Articles

Arthur et les gens très pressés

Image
Plus d'un mois que la rentrée est passée, les prochaines vacances scolaires qui se profilent déjà, on se dit qu'on va pouvoir souffler un peu ? Car le rythme trépidant de la vie moderne reprend très vite le dessus malgré nos bonnes intentions.

Cet album en rend très bien compte : Arthur, le petit garçon de l'histoire, est pressé comme un citron, par sa maman, son papa, l’animatrice à la cantine, le maître d'école, tous lui disent chaque jour de SE DEPÊCHER. 

Sauf qu'à force de  vivre dans un tourbillon, un matin, sa maman l'oublie tout simplement à la maison. Commence alors pour Arthur une journée où il prend son temps et finit par rendre cet état d'esprit contagieux aux adultes.



Il est drôlement bien vu cet album : très rythmé dans la langue , avec des sonorités qui claquent dans le texte de Nadine Brun-Cosme, il parlera aussi bien aux enfants qu'aux parents. 

Les illustrations d'Aurélie Guillerey apportent vivacité du trait et des couleurs et complète…

Mon âme frère

Image
Un titre magnifique et qui prend toute sa belle signification à sa lecture.
Le moins que l'on puisse dire est que ce roman est un acte d'amour au sens large à plusieurs niveaux :
-De l'auteur d'abord pour ses personnages puisque le lecteur retrouve ceux du roman Ma Réputation et Oublier Camille. Avec un va-et-vient des personnages, soit secondaires devenus principaux et vice versa. Quand on  a lu les trois romans, cela donne du coup une autre perspective sur leurs choix, comme le carrousel de la vie. Cependant, on peut les lire indépendamment sans que cela nuise. Trop fort ! (D'ailleurs, je me demande si cette idée était là au départ ou si elle s'est construite peu à peu...).
-Des personnages ensuite : dans celui-ci la parole est donnée à Camille. C'est elle qui est en premier plan. Elle sort avec Yanis, celui d'oublier Camille qu'on  découvre là différent. 
-Un acte d'amour entre eux déchiré par un choix d'avenir qui s'impose à Camille. Ou …

50 petits plats des 4 saisons + Concours !

Image
...pour marmitons éco-responsables.
Voilà un livre de cuisine mais pas que ! Il réunit avec brio à la fois une attitude responsable dans notre consommation et des petits plats à réaliser en fonction des saisons.
Très bien construit, l'approche est plus que séduisante parce que non pontifiante mais concrète et réaliste.

Voici comment il est concocté :
Une entrée en matière simple et des conseils judicieux pour cuisiner de façon plus écologique, déjà, le ton est donné.
Puis les recettes par saisons avec des astuces qui renvoient à d'autres recettes pour ne rien gaspiller, c'est clair, net, précis, facile à réaliser. 
A la fin de chaque saison, un petit atelier est proposé sur une double page sous forme d'illustration titrée : par exemple, comment se confectionner des goûters maison ou un pique-nique sans déchets ?
A la fin, les indispensables recettes de pâtes (brisée, à pizza,...), base de tout apprenti cuisinier.
Sa simplicité d'approche et ses recettes adaptées en font un…

Le renard et la couronne

Image
Résumé de l'éditeur :

Dalmatie, fin du XIXe siècle. Ana a dix ans lorsqu’elle est jetée sur la route suite à la mort de sa grand-mère, sa seule famille. Elle rejoint Spalato, la ville la plus proche, où elle intègre une bande d’enfants des rues menée par la fascinante et mystérieuse Dunja. Sans le sou et affamés, les enfants vont vivre le plus froid des hivers, mais Ana ne perdra rien de sa détermination à vivre.
Des tensions et des rivalités au sein du groupe poussent Ana au départ et ses pas croisent alors ceux de M. Roland, un naturaliste français qui se prend d’affection pour elle. Ana accepte sans hésiter la proposition qu’il lui fait de venir vivre et étudier avec lui, en France.
C’est dix ans plus tard, au cœur d’une paisible campagne, que Dunja retrouve Ana pour lui révéler un secret qui transformera sa vie en une aventure qu’elle n’aurait jamais soupçonnée.


Ce roman est si dense que oui, fait rare, je suis allée pêcher le résumé de l'éditeur. Une bien belle couverture, n&#…

Bonne nuit tout le monde !

Image
Cette thématique maintes fois explorée pour les tout-petits-celle du moment souvent délicat du coucher-prend ici une dimension si enveloppante, si douce, si moelleuse sous les traits de Komako Sakaï et de Chihiro Ishizu que cette simplicité touche au plus haut point.
Ce cartonné aux bords arrondis suggère avec tact au tout-petit que ce qui l'entoure se pose aussi à un moment donné pour tomber dans le sommeil : le papillon, les chatons, le petit train et finalement au tour de Louise et son doudou d'en faire autant.
Chaque petit pourra se reconnaître dans cet abandon quotidien et le fait que son quotidien y soit associé est rassurant pour lui. 



A chaque fois, une double page traduit ce moment d'hésitation avant la séparation alors que la double page suivante montre l'apaisement trouvé dans le sommeil.


C'est infiniment doux dans la répétition, ni peu ni trop, juste ce qu'il faut dans le texte de Chihiro Ishizu. Des couleurs pastels douces, des petits sons associés, et …

Un caillou dans la poche

Image
Je ne saurais vraiment l'expliquer mais rien qu'avec ce titre, je savais que ce roman jeunesse, je l'aimerais déjà et sa lecture m'a confortée dans cette impression à vrai dire inexplicable.
Tino, le petit garçon de la couverture, vit sur une petite île de 216 âmes, et il trouve qu'il ne s'y passe rien, à part des petits vieux qui font leurs courses, ou bien des mouettes qui vous lancent leurs Groâ ! ça va bien un peu ! Lui, il rêve d'inattendu, d'aventure, de surprises pour casser la routine de cette île-caillou qu'il pense connaitre comme sa poche. Un jour, un bateau amène une classe du continent et là, Tino va faire la connaissance d'une tornade en la personne de la si imprévisible Antonia, qui pourrait bien lui faire changer son point de vue sur cette île et surtout changer son caractère un peu bougon il faut bien le dire.
Dans ce roman, on saute à pieds joints dans l'enfance avec sa spontanéité, sa fraîcheur, sa façon bien à elle de trouver…

Lia

Image
Le graphisme de cette couverture m'a de suite interpellée. Sa sobriété, son chemin de possibles avec ces directions et cette fraise appétissante, je me suis bien demandée de quoi il pouvait s'agir.
Lia se cherche à travers les formes de plusieurs fruits : pomme, banane, poire, pastèque, prune, cerise ou myrtille, comment s'affirmer sans se perdre ? Comment tracer sa route sans s'éloigner de qui on est ?Heureusement maman rassure Lia et lui rappelle l'importance de garder sa liberté de devenir qui elle veut. Tu es libre de devenir qui tu veux, tu seras toujours merveilleuse, sous n'importe quelle forme. Mais n'oublie pas qui tu es, il faut croire en toi.Tu seras toujours Lia, unique au monde.
Cet album métaphorique aborde avec infiniment de tact la question de l'identité et le fait que cette question se pose d'une fille à sa mère en accroît encore toute la portée. La simplicité du propos, la douceur des teintes choisies, l'analogie avec les fruits et…