Articles

Affichage des articles du septembre, 2019

Quatre pattes

Image
C'est qu'il a grandi le petit ours de l'album Tout doux !
Partir à quatre pattes à la découverte de son environnement, c'est toute une aventure, à la fois faite d'un sentiment de liberté jubilatoire mais aussi de déconvenues, car tomber dans les ronces, se cogner contre un rocher, se retrouver bien trop loin, ce n'était pas vraiment envisagé au programme du départ.
Mais des bras rassurants, ceux de papa, donnent l'élan nécessaire pour se lancer à deux pattes cette fois et retrouver la douceur et la protection de l'adulte ! Pour mieux repartir...quand la peur sera apaisée.
Que cet album est une réussite ! Dans ses doubles pages, texte en bas, il met le lecteur à la même hauteur que ce petit ourson, si bien croqué dans ses attitudes pataudes ou enjouées selon sa découverte du moment.
Puis, l'avant-dernière double-page prend de la hauteur pour signifier le chemin parcouru qui semble assez dérisoire à première vue. Mais pour un petit, c'est le parcours …

ce que diraient nos pères

Image
J'ai tout aimé de ce roman magnifique aussi bien dans l'écriture si belle, ses personnages si réalistes, mais surtout par l'atmosphère que Pascal Ruter a su lui insuffler.
Un paysage de bord de mer, tour à tour hostile ou apaisant, à l'image des personnages avec leurs tourmentes, leurs désillusions, leur colère ou leur impuissance.
Antoine bascule dans la délinquance, malgré lui, il faut bien le dire. Il ne sait plus vraiment qui il est depuis quelques mois, à cause de ce drame familial. Il se laisse alors balloter sans résistance.
Pourtant, un sursaut va survenir : il va retrouver sa dignité et emporter bien plus sur son passage.
Je n'ai pas envie d'en dire plus : tous les personnages de cette histoire m'ont touchée chacun à leur manière. Malgré leurs désillusions, ils ont leurs raisons d'agir comme ils le font. 
Ce que j'ai aimé, c'est la faculté de l'auteur à ne rien imposer mais à laisser le lecteur lire entre les lignes sans jugement. Car ma…

c'est MON arbre

Image
Il est un rien possessif cet écureuil tout en longueur, la queue en panache, les yeux comme des billes à l'affût de tout et pour cause !
Il s'est choisi un arbre dans la forêt et décrète haut et fort que c'est le SIEN, évidemment les pommes de pin de SON arbre sont LES SIENNES aussi et tout le monde doit le savoir. Il s'ingénie alors à trouver mille stratagèmes pour protéger les biens, qu'il s'est dûment octroyés, d'une supposée convoitise des autres.
Olivier Tallec pousse à l’extrême l'absurde de la situation dans cette course à la propriété, qui n'est pas sans rappeler nos travers humains. 
La surenchère est accentuée par ces tableaux pleine page et par l’effet de répétition du propos obsessionnel. Les attitudes de l'écureuil sont à mourir de rire ainsi que ses idées toutes les plus saugrenues les unes que les autres, jusqu'à la chute finale qui fait rire à gorge déployée car effectivement, elle est bien trouvée. 
L'affairisme, la peur de …

et pluie voilà...

Image
On l'attend, on l'espère, on la redoute, elle désespère.... C'est selon ! 
En tous cas, qu'il est doux cet album, à vous faire aimer la pluie !
Il invite à suivre ce petit nuage au fil des pays traversés et le lecteur voyage lui aussi en découvrant ce que les habitants portent pour se protéger de ses facéties : car il pleut des grenouilles, des soucoupes, des flammes, des bassines, des vaches,...et que sais-je encore ? 
Le petit plus, c'est qu'il y a toujours un lien avec le pays en question. D'ailleurs, la dernière page nous rappelle cette énumération incongrue :

Sur terre, pour dire qu'il pleut à seaux, on n'emploie pas les mêmes images ni les mêmes mots.
Une belle façon d'aborder la diversité des points de vue et des cultures.
Le texte de Christophe Pernaudet, très rythmé  lui aussi, est plein de poésie et de sonorités comme des gouttes qui tombent. Les illustrations de Lauranne Quentric sont douces et gaies.
La chute apporte une note de sagesse en …

Maman, c'est toi ?

Image
Se retrouver à marcher avec un chapeau de paille non seulement sur la tête mais aussi sur les yeux, avouez qu'il y a plus confortable pour chercher sa maman !
Et pourtant, ce petit bout'd'chou avance, tâtonne, interpelle et se retrouve en présence d'un tas d'animaux qu'il caresse, effleure,   effraie ou le contraire, jusqu'à la chute irrésistible.
Ce qui fait le charme de ce cartonné, c'est l'effet répétition  et surtout les intonations différentes dans chaque situation, avec des onomatopées.
 Un suspense insoutenable !
Le tout se déploie sur doubles pages, ce qui donne de la profondeur et permet de bien suivre le cheminement de ce bout d'homme.
Il va plaire aux tout-petits, c'est certain ! Il faut dire que ce duo d'auteur-illustrateur fait mouche à chaque fois.
Maman, c'est toi ? Michaël Escoffier et Matthieu Maudet loulou & Cie Ecole des loisirs

Maman, Papa, comment vous vous êtes rencontrés ?

Image
Il n'est pas rare que les enfants se posent beaucoup de questions sur leurs origines. C'est le cas de Sofia qui interpelle à fond ses parents pour savoir comment ils se sont rencontrés avant sa venue au monde. Et elle va découvrir qu'il en a fallu des réactions en chaine pour que cette rencontre se produise ! Avec sa candeur et sa générosité d'enfant, elle décide , pour les remercier, de faire un dessin à toutes ces personnes ou objets (parfois assez incongrus !) car sans eux, elle ne serait tout bonnement pas là ! Mais le lendemain matin, ses parents ont une surprise pour elle : une surprise pleine d'amour pour la remercier à leur tour de remplir si bien leur vie.
Qu'il est chouette cet album ! Plein de curiosité, plein d'écoute, plein de belles questions et réponses, un tantinet obstiné et plein de vie ! On reconnait bien aussi la bienveillance de Thierry Lenain dans la chute.
Les illustrations de Stéphanie Marchal sont parfaites de mouvements,  de gaieté et su…

Surf

Image
"Le présent pouvait faire cette petite place au passé, ils n'avaient rien à craindre l'un de l'autre." (p. 213) Cette phrase, presque à la fin, je l'ai choisie (parmi tant d'autres que j'ai relevé) car elle me semble être le cœur de ce roman à la fois envoûtant et désarçonnant. 
C'est la recherche d'Adam. Celle de toute sa vie. Depuis ses 8 ans quand son père est parti et n'est jamais revenu. Lui Adam revient à Brest, délaissant son école de graphisme parisienne. Il ne sait pas encore que son passé va se réveiller, lui qui a tant cherché à rester sur le fil de sa vie, comme le surfeur sur sa vague, et ne pas se laisser engloutir par cet abandon paternel. Lui et sa mère ne le vivent pas de la même façon : lui bouillonne intérieurement alors qu'elle semble avoir capitulé. 
Il reçoit une lettre de la femme américaine de son père, avec laquelle il a refait sa vie, lui annonçant sa mort. Sont jointes des lettres qu'il n'a jamais envoyé…

AbécéBêtes

Image
Il fallait bien ce grand format pour donner toute l'ampleur du talent d'Olivier Tallec !
En ce jour de rentrée, voici un abécédaire pas comme les autres doublé d'un bestiaire pas comme les autres non plus ! Le tout donne un album impertinent, aux jeux sonores surprenants, aux lettres aux prolongements infinis, bref, c'est jubilatoire !
Bientôt, dans les écoles, on fera "A la manière d'Olivier Tallec" tant il donne envie de s'essayer à jouer et à bousculer ces 26 lettres si bien rangées en leur donnant des combinaisons multiples.  Tous les mots des propositions commencent par la lettre en question et cela donne des mini-poèmes qui lus à haute voix sont des régals sonores de prononciation.
Les illustrations en regard ne sont pas en reste : elles emplissent la page et prolongent les textes, des tableaux à elles seules. Et c'est beau !
Une imagination débordante pour jouer avec l'alphabet avec une tonne d'humour et un brin de poésie.
J'adore au…