cette naissance est replacée dans sa découverte du monde et des autres : le végétal , le minéral, l'animal. Il aurait pu être l'un d'entre eux : un insecte , un nuage, un chat, une fleur mais il se trouve qu'il est un petit homme et il est prêt à être lui.
Les illustrations toutes en rondeur et aux coloris chauds de Stéphanie Marchal célèbrent magnifiquement le message de Thierry Lenain : elles apportent ce qu'il faut de tendresse à ce propos dynamique et plein de tolérance. 
C'est un album parfait à lire à tout-petit dès la naissance pour dire Bienvenue au monde, faire résonner ces sonorités de sa voix de parents, pour se rassurer aussi sur cet accompagnement de toute une vie à-venir.
Un album comme un soleil !  (Et j'aime qu'il soit en compagnie des Félines cette semaine).

Il existe aussi en Kamishibaï chez Callicéphale
Je suis moi Thierry Lenain …

Félines

Image
Un roman de Stéphane Servant est toujours attendu pour ma part et quel choc que celui-ci !
Félines, c'est la voix de Louise qui apporte son témoignage à l'écrivain, lui-même père d'une Féline. Cette mise en abyme donne une réelle crédibilité à cette histoire de Mutation qui affecte les jeunes filles, et pas les garçons. Elles deviennent poilues, aux sens aiguisés. Imaginez le choc pour elles d'abord alors que l'image inculquée doit être celles de filles soumises, lisses et belles. Imaginez le choc pour leurs familles qui réagissent différemment en fonction de leur culture. Imaginez le choc pour la société qui bientôt va se diviser, emportée par des propos et des comportements plus que fanatiques et populistes.
Stéphane Servant change de registre d'écriture dans ce roman revendicateur, engagé, et porte magnifiquement la voix des filles. Il passe également en revue des sujets de société contemporains, fait référence à des évènements historiques, met en perspective …