Articles

Affichage des articles du avril, 2018

La peau de mon tambour

Image
Ce roman, c'est une vibration. Une vibration dans l'écriture. Une vibration de vie.

On en perçoit les sentiments et les émotions dans la moindre description de paysages et de personnages.
La couverture, avec ses découpes, donne envie de les ouvrir une à une et intrigue. Une fois la lecture terminée, on y voit clair sur sa symbolique.

On suit Zoé d'un été à un autre.
Une année au cours de laquelle son monde de l'enfance va se fissurer et en révéler un autre, le fameux passage à l'âge adulte.

Dis comme ça, on se dit qu'il n'y a rien là de bien révolutionnaire. Et bien si : l'écriture de Marie Sellier, à travers ce personnage si riche, transcende cette thématique maintes fois abordée.



Il y a le poids de la famille, surtout celui de la mère, néfaste, dont Zoé s'éloigne, s'enfuit même tant elle la noie. 
Il y a le père, absent et impuissant.
Il y a Grandma, la mère de la mère, impotente et étouffante.
Il y a Bonny, l'autre grand-mère, vieillissante et accue…

Le bondivore Géant

Image
"Un beau jour, en rentrant chez lui, Lapin entend une grosse voix s'élever de son terrier. C'est moi le BONDIVORE GEANT, aussi horrible que méchant !"
S'ensuit une cascade en chaîne où tour à tour, Minette, Ours, éléphant et grenouille, chacun avec sa technique, essaie de déloger avec optimisme cet intrus indésirable.
La chute, irrésistible, fait passer les protagonistes (et le lecteur au passage) de l'inquiétude à la bonne poilade.
Les plans alternent sur des gros plans où les attitudes des animaux sont croquées avec réalisme, passant de l'envie d'en découdre à la peur. 
Une histoire randonnée où l'aide d'un plus grand est toujours requise jusqu'à la chute finale pleine d'humour, que les enfants plébiscitent.
Rien d'original certes mais un album très plaisant, à lire surtout à voix haute pour en valoriser la répétition et l'effet de surprise.

Retrouvez la chronique du blog Littérature enfantine.
Le Bondivore Géant Julia Donaldson Hele…

J'ai suivi un nuage

Image
Voici une pépite avalée un soir de lecture.
Rémi perçoit bien que chez sa maman, soit c'est jour gris plein de pluie, soit jour plein de soleil et de fantaisie ! Des jours sous la couette et des jours comme des tourbillons de rêves éveillés.
Des troubles de l'humeur-bipolarité, bien que le mot ne soit jamais prononcé- qui le questionnent, le mettent parfois en défaut à l'école, le contraignent à s'adapter et à se faire petit comme une souris, le conduisent souvent chez son papi et sa mamie quand la crise est trop forte jusqu'à ce que sa maman soit hospitalisée en hôpital psychiatrique. 
Il y a la peur de cet endroit, les fantasmes qui y sont liés même quand surtout quand on est un enfant, les mots rassurants de papi qui explique et dédramatise, la tendresse de mamie, même si chez eux, tout est trop bien rangé. Une lucidité chez cet enfant qui émeut au plus haut point, une fragilité aussi qui touche en plein cœur.
Un roman d'une rare délicatesse qui se place à haute…

Le sac à souvenirs

Image
Voici un album d'une infinie délicatesse dans les tons mais qui dans le texte aborde une thématique très peu explorée en littérature jeunesse.
Deux voix se répondent : celle de la mère, angoissée et celle de la petite fille, toute en retenue.
La menace est là mais de laquelle s'agit-il ?
On pense d'emblée à l'immigration, aux sans papiers reconduits à la frontière. 
Martine Delerm aborde là la thématique de l'expulsion au sens large. Cela se passe à notre porte, en France. Elle se place  d'emblée  du point de vue de l'enfant, qui égrène ses souvenirs un à un, voudrait tout emporter avec elle, tout ce qui a fait sa vie d'ici et à laquelle c'est un déchirement de renoncer. Cet inventaire à la Prévert a une force symbolique d'une puissance émotionnelle terrible. Car ce ne sont pas seulement des souvenirs, mais aussi des sensations, des émotions, des sentiments qu'il s'agit de laisser derrière soi...


C'est bien trop lourd un sac à souvenirs.

Mon grand soir

Image
Quand Lola rentre du collège ce soir-là, c'est la grande nouvelle ! Son petit frère de 7 ans, malade du cœur, va enfin pouvoir être greffé !  L'ambulance se fraie un passage dans la neige qui s'est invitée aussi, et Lola apprend qu'elle va rester seule à la maison pendant que ses parents restent au chevet de Mano à l'hôpital. Libre de manger ce qu'elle veut, libre de jouer de la batterie comme elle veut, libre de tout ? Elle qui s'imaginait vivre un grand soir de liberté, elle en sera pour ses frais. L'attente va s'avérer longue et angoissante, avec un rebondissement qui pourrait anéantir la chance de survie de ce frère, qui pourtant chétif à cause de la maladie, prend toute la place.
Le décompte des heures commence et le lecteur assiste à la transformation de Lola : de légère et sûre d'elle-même, elle s'interroge sur la vie et la mort, sur les réactions de chacun, sur la famille et sa propre place, que cet espoir de greffe vient tout balayer. …

Coup de coeur numérique #40 : Pluie à midi

Image
Ce n'est pas un poisson d'avril ! 
Voici une chronique numérique qui vous présente Joe le poisson qui rêve de posséder un aileron de requin ! Rien que ça ! Son ami l'hippocampe lui en offre un qu'il a trouvé dans la mer. Tout fier, il arbore sa nouvelle identité mais une tempête va la lui enlever. Ce sera à toi de l'aider à le retrouver !
Le joueur va donc guider Joe le poisson à travers 4 jeux qui permettent d'acquérir de nouveaux pouvoirs et faire changer la météo. A la fin, une surprise de taille attend le joueur !


On peut aussi collectionner les poissons rencontrés et se repérer sur la carte. En localisant sa tablette, la météo du jeu change en fonction de celle où on se situe : c'est magique !

Il existe également un livre dont des éléments de papier permettent d'interagir avec le jeu mais ce n'est pas obligatoire. J'ai trouvé que la narration de ce jeu est superbe, le graphisme et les sons remarquables, c'est une bien belle immersion dans l&…