Articles

Parallèle : Jeanne, Dieu le diable et les autres/Olympe de Roquedor

Image
Cette chronique Parallèle met en lien deux romans décoiffants, avec pour point commun deux  héroïnes, aux prénoms évocateurs, et  qui n'ont pas froid aux yeux ! J'ai toujours beaucoup de plaisir à retrouver la plume incroyablement virevoltante d' Hervé Giraud et son "Jeanne, Dieu le diable et les autres" est un monument en la matière : recluse dans un couvent où elle a mis au monde en cachette son enfant, celui de son amour pour Pierre, éloigné d'elle par force et ruse, Jeanne ne doit son salut qu'à une sorte de samouraï venu la délivrer, au service d'un homme qu'elle va finir par découvrir.  Ce roman est haletant, cruel, plein de secrets et de rebondissements incroyables. Il ne faut pas chercher le réalisme dans les romans d'Hervé Giraud mais se laisser emporter par le mouvement, tel une épée sifflant à vos oreilles et vous, cherchant sans cesse la dérobade. En filigrane, des messages bien assénés sur la place de la femme dans la société, su

Collection Pense-Bête

Image
Nouvelle collection Pense-Bête publiée par les éditions A pas de loups hyper pêchue et quelle belle découverte !    Tout s'accorde : le texte d' Alice Brière-Hacquet sobre mais plein d'humour allié aux dessins si évocateurs de Csil .   En plus, ce sont deux albums qui abordent des expressions courantes d'une façon décalée, sur des tons pastels bleu, jaune et rose soulignés de noir, vous allez voir...      Dans Va Chavoir , Petitcha interroge Papacha sur ses expressions liées au chat : avoir un chat dans la gorge, la nuit tous les chats sont gris,....vous saisissez ? Papacha avoue son ignorance avec un naturel désarmant, reconnaissez qu'il a bien raison, souvent ces expressions n'ont  ni queue ni tête, jusqu'à la chute finale qui constitue la cerise sur le gâteau (que voulez-vous ? J'ai pas pu m'en empêcher...).   Alors que dans Un vrai temps de chien , vous l'aurez compris, c'est ce titre qui se décline à toutes les sauces et là aussi, une

Un trésor d'anniversaire

Image
Après "Un thé à l'eau de parapluie", revoici Elmo le blaireau de Karen Hottois & Chloé Malard et j'adore ces petits cartonnés tout doux, sur les bonheurs simples de la vie. Aujourd'hui est un jour spécial puisque c'est l'anniversaire d'Elmo :       Elmo préfère garder le secret, il trouve que c'est difficile de fêter  son anniversaire devant tout le monde". Et voilà ! Le ton est donné, belle leçon d'humilité mais pas que...J'avoue le comprendre Elmo, il a envie de vivre cette journée un peu particulière en toute intériorité, alors, il se concocte des petits plaisirs simples mais les savoure  avec une intensité décuplée pour les mettre dans sa boite à souvenirs et à sensations : une feuille pliée et un caillou comme des trésors, un beau coucher de soleil sur la rivière, un joli mot inventé, un coup de fil à sa maman. Il est si gentil et si attentionné ce petit blaireau ! Mais une journée, même d'anniversaire, ça passe et le so

L'année où je suis devenue ado

Image
En lisant cette bande dessinée, je me suis de suite dit : "Ce que j'aurais aimé pouvoir la lire à mon adolescence !". Sous forme de journal, à l'entrée en cinquième, Emma lui confie ses attentes, ses envies, ses objectifs à réaliser. Elle retrouve ses deux amies Linnéa et Bao, mais rien n'est plus pareil...La première sort avec Martin depuis les vacances d'été et les dédaigne en arguant de sa plus grande maturité, Bao se met en colère, et Emma se retrouve au milieu...avec un tas de questions sans réponse : C'est quoi être mature ? A quoi sait-on qu'on est amoureuse ? Est-ce que c'est normal de vouloir rencontrer d'autres personnes ? De faire attention à son apparence ? De vouloir garder son jardin secret et au passage mentir un peu ? On fait comment pour garder ce qu'on était jusqu'ici et avancer vers ce qu'on est en train de devenir ?  Bref, passer de l'enfance à l'adolescence, ce n'est pas linéaire du tout. Emma ne s&#

Le club des inadapté.e.s

Image
Il y a tout juste 10 ans, je chroniquais sur ce blog (et oui !) le roman de Martin Page : Le club des inadaptés . J'avais été alors très sensible à ce groupe d'ados, évoluant en marge au collège, car différents. Tout change quand l'un du groupe se fait tabasser :  "Ce qu'avait subi Erwan nous renvoyait à notre différence. Ces coups reçus, je les voyais comme un rappel à l'ordre qui nous intimait de cesser d'être différents. Mais paradoxalement, cela nous a donné encore moins envie de faire des efforts pour nous mêler aux autres. Nous sommes devenus encore plus distants. Cela renforcerait sans doute les brimades et les moqueries. Bienvenue dans le cercle vicieux de la vie."(p.22)...."Il semblait que la vie serait toujours difficile. Comme si notre sensibilité et notre fragilité induisaient que nous devions recevoir plus de blessures que les autres" (p. 32). 10 ans plus tard, je découvre la Bande dessinée de Cati Baur , d'après ce roman av

La bibliothèque de la forêt

Image
Un mois tout juste que la rentrée scolaire a eu lieu mais c'est aussi l'occasion de renouer avec les bonnes habitudes et de reprendre le chemin de la bibliothèque ! J'ai adoré cet album dès sa couverture : La bibliothèque de la forêt est une petite merveille de douceur !  Très peu de texte, juste l'essentiel, tout est dit dans ces illustrations pleine page : un chemin dans une forêt qui mène aux livres....Quel beau symbole !  Et en effet, il y en a dans le creux des troncs d'arbres comme des étagères naturelles, et à chacun des petits animaux d'adopter la posture qui lui convient : en hauteur dans la ramure des arbres, ou dans un hamac, ou sous une tente pour écouter une lecture à haute voix. Tandis que d'autres choisissent l'activité dessin ou le spectacle de marionnettes ! Le tout se finit par la construction d'une cabane de livres. C'est certain, on reviendra demain ! Qu'il est chouette cet album !  Sa simplicité et sa justesse ont touch

Parallèle : Un simple soupçon / Eden fille de personne

Image
Retour de la chronique Parallèle mais cette fois, non pas entre un roman adulte et un roman ado, mais entre deux romans ados. En effet, tous deux abordent des thématiques sociales contemporaines assez mal connues : le premier,  le placement d'enfants en famille d'accueil du fait de leur surpoids et le second, le marché de la réadoption aux Etats-Unis. Dans l'un et l'autre, ça fait froid dans le dos... Dans un Simple soupçon , Sandrine Beau fait vivre au lecteur la spirale dans laquelle tombe la famille de Jacob. Convoquée par la SCAS (Section du Centre d'Action Sanitaire), elle ne comprend pas. Pas d'excès à la maison mais un suivi médical déjà mis en place car plusieurs enfants sont en surpoids alors qu'une autre a du mal à grossir. La famille va être mise à l'écart de la société, dans une maison spécialement élaborée, leur permettant de reprendre en main la santé de leurs quatre enfants : programme de sport, courses déjà faites, placards qui s'ou