Articles

Affichage des articles du 2019

La cavale

Image
Elle est parlante cette illustration de couverture de Kitty Crowther : vu le sourire du garçon, on se dit que cette silhouette noire, affublée de surcroît de béquilles et d'un pied dans le plâtre, ne peut pas être malveillante. Pourtant, le titre donne un air de malfrats à cette histoire et sous certains aspects, il est très proche de la vérité.
Gottfrid a un grand-père, un grand-père jamais content, toujours grognon et en colère. Oui, mais lui, il aime bien son grand-père comme ça. C'est moins triste la vie ! Sauf que ce grand-père a fait une mauvaise chute et est cloué sur son lit d'hôpital, ce qui n'arrange guère son humeur envers le personnel soignant, les gros mots fusent. Il est vrai que s'il n'y avait pas le regard indulgent de ce garçon, j'aurais bien eu du mal à accepter ce personnage rustre et grossier !
Gottfrid a alors une idée : il a compris que la colère de son aïeul est liée à cette situation qu'il vit mal, à la vieillesse qui arrive, à l&#…

On s'ennuie !

Image
Qui n'a jamais entendu cette phrase de la part des enfants ? 
Après La soupe aux frites et Nous, on répare tout, revoiloù Mim et Crocus, deux petits crocodiles plein de ressources, petits héros de Jean Leroy et Ella Charbon.
L’ennui les terrasse et malgré les propositions ma foi pleines de bon sens de maman crocodile, les deux petits ne sont pas très enthousiastes. Cependant, ranger sa chambre, ça non, plutôt filer dans le jardin ! Et là, ils trouvent une occupation très ludique : faire la course au plus gros tas de feuilles !
Ce que j'aime dans cette série, c'est qu'elle croque avec beaucoup de réalisme la vie familiale et ses petits tracas du quotidien. 
Les attitudes des personnages sont toujours très bien rendues, les dialogues plein d'entrain,  et les situations simples à saisir pour les tout-petits, qui s'y reconnaissent très bien.
Ce sont des cartonnés très plaisants à lire à haute voix car très rythmés et joyeux.
Une fois de plus, une réussite !

On s'ennui…

Du haut de mon cerisier

Image
Elle s'appelle Mafalda, elle a  9 ans et elle sait qu'elle va perdre définitivement la vue. Oui, c'est raide dit comme ça mais elle est si désarmante de volonté contre l'adversité ! Elle a un compagnon qui l'aide dans cette épreuve du noir définitif qui va arriver : c'est l'arbre de la cour de son école. Un cerisier. Chaque jour, elle compte les pas jusqu'à lui. C'est son décompte de l'obscurité. Il est son phare dans la nuit.
D'autres personnes l'entourent : il y a Filippo, son ami, qui l'empêche de s'apitoyer sur son sort et la mène sans cesse sur le chemin de l'enfance,  et Estella, aide de service de l'école, remarquable de conseils laissant à la petite fille une large marge de libre arbitre.
Il y a aussi ses parents, démunis, et qui essaient du mieux qu'ils peuvent d'adoucir son quotidien en restant dans le côté pratique des choses, une façon pour eux de la protéger.
Il y a aussi son chat et le roman "Le baro…

La Chose du MéHéHéHé

Image
En accord avec la météo, je reste dans l'élément liquide cette semaine.
Voici un récit dans lequel je me suis laissée carrément emporter. C'est qu'il s'en passe des choses sous la mer !

Le monde marin est en émoi : une chose est apparue à la surface de l'eau. Trois pieuvres inséparables, Mo, Saï et Vish l'ont découverte avec un mélange de curiosité et de peur. Et si elle avait une petite faim ? Comme Krakenko, l'orque qui terrorise les profondeurs.
Il faut en avertir les habitants de l'Antre, toute une colonie d'animaux marins qui ont tous un avis sur la question. On finit par se mettre d'accord : Le Grand Bras-Ma a peut-être une solution...

Quelle tonicité dans ce roman ! Récit à la fois légendaire et réaliste, il pose la question de l'écologie vue par ceux qui subissent les effets de l'homme en-dessous. J'ai adoré les dialogues, la curiosité, l'envie de comprendre, le bon sens de ces animaux marins plein de ressources imaginatives.…

Le grand débordement

Image
Il y a le côté des humains : LILI.





Un texte : les mots de l'eau qui monte et les efforts pour y échapper.
Des illustrations mettant en scène ces efforts pour échapper à l'envahissement du bleu et son retrait.







☂☂☂☂☂☂☂☂☂☂☂☂☂☂☂☂☂ Et au milieu les retrouvailles de Lili et son doudou Nounou, où la page se rejoint dans un même élan.
Et puis le côté des doudous : NOUNOU.





Le même texte, mais que le lecteur découvre différemment.
Des illustrations aux protagonistes différents mais ce même bleu qui envahit le blanc de la page jusqu’à l'engloutir puis se retirer sous la même forme mais dans une autre perceptive.






C'est l'histoire d'un grand débordement. L'eau arrive, il faut se sauver, Lili et son doudou Nounou sont séparés, sans cesse ils demandent à rejoindre l'autre mais la survie face à l'eau prend toute la place. Il n'y a pas de panique, non, mais cette peur de la séparation finit par envahir tout l'espace, symboliquement représentée par cette eau qui sub…

Graine de carotte

Image
A défaut de citrouille, voici un album avec une carotte... Après tout, la couleur est la même !
Petit lapin se met en tête un lundi matin de planter sa graine de carotte. Moyen lapin et grand lapin ont un poil dans la main car ils repoussent cette idée à demain...Qu'à cela ne tienne, Petit lapin remet son envie de planter cette graine sur le tapis....tous les jours et sans cesse, les deux plus grands passent outre. Jusqu'au samedi, où n'y tenant plus, Petit lapin plante sa graine ...tout seul, comme un grand au grand soulagement des deux plus grands....Mais ce n'est peut-être pas tout à fait fini !

Mélange de Poule rousse et les  trois ours, il est bien énergique cet album !
Le texte rythmé de Claire Garralon, avec l'évocation de la suite des jours et la répétition,  rend bien la ténacité et l’impatience toute enfantines de ce petit lapin à idée fixe, qui finit par prendre son autonomie sur cette double page généreuse et évocatrice de son bonheur tout simple.
Les illust…

mon père des montagnes

Image
Ce roman de Madeline Roth est un concentré pur de sensibilité sur la relation d'un père avec son fils et d'un fils avec son père. 
Les deux sens sont importants puisque leurs deux voix, qui se sont perdues au fil des années sans trop savoir pourquoi de chaque côté, juste des suppositions, celle d'avoir grandi si vite surtout, leurs deux voix donc n'arrivent plus à s'entendre mutuellement. La construction même du roman est remarquable de ce point de vue là, car le lecteur est témoin de leur ressenti tour à tour puis, peu à peu, se dessine une voix qui tente de s'harmoniser.
La pudeur masculine est dans ces pages rendue de façon si sensible et touchante. Madeline Roth arrive toujours à faire entendre ce qu'elle ne dit pas "comme un bruit d'orage", à  faire entrer dans l'intime d'un père et son fils sur la pointe des pieds.
Lucas et son père ne se parlent plus. Non pas qu'ils soient fâchés, non. Mais c'est comme ça, ça s'est insi…

La croisière d'Amanda Coeur

Image
Elle sait se renouveler Fanny Ducassé !
Cet album au charme rétro embarque le lecteur dans une enquête qui démarre dans une fête foraine et se termine à bord d'un bateau.
En compagnie de son lézard vert Séverin, Amanda Coeur suit son idée, observe le moindre détail, enquête, et déduit comme tout détective qui se respecte.

Cet album est surprenant : foisonnant, décalé, il oblige celui qui lit à se laisser emporter par les mille détails des illustrations, par la galerie des personnages très étonnants, on se croirait dans un Agatha Christie sauf qu'il y a les images avec. 
La mise en page, la scénarisation des illustrations, leurs couleurs, leur précision apportent indéniablement un plus à cette histoire presque sans queue ni tête, entre rêve et réalité, manège et imaginaire.
On en ressort à la fois troublé et enchanté.
La croisière d'Amanda Coeur Fanny Ducassé Thierry Magnier

226 bébés

Image
Oui, il y a bien 226 bébés baveux dans ce nouveau roman de Flore Vesco ! Et je me demande où elle va chercher tout ça. Je vous rassure, ils sont finalement bien attachants ces bébés.
Ce n'est pourtant pas tout de suite l'avis de Chrysostome, dit Bert, qui pensait se la couler douce dans sa maison maintenant qu'il est à la retraite. Car il se retrouve face à une invasion de bébés lâchés dans son jardin par les cigognes. Qu'à cela ne tienne, il embarque tout ce beau monde dans sa charrette et part à l’aventure avec l'intention de les refourguer. Question aventures, il va être servi ! Au fil des chapitres dont les intitulés sont à se tordre de rire, avec ces bébés numérotés, il va bien s'attendrir et se sentir fort utile. 
Flore Vesco n'a pas son pareil pour mêler humour et contes car oui, ce roman s'appuie aussi sur la re-découverte des contes à sa sauce, avec un nombre incalculable de synonymes au mot bébé. 
Fidèle à sa pratique, la fin du livre regorge de pe…

La brodeuse d'histoires

Image
Le grain de couverture de cet album met déjà dans le ton de sa finesse. C'est  doux et en même temps les rainures sont comme des fils fins qu'on sent sous ses doigts.

Et la délicatesse continue au fil des pages : dans les mots d'abord si bien choisis et dans les illustrations, traits gris au crayon et du bleu, comme la bobine de fil qui se dévide.

C'est l'histoire d'une rencontre : une petite fille vient d'emménager dans un immeuble. Des cartons surgissent beaucoup de livres. On sent qu'ils font partie de sa vie. Pleine de curiosité et de spontanéité, elle est attirée par une porte entrouverte au rez-de-chaussée et en effet, c'est comme si elle était attendue là depuis longtemps. Elle fait la connaissance de Lucia, une vieille dame qui brode, cuisine, partage, accueille, raconte, écoute.


Lucia brodait les histoires par cœur, sans perdre le fil...Et cela me faisait rêver !
Entre elles va très vite se tisser une autre histoire : celle de la pudeur de déco…

Petit garçon

Image
C'est à travers 10 petites histoires (d'ailleurs, c'est une précision du titre, que je n'ai pas vue de suite) que Francesco Pittau déroule le fil de l'enfance de ce petit garçon, tel qu'il est désigné par sa maman et son papa.
Le lecteur entre de plain-pied dans cet univers d'imaginaire, de jeux, de peurs, d'émerveillement, de spontanéité toute enfantine.
J'avoue avoir eu du mal à quitter chaque histoire, malgré le fait que certaines soient plus longues. J'y ai vu des allusions à des références connues et revisitées de manière originale. Puis, j'ai pris ce rythme de lecture au fil des évènements du quotidien. J'ai beaucoup souri durant cette lecture tant elle est touchante et belle. Malgré sa petitesse de petit garçon, il s'impose, il trace sa route, il vit sa vie.
La dernière histoire, très métaphorique, constitue le point d'orgue et le lecteur se dit que finalement, il y a comme une progression. C'est que grandir n'est pas…

DES HAÏKUS plein les poches

Image
Ce livre m'accompagne depuis une dizaine de jours chaque soir comme un rendez-vous entre lui et moi. Je viens de le terminer mais j'ai envie de dire que c'est un commencement.
Thierry Cazals emporte son lecteur en promenade à travers 17 chapitres, comme les 17 syllabes qui composent un haïku. Maître du genre, il partage ici 20 ans d'ateliers avec les enfants des écoles et bibliothèques qu'il initie avec passion à cet art de la poésie. En même temps, il emmène le lecteur à la découverte des plus grands auteurs japonais du genre.
Sous la forme d'une histoire avec deux enfants où il se met lui-même en jeu, dans le plus grand dépouillement, à l'écoute de la nature, cette plongée magnifique dans la philosophie de cette forme brève de poésie invite à écouter ses sensations, à observer son environnement, à aller à l'essentiel.
Les illustrations de Julie Van Wezemael sont d'une beauté et d'une pureté incroyables et toujours elles éclairent à point nommé l…

Je suis moi

Image
Il est d'une si belle gaieté cet album cartonné ! 
Je suis moi célèbre la venue au monde de tout-petit mais cette naissance est replacée dans sa découverte du monde et des autres : le végétal , le minéral, l'animal. Il aurait pu être l'un d'entre eux : un insecte , un nuage, un chat, une fleur mais il se trouve qu'il est un petit homme et il est prêt à être lui.
Les illustrations toutes en rondeur et aux coloris chauds de Stéphanie Marchal célèbrent magnifiquement le message de Thierry Lenain : elles apportent ce qu'il faut de tendresse à ce propos dynamique et plein de tolérance. 
C'est un album parfait à lire à tout-petit dès la naissance pour dire Bienvenue au monde, faire résonner ces sonorités de sa voix de parents, pour se rassurer aussi sur cet accompagnement de toute une vie à-venir.
Un album comme un soleil !  (Et j'aime qu'il soit en compagnie des Félines cette semaine).

Il existe aussi en Kamishibaï chez Callicéphale
Je suis moi Thierry Lenain …

Félines

Image
Un roman de Stéphane Servant est toujours attendu pour ma part et quel choc que celui-ci !
Félines, c'est la voix de Louise qui apporte son témoignage à l'écrivain, lui-même père d'une Féline. Cette mise en abyme donne une réelle crédibilité à cette histoire de Mutation qui affecte les jeunes filles, et pas les garçons. Elles deviennent poilues, aux sens aiguisés. Imaginez le choc pour elles d'abord alors que l'image inculquée doit être celles de filles soumises, lisses et belles. Imaginez le choc pour leurs familles qui réagissent différemment en fonction de leur culture. Imaginez le choc pour la société qui bientôt va se diviser, emportée par des propos et des comportements plus que fanatiques et populistes.
Stéphane Servant change de registre d'écriture dans ce roman revendicateur, engagé, et porte magnifiquement la voix des filles. Il passe également en revue des sujets de société contemporains, fait référence à des évènements historiques, met en perspective …

Quatre pattes

Image
C'est qu'il a grandi le petit ours de l'album Tout doux !
Partir à quatre pattes à la découverte de son environnement, c'est toute une aventure, à la fois faite d'un sentiment de liberté jubilatoire mais aussi de déconvenues, car tomber dans les ronces, se cogner contre un rocher, se retrouver bien trop loin, ce n'était pas vraiment envisagé au programme du départ.
Mais des bras rassurants, ceux de papa, donnent l'élan nécessaire pour se lancer à deux pattes cette fois et retrouver la douceur et la protection de l'adulte ! Pour mieux repartir...quand la peur sera apaisée.
Que cet album est une réussite ! Dans ses doubles pages, texte en bas, il met le lecteur à la même hauteur que ce petit ourson, si bien croqué dans ses attitudes pataudes ou enjouées selon sa découverte du moment.
Puis, l'avant-dernière double-page prend de la hauteur pour signifier le chemin parcouru qui semble assez dérisoire à première vue. Mais pour un petit, c'est le parcours …

ce que diraient nos pères

Image
J'ai tout aimé de ce roman magnifique aussi bien dans l'écriture si belle, ses personnages si réalistes, mais surtout par l'atmosphère que Pascal Ruter a su lui insuffler.
Un paysage de bord de mer, tour à tour hostile ou apaisant, à l'image des personnages avec leurs tourmentes, leurs désillusions, leur colère ou leur impuissance.
Antoine bascule dans la délinquance, malgré lui, il faut bien le dire. Il ne sait plus vraiment qui il est depuis quelques mois, à cause de ce drame familial. Il se laisse alors balloter sans résistance.
Pourtant, un sursaut va survenir : il va retrouver sa dignité et emporter bien plus sur son passage.
Je n'ai pas envie d'en dire plus : tous les personnages de cette histoire m'ont touchée chacun à leur manière. Malgré leurs désillusions, ils ont leurs raisons d'agir comme ils le font. 
Ce que j'ai aimé, c'est la faculté de l'auteur à ne rien imposer mais à laisser le lecteur lire entre les lignes sans jugement. Car ma…

c'est MON arbre

Image
Il est un rien possessif cet écureuil tout en longueur, la queue en panache, les yeux comme des billes à l'affût de tout et pour cause !
Il s'est choisi un arbre dans la forêt et décrète haut et fort que c'est le SIEN, évidemment les pommes de pin de SON arbre sont LES SIENNES aussi et tout le monde doit le savoir. Il s'ingénie alors à trouver mille stratagèmes pour protéger les biens, qu'il s'est dûment octroyés, d'une supposée convoitise des autres.
Olivier Tallec pousse à l’extrême l'absurde de la situation dans cette course à la propriété, qui n'est pas sans rappeler nos travers humains. 
La surenchère est accentuée par ces tableaux pleine page et par l’effet de répétition du propos obsessionnel. Les attitudes de l'écureuil sont à mourir de rire ainsi que ses idées toutes les plus saugrenues les unes que les autres, jusqu'à la chute finale qui fait rire à gorge déployée car effectivement, elle est bien trouvée. 
L'affairisme, la peur de …

et pluie voilà...

Image
On l'attend, on l'espère, on la redoute, elle désespère.... C'est selon ! 
En tous cas, qu'il est doux cet album, à vous faire aimer la pluie !
Il invite à suivre ce petit nuage au fil des pays traversés et le lecteur voyage lui aussi en découvrant ce que les habitants portent pour se protéger de ses facéties : car il pleut des grenouilles, des soucoupes, des flammes, des bassines, des vaches,...et que sais-je encore ? 
Le petit plus, c'est qu'il y a toujours un lien avec le pays en question. D'ailleurs, la dernière page nous rappelle cette énumération incongrue :

Sur terre, pour dire qu'il pleut à seaux, on n'emploie pas les mêmes images ni les mêmes mots.
Une belle façon d'aborder la diversité des points de vue et des cultures.
Le texte de Christophe Pernaudet, très rythmé  lui aussi, est plein de poésie et de sonorités comme des gouttes qui tombent. Les illustrations de Lauranne Quentric sont douces et gaies.
La chute apporte une note de sagesse en …

Maman, c'est toi ?

Image
Se retrouver à marcher avec un chapeau de paille non seulement sur la tête mais aussi sur les yeux, avouez qu'il y a plus confortable pour chercher sa maman !
Et pourtant, ce petit bout'd'chou avance, tâtonne, interpelle et se retrouve en présence d'un tas d'animaux qu'il caresse, effleure,   effraie ou le contraire, jusqu'à la chute irrésistible.
Ce qui fait le charme de ce cartonné, c'est l'effet répétition  et surtout les intonations différentes dans chaque situation, avec des onomatopées.
 Un suspense insoutenable !
Le tout se déploie sur doubles pages, ce qui donne de la profondeur et permet de bien suivre le cheminement de ce bout d'homme.
Il va plaire aux tout-petits, c'est certain ! Il faut dire que ce duo d'auteur-illustrateur fait mouche à chaque fois.
Maman, c'est toi ? Michaël Escoffier et Matthieu Maudet loulou & Cie Ecole des loisirs

Maman, Papa, comment vous vous êtes rencontrés ?

Image
Il n'est pas rare que les enfants se posent beaucoup de questions sur leurs origines. C'est le cas de Sofia qui interpelle à fond ses parents pour savoir comment ils se sont rencontrés avant sa venue au monde. Et elle va découvrir qu'il en a fallu des réactions en chaine pour que cette rencontre se produise ! Avec sa candeur et sa générosité d'enfant, elle décide , pour les remercier, de faire un dessin à toutes ces personnes ou objets (parfois assez incongrus !) car sans eux, elle ne serait tout bonnement pas là ! Mais le lendemain matin, ses parents ont une surprise pour elle : une surprise pleine d'amour pour la remercier à leur tour de remplir si bien leur vie.
Qu'il est chouette cet album ! Plein de curiosité, plein d'écoute, plein de belles questions et réponses, un tantinet obstiné et plein de vie ! On reconnait bien aussi la bienveillance de Thierry Lenain dans la chute.
Les illustrations de Stéphanie Marchal sont parfaites de mouvements,  de gaieté et su…

Surf

Image
"Le présent pouvait faire cette petite place au passé, ils n'avaient rien à craindre l'un de l'autre." (p. 213) Cette phrase, presque à la fin, je l'ai choisie (parmi tant d'autres que j'ai relevé) car elle me semble être le cœur de ce roman à la fois envoûtant et désarçonnant. 
C'est la recherche d'Adam. Celle de toute sa vie. Depuis ses 8 ans quand son père est parti et n'est jamais revenu. Lui Adam revient à Brest, délaissant son école de graphisme parisienne. Il ne sait pas encore que son passé va se réveiller, lui qui a tant cherché à rester sur le fil de sa vie, comme le surfeur sur sa vague, et ne pas se laisser engloutir par cet abandon paternel. Lui et sa mère ne le vivent pas de la même façon : lui bouillonne intérieurement alors qu'elle semble avoir capitulé. 
Il reçoit une lettre de la femme américaine de son père, avec laquelle il a refait sa vie, lui annonçant sa mort. Sont jointes des lettres qu'il n'a jamais envoyé…