Articles

Affichage des articles du 2021

La-gueule-du-loup

Image
Je ne savais pas à quoi m'attendre en entamant la lecture de ce roman d' Eric Pessan : un thriller ? Une enquête ? Des revenants ? Très vite, l'atmosphère qui s'en dégage m'a un peu angoissée. Comment une maison peut-elle sembler aussi hostile ? Et surtout pourquoi ? Est-ce uniquement l'influence du nom du lieu ? Ou les circonstances qui amplifient tout ? Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'auteur sème le trouble dans l'esprit du lecteur, le perd, et ... Car ce roman est bluffant : sous ses airs d'histoire de forêt sombre, de bruits bizarres, de mystères enfouis,  le sujet est en effet tout autre. Jo, son frère et sa mère s'exilent dans la maison des grands-parents maternels, décédés un an auparavant, sur fond d'héritage mal négocié entre frère et sœur. Début du confinement de mi-mars 2020. Un papa infirmier aux urgences et une peur légitime de transmettre ce virus encore bien inconnu. La route (longue), l'installation (ére

Dans mon nid !

Image
La lecture du dernier album d' Emile Jadoul est pleine de joie de vivre et de douceur : y  pas à dire ! Il sait vraiment y faire avec le tout-petit ! Dans cette histoire, un petit lapin, en s'étirant, tombe de sa branche au petit matin dans un ...nid occupé par un oiseau, évidemment ! Mais un oiseau un brin possessif et plein d'envies.  Néanmoins, il accepte de partager son cocon douillet contre une partie de foot, de musique,....pas moyen de faire la sieste pour le petit lapin dans ce nid douillet ! L'aventure ne s'arrête pas là puisque ce nid se met à bouger. Je ne dévoilerais pas la fin mais elle est est vraiment épatante ! Les petits lecteurs vont l'adorer et les grands vont adorer la leur faire découvrir. Il y a l'enfance dans cet album : avec ses jeux, ses petits compromis, le partage aussi pas toujours facile à accepter. Et puis cette douceur infinie... Le jeu sur la page fonctionne à plein, les onomatopées aussi, la vivacité des dialogues, les couleu

J'aurais voulu

Image
Après C'est mon arbre (sur la possession) et Un peu beaucoup (sur l'accumulation), Olivier Tallec étoffe sa série avec ce troisième opus pour notre plus grand plaisir : J'aurais voulu (sur la recherche d'identité). Et franchement quelle tranche de rigolade ! J'ai a-do-ré ! On retrouve cet écureuil toujours en mouvement qui cette fois voudrait être quelqu'un d'autre. Parce que : être un écureuil, c'est vraiment pas le pied ! Il endosse alors tour à tour les attributs des animaux qu'il rencontre dans la forêt avec cette auto-justification qui frise la mauvaise foi et la naïveté cumulées. Ce comique de répétition fait notre bonheur parce qu' on s'y voit en tant qu'humain ! Qui n'a jamais voulu être quelqu'un d'autre ? Avoir la belle couleur de cheveux de son voisin, la prestance de l'autre, et que sais-je encore ? Sauf que souvent la réalité de l'autre est toute autre justement... Les grands yeux de cet écureuil le rende

La vie en rose de Wil

Image
Lire un roman de Susin Nielsen , c'est toujours se plonger dans une réalité sociale douloureuse vue à travers le regard d'un.e adolescente mais en même temps y trouver une forme d'empathie rare. La vie en rose de Wil n'y échappe pas mais comme toujours, j'ai eu une sorte de pincement au cœur en découvrant cette histoire, teintée d'une sorte de tristesse difficile à évacuer car malgré le positif qui en émane, un fort sentiment de solitude persiste. Wil, 14 ans, est un garçon extrêmement attachant mais si réservé que personne ne le connait vraiment sauf ses deux mamans, Sal, son voisin âgé de 80 ans et Alex, son meilleur ami. Au lycée, il est martyrisé par Tyler et sa bande. Alors quand un séjour linguistique est organisé avec la France, c'est un autre Wil qui va naître, au contact de Charlie, non pas un garçon comme le prénom pourrait l'indiquer, mais le diminutif de Charlotte, une jeune fille parisienne irrésistible d'originalité et dont il va tomber

Je serai vivante

Image
Lu en juin à sa sortie, j'ai retardé l'écriture de cette chronique. Car ce roman est une déflagration. Il faut à nouveau se rassembler pour y mettre ses mots. C’est aussi un monologue et un dialogue de sourds. Sur une réalité sordide. La jeune fille de ce roman a subi un viol. Elle pensait avoir rendez-vous avec ce garçon qui lui plaisait. A sa surprise, il l’avait invitée. Mais cela s’est terminé au pied du cerisier sous un ciel d'avril dans une violence inouïe et sans cri. Quelque temps plus tard, une autre réalité pas moins sordide : en allant au commissariat porter plainte, elle ne trouve que mépris, préjugés et une autre forme de viol(ence) en face d’elle. Ce qui la déstabilise, la fait bafouiller, lui fait perdre pied, la dédouble une fois encore en revisitant ses flashs. Car les questions de l'officier en face d'elle sont si orientées, si dénuées de toute empathie, si narquoises, si terrifiantes elles aussi. Le lecteur suit donc impuissant à la fois le récit

Même pas en rêve !

Image
Pour Pascaline, la petite chauve-souris de cette histoire, il est l'heure de se confronter pour la première fois à l'école....mais ça, elle ne l'envisage pas du tout au contraire de la cohorte d’animaux qui y file bien sagement. Le pouvoir de persuasion de ses parents trouve vite ses limites. Pascaline se fâche et lance ce cri tonitruant : " MÊME PAS EN RÊVE ! ", si tonitruant que ses parents, étant sous sa trajectoire, en rapetissent ! C'est le déclencheur : ni une ni deux, elle prend ses parents minuscules sous ses deux ailes et en route pour l'école ! Suivent des scènes de découvertes des moments de l'école : le chant, l'heure de vol (!), la cantine, la sieste, l'heure des parents....sans parents pour Pascaline, évidemment ! Cette journée fût si réussie que ses parents expriment le souhait d'y retourner le lendemain et devinez quoi ? "Même pas en rêve ! "(mais moins tonitruant) leur dit leur fille car c'est décidé, elle y r

Merveilleux

Image
En cette rentrée scolaire, pas de chronique d'un livre sur le sujet ici mais plutôt un bien joli album sur l'estime de soi, et ce, dès le plus jeune âge. Cela fait longtemps que je suis le travail de Gay Wegerif car j'aime son approche minimaliste mais si parlante. Je lis très souvent ses albums aux tout-petits et celui-ci n'a pas fait exception. Il a remporté un vif succès auprès des enfants mais aussi des adultes présents. Et ça, c'est le signe qu'il sait s'adresser à tous ! Dans " m e r v e i l l e u x ", il s'agit de formes peintes d'un coup de pinceau sur la page mais elles prennent vie sur la page suivante de façon très figurative : un cheval, un poisson, un lapin, un oiseau, un papillon, autant d'individualités qui prennent corps dans des tons très colorés et un enthousiasme communicatif au son du mot merveilleux. Car tous le sont !  C'est un album qui reconnait chacun dans sa singularité mais aussi au sein du groupe. Plein d

Lecture d'été #10 : Un thé avec Grace Kelly-Série Broadway Limited

Image
Quel délice que de retrouver les pensionnaires de la pension Giboulée !  La pension Giboulée est tenue par Artemisia Merle et sa sœur Céleste, dans laquelle déboule un jeune boursier français Jocelyn Brouillard. La pension n'accueille que des jeunes filles mais il y a eu malentendu avec son prénom, pris pour celui d'une fille.  Heureusement il joue bien du piano et il va être accepté dans le petit studio situé au sous-sol de la pension. Il va alors découvrir l'american way of life à travers les 6 jeunes filles venant de toute l'Amérique pour faire fortune dans le show-biz et occupant la pension : partage de salle de bains, courir après les cachets, surmonter les déceptions amoureuses, jouer au poker, arrondir les fins de mois avec des petits boulots, voici pour planter le décor. J'avoue avoir eu un peu de mal au début  à me remémorer où en étaient les personnages par rapport aux deux tomes précédents, mais j'ai raccroché le wagon de la vie plutôt virevoltante e

Lecture d'été #9 : Sous ta peau, le feu

Image
Le dernier roman de Séverine Vidal nous transporte en 1764, en pleine épidémie de variole : le masque, lavage des mains et distanciation sont déjà de rigueur pour se protéger. Ange accompagne son père médecin au chevet des malades, même si c'est interdit. Un secret bien gardé. C'est ainsi qu'ils vont être appelés par la comtesse Isabeau de Montagu, qui a perdu son mari et tous ses enfants, sauf sa fille Esmée. Elle n'a qu'une idée en tête : lui faire inoculer la maladie pour la sauver. Mais convaincre le médecin ne va pas être si facile. Entre Ange et Esmée, c'est le coup de foudre. Le feu n'est peut-être pas celui qu'on croit dans cette histoire... Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on ne lâche pas ce roman ! Le lecteur apprend déjà une foule de choses sur cette maladie et cela permet un parallèle intéressant avec la crise sanitaire actuelle. C'est aussi une histoire sur la tolérance et l’obscurantisme de l'époque, dont la coexiste

Lecture d'été #8 : Ma PAL de vacances

Image
    Des livres achetés/reçus/empruntés-Certains déjà lus/ D'autres à lire sur mon lieu de vacances pour les 15 jours à venir   Ogresse : pas tellement aimé...(J'ai pas bien compris...). Jeanne Dieu, le diable et les autres : adoré ! (Quel rythme !). Signé poète X : vraiment fort bien (On entre direct dedans).   J'emporte les autres...Des avis à mon retour...ou pas...selon l'envie du moment !   *BLOG EN VACANCES !*

Lecture d'été #7 : Les romans à gratter !

Image
Comment occuper les enfants en vacances ? Qu'il fasse chaud, qu'il vente, qu'il pleuve, les livres sont de merveilleux compagnons ! Et voici un nouveau concept développé par les Editions Magnard jeunesse : LES ROMANS A GRATTER ! Il fallait y penser d'allier lecture et jeu dans un format hyper agréable à lire, avec des illustrations colorées en bi-chromie et hyper-dynamiques, qui apostrophent aussi le jeune lecteur. Des auteurs.trices connu.e.s ont prêté leur plume pour ces deux premières aventures pleines de rebondissements : le grattage est drôlement facile, on en met pas plein partout et on peut aussi s'amuser à deviner la suite de l'histoire. Des textes courts et haletants,  tout pour amener le plus réfractaire des lecteurs à aller au bout ! Ciblée pour les 7-9 ans, cette collection se veut une passerelle entre la première lecture et le roman. A la fin, 10 pages de jeux complètent le dispositif. Un sacré bonus ! Entre S uper détectives et Les jumeaux d’Égypt

Lectures d'été #6: Anne de Green Gables-Anne d'Avonléa

Image
Quelles pépites ! Deux premiers tomes édités en France, grâce au travail remarquable des Éditions Monsieur Toussaint Louverture : grain du papier, reliure, brillance et beauté des couvertures, le lecteur tient en ses mains de très beaux objets qu'il est vraiment agréable de soupeser. Comme de belles promesses. Et c'est largement le cas. J'ai adoré rencontrer cette héroïne Anne, dont le patronyme est celui de lieu où elle grandit, cette province sauvage de Nouvelle Écosse, dans le village d'Avonléa, dans la ferme de Green Gables, adoptée à l'âge de 12 ans par un couple de frère et sœur, fermiers, au cœur grand comme le monde. Le lecteur suit donc Anne au fil des années, dans son éducation stricte mais aussi pleine de bon sens, dans ses interactions avec les autres habitants, dans sa faculté à embellir tout ce qu'elle touche grâce à une imagination plus que débordante et l'amour des mots. C'est aussi la chronique d'une communauté vivant dans une nature

Lecture d'été #5 : Un été avec Albert

Image
Un nouveau roman de Marie Pavlenko ? Non, ça ne se refuse pas. Je pense les avoir tous lus et elle arrive à la fois à rester fidèle à ses thèmes de prédilection et à se renouveler. Dans "Un été avec Albert", seulement 211 pages mais un concentré de suspense qui relève à la fois du fantastique et du thriller. Carrément. Le bac en poche, Soledad rêvait de vacances d'été entre potes. Sauf que la séparation de ses parents va tout bousculer. Son père l'envoie chez sa grand-mère dans les Pyrénées, dans un trou perdu. Elle va pourtant savourer peu à peu ce retour aux sources, prendre conscience de l'immense solitude de cette grand-mère dont elle s'est éloignée à l'adolescence. Des évènements plutôt terrifiants vont survenir au cœur de cet été qui vont mettre à mal la tranquillité du lieu. Et surtout il y a Albert. Je ne dirais pas qui il est. Surtout pas.  Cette dimension fantastique donnée au récit m'a vraiment emballée. La confiance de la grand-mère en Al

Lecture d'été #4 : Comment mettre une baleine dans une valise ?

Image
Mais oui, tiens donc, quelle excellente question :  comment donc faire entrer une baleine dans une valise ? On pourrait penser à nos valises de vacanciers rencontrant ce souci hautement métaphysique à chaque départ. Sauf que Guridi , fidèle à son approche, propose ici un album bien plus subtil avec une métaphore qui au fur et à mesure que vous avancez dans la lecture, vous ouvre les yeux sur une réalité qui n'est pas celle de vacances choisies mais celle d'un long voyage sans retour. Celle de l'exode. Celle des migrants.  La "pirouette" utilisée est d'une force incroyable : c'est immense une baleine et c'est toujours trop petit une valise pour un voyage dont on ne reviendra pas. Il faut tout emporter. Toute sa vie. Ne pas y renoncer. Car c'est tout ce qu'il vous reste. Comme la baleine, le lecteur retient son souffle quand il comprend l'enjeu. Mais le plus fort, vraiment plus fort que Guridi arrive ici à faire passer, c'est la multiplic

Lecture d'été #3 : Océano

Image
Alors que Partir en livre 2021 bat son plein sur la thématique de "Mer et merveilles" du 30 juin au 25 juillet, voici un livre pop-up qui célèbre la mer dans une conception fort originale. Anouck Boisrobert et Louis Rigaud ont vraiment un savoir-faire incontestable en la matière ! Ici le bateau Océano part pour une grande expédition autour du monde : l'occasion de découvrir la mer dans tous ses paysages. Le bleu infini de son horizon, la blanche banquise, la noirceur de la tempête, la beauté préservée des coraux des mers chaudes. Le plus de cet album est sa conception puisque le lecteur est à la fois spectateur du dessus et du dessous dans un savant montage de pliages et de reliefs. Et c'est absolument magique cette immersion ! Des couleurs et des mouvements qui nous disent l'infinie richesse et la beauté fragile de la mer. Une multitude de détails sont à observer au fil de l'histoire et cela passionne les enfants auxquels j'ai eu l'occasion  de le

Lecture d'été #2 : Esther Andersen

Image
Il est un pays dont il semblerait que Timothée de Fombelle ne soit pas revenu et tant mieux pour ses lecteurs auxquels il permet de replonger dans la pureté cristalline du pays de l'enfance. En particulier dans des souvenirs d'enfance de vacances. Les meilleurs.  Prendre le train et aller chez l'oncle Angelo. Retrouver les habitudes faites de ces petits riens enchanteurs et dont le caractère immuable revêt presque le domaine du sacré.  Chaque année apporte son lot de retrouvailles pour ce jeune garçon mais ce qu'il ne perçoit pas encore, c'est qu'il grandit et ouvre le spectre de ses découvertes. Jusqu'à rencontrer la mer. Et aussi la jeune fille qui donne le titre à cet album. Un nom aux sonorités de pas d'ici. D'un ailleurs. Ou de plusieurs même. Il ne sait plus très bien mais ce n'est pas grave puisqu'elle est là. Comme un trésor fragile. Son trésor. Sans doute le vrai premier véritable trésor. Mais aussi son secret. Un secret que l'on

Lecture d'été #1 : idylle

Image
Voici un objet livresque d'une beauté sonore et d'une pureté graphique qui touchent en plein cœur !  Un titre aux sens multiples, fort bien définis en page d'exergue,  avec ce mot idylle qui chante aux oreilles,  et un écrin de papier relié d'un fil rouge pour ces aquarelles incroyablement champêtres et ces mots d'une poésie si douce. Il et Elle.  Tout les sépare et pourtant... L'une a des ailes et l'autre vit dans l'eau. Sous la lune, autour d'une tasse de thé, ils scellent cet amour d'île et d'ailes.  A la fois tendre, précieux, virevoltant, bucolique, cet objet- et je ne veux pas dire livre tant il se range pour moi du côté de l'artistique-chante, plonge, enchante et ouvre des perspectives à la fois secrètes et universelles.  Chaque lecture renouvelle cette émotion de légèreté, de profondeur et de fraicheur mêlées : le lire à haute voix lui donne une dimension musicale certaine. La voix silencieuse lui confère une dimension intérioris

Tu reverras ton frère

Image
Titre de la nouvelle collection "Court toujours" * chez Nathan , "Tu reverras ton frère" de Séverine Vidal porte bien son nom à la fois dans le titre et la collection. Course menée tambour battant, voici une lecture qui s'avale en une heure tant le rythme vous emporte. Une construction en regard sur deux périodes : 2011 et 2021.  2011 avec la disparition du petit frère Jules, emmené par sa mère du jour au lendemain, suite à la séparation des parents. Les deux grandes sœurs Billie et Ava, qui vivent avec leur mère d'un premier mariage, sont sous le choc, leur père commun à eux trois ne vit plus sous l'effet de cette nouvelle. 2021 : c'est un bonnet aperçu sur le quai du tram à Bordeaux par Billie et un flash. La tête dedans pourrait être bien celle de Jules. Renait alors l'espoir pour la famille de le serrer à nouveau dans leurs bras ?  Savamment construit, avec les souvenirs, les manques, les peurs, les doutes et cet espoir qui ébranle à nouvea

De la terre dans mes poches

Image
Qui n'a jamais ressenti de la joie en tenant dans la paume des ses mains la terre chaude et vivante, pleine de promesses ?   Ce petit livret aux allures artisanales, qui en font aussi tout le charme,  nous dit sous forme de poésie que le bonheur de simplement toucher la terre est une façon de renouer avec la nature, en toute simplicité.   L'enfant a récolté de la terre car point de jardin à la maison : le lecteur y ressent une forme d'urgence toute enfantine, comme un trésor au fond de ses poches. Tout doucement, il amène son idée auprès de l'adulte, comme un Titsou aux pouces verts.    C'est frais et simple dans le texte de Françoise Lison-Leroy et les illustrations épurées de Matild Gros ,  mais en même temps, le lecteur ressent un remplissage de quelque chose d'absolument vital. J'aime les postures des humains de ce livre : courbées, pleines d'attention et d'intention, envers cette terre et ce qu'elle donne. Il y a aussi l'idée d'une

N.E.O tome 2 : Les deux châteaux

Image
Quel plaisir de lecture que cette saga fantastique ! Dans ce deuxième tome, les deux tribus, celle du château et celle du tipi, se sont réconciliées : les rituels sont vécus ensemble et tous semblent vivre dans l'harmonie.Le couple Alixe et Zyzo réunit les deux tribus dans une forme d'équilibre salutaire. Cependant, Mordélia, chassée, conserve ce fameux troisième livre qui va attiser toutes les passions et peut-être fissurer la confiance entre les deux tribus. Mais ce n'est pas tout ! Il y a de l'action à revendre dans ce tome : un voilier l'Albatros envoyé en éclaireur, dont l'équipage va faire une découverte aussi inattendue que surprenante, le mystère du passage du nuage va donc s'épaissir, des tentatives de pouvoir dignes d'un dictateur par Ogénor, le conseiller spécial de la reine Alixe, la découverte d'un sarcophage qui va faire surgir mille questions, le déménagement dans un autre château,....bref, ça n'arrête pas ! Une aventure une fois e

Les images de Lou et Mouf

Image
Une nouvelle collection pour les petites mains signées Jeanne Ashbé : Les images de Lou et Mouf. Quatre petits cartonnés colorés et tout doux qui reviennent sur ces moments clés de la journée d'un tout-petit et des gestes, routines, rituels qui en font tout le sel. La particularité ? Pas de texte mais des images pour parler, nommer, regarder, tourner, revenir et s'y retrouver soi, en s'identifiant à Lou et son doudou Mouf. C'est tout simple, tendre, joyeux : page de gauche l'objet agrandi est remis en situation page de droite. L'enfant pointera du doigt, commentera, acquiescera. Une façon de s'approprier le langage et d'appartenir au monde en commençant par le quotidien rassurant et sécurisant. Les livres sans texte sont très importants, y compris pour le tout-petit qui est déjà lecteur de l'image. Cette nouvelle collection, au format parfait pour les petites mains, et une belle unité de couleurs, va à coup sûr rencontrer son public. Pas de fioriture

Mini sophro

Image
Un petit coffret facile d'utilisation, qui explore de façon simple et ludique les 5 sens à travers 30 exercices de sophrologie adaptés aux enfants de 5 à 9 ans , il fallait y penser ! Car la sophrologie peut très bien être pratiquée par de jeunes enfants, ils y sont même plutôt réceptifs, et ces fiches en carton rigide permet de la pratiquer en famille, en structure, en vacances, à la portée de tous ! Les cartes sont réunies par couleur, représentant un des 5 sens avec un pictogramme en haut à droite, permettant même à des enfants pas encore lecteurs, de se repérer et de manipuler. Le recto indique l'intitulé de l'exercice en une phrase simple et la posture de l'enfant en dessin donne déjà une idée de la position à adopter. Le verso explique l'exercice avec le "je" qui donne un réel élan d'implication.  Mais l'approche va plus loin sous son apparente simplicité : dans chaque carte, une technique de sophrologie est à chaque fois ciblée : visualisat

regarder les mouches voler

Image
Voici un album singulier. Qui oblige au lâcher-prise. Il est est une suite de portraits de singes qui ont accepté de répondre à cette question : Qu'est-ce que le bonheur pour vous ? Celle qui mène ce projet s'appelle Jeanne, et elle est anthropologue (un clin d’œil à Jane Goodall ou Jeanne Legras ?). En deux pages, elle explique sa démarche, arguments et mise en perspective à l'appui. D'emblée, le lecteur se dit : ouh là ! Mais c'est drôlement sérieux !  Puis, en commençant à lire, le lecteur se prend au jeu, plus encore quand il découvre les têtes des protagonistes. Effet miroir à plein sur notre humanité.  Les réponses sont profondes, drôles, justes, impertinentes, surprenantes, hésitantes,....mais toujours Jeanne relance, rassure, recueille. Et c'est drôlement chouette !  Il y a beaucoup de sourires aussi, de joie à partager, autour de cette notion du bonheur toute relative et qui n'a pas cessé de nous agiter depuis des siècles.  Une année de réponses aut

Quand les escargots vont au ciel

Image
Voici une pépite ! Trois enfants, Alice, Rachel et Amin jouent au parc. Mais avant, il y a toujours l'approche des protagonistes (car si Alice et Rachel sont amies, Amin les intimide) et le moment où il faut se mettre d'accord sur le jeu. Découvrant un escargot tout mignon, les enfants se disent que voilà un jeu parfait....sauf qu'il est écrasé par accident par l'un d'eux. Alors le jeu se transforme en... enterrement d'escargot. Une foule de questionnements va surgir de ce micro-événement et franchement, ce que c'est réjouissant ! Je ne suis pas du tout surprise que cette première lecture ait remporté le Prix Sorcières 2021 catégorie Carrément passionnant mini. Cet enterrement va prendre une allure drôlatique : les adultes vont y être plus ou moins mêlés dans les allers-retours des enfants, qui pour vérifier telle information., qui pour partager son goûter,...dans une surenchère propre aux enfants. Et ils en apprennent une foule de choses ! Mais de fil en ai