Du haut de mon cerisier

Elle s'appelle Mafalda, elle a  9 ans et elle sait qu'elle va perdre définitivement la vue.
Oui, c'est raide dit comme ça mais elle est si désarmante de volonté contre l'adversité !
Elle a un compagnon qui l'aide dans cette épreuve du noir définitif qui va arriver : c'est l'arbre de la cour de son école. Un cerisier. Chaque jour, elle compte les pas jusqu'à lui. C'est son décompte de l'obscurité. Il est son phare dans la nuit.

D'autres personnes l'entourent : il y a Filippo, son ami, qui l'empêche de s'apitoyer sur son sort et la mène sans cesse sur le chemin de l'enfance,  et Estella, aide de service de l'école, remarquable de conseils laissant à la petite fille une large marge de libre arbitre.

Il y a aussi ses parents, démunis, et qui essaient du mieux qu'ils peuvent d'adoucir son quotidien en restant dans le côté pratique des choses, une façon pour eux de la protéger.

Il y a aussi son chat et le roman "Le baron perché" que son père lui lit comme en écho. 

Il y a aussi l'esprit de sa grand-mère qu'elle retrouve dans ce cerisier refuge dans des monologues si touchants de sincérité.

C'est un roman extrêmement bouleversant, qui serre le cœur, car le lecteur assiste impuissant à ce handicap qui envahit tout mais en même temps ce courage de Mafalda force l'admiration.

Quand à la fin, le lecteur découvre qu'il s'agit d'une histoire tirée de la propre vie de l'autrice Paola Peretti , son cœur d'humain se dissout totalement pour l'incroyable résilience engagée et le message optimiste délivré là face au handicap.

Un roman comme un hymne à la vie ! 
Dont la couverture magnifique de Caterina Baldi traduit à elle seule toute la symbolique.



Du haut de mon cerisier
Paola Peretti
Gallimard jeunesse 
Grand format

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

La brodeuse d'histoires

226 bébés

Premier arrêt avant l'avenir

Violette Hurlevent et le jardin sauvage

Petit garçon