Articles

Maydala Express

Image
Pierdomenico Baccalario et Davide Morosinotto se sont associés pour écrire ce roman d'aventures et je me suis dit qu'il ne fallait pas passer à côté. Plus de 400 pages à bord d'un train extraordinaire : le Maydala Express. Finally, 10 ans,  vit à l'orphelinat de la ville grise. Chaque jour, son quotidien crasseux est de nettoyer la gare gigantesque. Les lignes de chemins de fer appartiennent à un seul homme, sauf une. Son rêve est de devenir mécanicienne : un jour, elle tombe sur un billet de ce Maydala express et de son énigmatique quai 1001. S'ouvre alors pour elle la plus incroyable des aventures vers la gare la plus lointaine du monde. Tous les ingrédients sont là pour être embarqué par cette histoire rocambolesque : et en effet, elle ne manque pas de rebondissements. Les trouvailles sont ingénieuses, les images fortes et les ressorts de l'intrigue épatants, les personnages attachants pour certains et d'autres beaucoup moins. Sauf que la construction u

Gustave en avril

Image
Le moins qu'on puisse dire, c'est que du haut de ses presque 10 ans, Gustave en vit de drôles d'évènements en ce mois d'avril ! Un grand tourbillon temporel qui commence avec le placement de sa mamie en maison de retraite, la révélation d'un secret de famille et l'amour qui lui tombe dessus. Rien que ça ! Ces évènements apportent un lot de réflexions plein de maturité, comme souvent seuls les enfants en sont capables. 1. Mima Il est triste Gustave pour sa mamie mais il peut aller la voir tous les mercredis : il rencontre les autres pensionnaires lors de joyeuses parties de tarot et voit bien que sa mamie s'habitue et n'est pas si malheureuse. Il a tout de même un pincement au cœur car rien n'est plus comme avant. Cependant, il fait bonne figure pour Mima.   2. Papa Puis, ce secret de famille qui lui tombe dessus et qui remet bien des pendules  à l’heure avec son papa. Une question émerge alors : pourquoi les adultes mentent-ils donc aux enfants ?   3

Ce que nous sommes

Image
La dernière bande dessinée de ZEP interroge de façon magistrale notre rapport aux nouvelles technologies, qui au lieu de libérer l'humain l'asservissent et l'assistent. Imaginez un monde dans lequel un programme nommé Databrain permet d'avoir à la naissance un second cerveau numérique qui télécharge toutes sortes de connaissances : plus d'effort pour apprendre, tout se passe à une vitesse vertigineuse. Constant, un jeune homme, va faire l'expérience douloureuse d'un piratage informatique qui va complètement vider sa mémoire. Recueilli par Hazel, jeune femme qui vit en marge de la société (et ils sont nombreux) , va l'aider à retrouver son identité et au passage lui faire prendre conscience des formidables capacités de son véritable cerveau humain cette fois. J'ai été bluffée par l'intensité de la réflexion de cet album qui monte crescendo. Le lecteur est au début immergé dans un monde futuriste dans lequel rêve et réalité se mélangent. Des analog

Mémoires de la forêt : les souvenirs de Ferdinand Taupe

Image
Quel petit bijou de roman que voilà ! Où il est question : -d'une forêt (celle de Bellécorce) -d'un renard libraire de père en fils, Archibald Renard -d'une taupe à la coquille de noix, Ferdinand Taupe - de mémoires déposées chez le libraire et achetées par un inconnu au plus mauvais moment, -de vieilles photographies -mais surtout d'une magnifique et empathique aventure pour lutter contre l'Oublie-Tout, cette maladie qui ronge notre taupe, à la recherche de sa bien-aimée Maude. Une histoire extrêmement touchante, transposée dans le monde animal, mais qui évoque la maladie d'Alzheimer et ses ravages. Le tout est amené avec une délicatesse infinie : la myriade de personnages qu'Archibald et Ferdinand vont rencontrer en suivant les indices des photographies sont tous hauts en couleurs.  Certains passages sont si touchants de sincérité que vous les relisez plusieurs fois tant les mots choisis et l'ambiance qu'il en émane sont émouvants. Sans oublier une

La toute petite maison

Image
Découpée en 6 chapitres, cette histoire de Michaël Escoffier pleine de bienveillance, illustrée avec beaucoup de fraicheur par Clotilde Perrin , m'a vraiment beaucoup plu pour le message délivré. Deux petits oursons, un peu coquins mais surtout curieux, Arsène et Bartoli, vont faire une étrange découverte dans la forêt : une toute petite minuscule maison bien intrigante....mais personne ne s'y manifeste.  Le lendemain, ils reviennent et y découvre un tout petit gâteau tout chaud, qu'Arsène s'empresse de manger sans partager. Mais un mauvais sort s'empare de lui puisqu'il se met à rétrécir....De retour à leur tanière, Arsène n'arrive pas à fermer l’œil et retourne à la petite maison en pleine nuit. Remangeant ce fameux gâteau, il rétrécit encore plus et se faufile dans la petite maison ( Boucle d'or n'est pas loin !).    Il rencontre alors le lendemain l'habitant du lieu : un nain (enfin, je crois ! ou gnome, elfe des bois, magicien ?) avec un

A voté !

Image
La littérature jeunesse n'échappe pas à l’actualité du moment et un certain nombre de titres sont sortis dernièrement sur le sujet. Parmi eux, j'ai choisi ce roman de la collection Lecture solo chez Actes sud junior. Tout simplement parce que j'ai trouvé que le thème des élections y est abordé à hauteur d'enfant puisqu’il s'agit de démocratie à l'école. La maitresse de Noé ne peut s’empêcher de faire voter la classe à main levée sur tous les sujets concernant la vie de classe : tout y passe, jusqu'à la couleur des protège-cahiers ! Mais ce que finit  par vite remarquer Noé, c'est le petit manège de Capucine qui exerce du chantage sur ses camarades pour voter comme elle. En échange de leur main levée allant dans son sens, elle leur promet des petits services... Il n'en revient pas Noé ! Alors, il réfléchit. Et si on votait sur des petits papiers manuscrits ? La maitresse accepte mais là encore Capucine trouve la parade en fouillant dans la poubelle !

A l'hôtel du Pourquoi-Pas ?

Image
Ce que j'ai eu du mal à le lâcher ce tome 3 ! De mon point de vue, c'est le plus réussi tant on retrouve un rythme dans l'intrigue et l'écriture. Il est drôlement difficile à résumer tant il s'en passe des choses alors je vais me rabattre lâchement sur la 4ème de couverture :  "En sollicitant le Capitaine de police Maupetit pour l’aider à lancer, le BAC, le Bureau des affaires classées, le commissaire Lamblin ne s’attendait pas à voir débarquer Augustin flanqué de deux gamines surexcitées, Angie et Rose-May, et d’une chienne renifleuse visiblement démotivée. Parmi les quelques 200 faits-divers non élucidés, Augustin a jeté son dévolu sur une affaire d’enlèvement d’enfant à bord du paquebot le France qui offre de troublantes similitudes avec le thriller de Cornelia Finch qu’il est en train de lire. Angie, elle, a déniché une pièce à conviction dans un vieux dossier, un attrape-rêves, comme ceux que la police du Havre vient de retrouver à côté des corps