D'or et d'oreillers

Il n'y a pas à dire mais Flore Vesco excelle dans l'art de ré-écrire les contes ! D'or et d'oreillers fait allusion à la princesse au petit pois mais pas que. Entre les lignes, d'autres contes surgissent sous des allusions dissimulées, et cela devient un jeu de les découvrir.

Dans cette histoire située dans un village anglais, il est question de filles à marier, d'un jeune, beau et riche parti du nom de Lord Handerson dans son Blenkishop Castle, d'une femme de chambre au caractère bien trempé du nom de Sadima, d'un majordome énigmatique, et d'épreuves sorties tout droit de la tête de ce lord, notamment celle de dormir dans un lit haut perché constitué d'une dizaine de matelas.  Choisir une femme pour se marier, en voilà une drôle d'idée à laquelle le jeune lord a opté de donner un angle quelque peu choquant pour l'époque.

Cependant, les prétendantes n'étant pas à la hauteur de la première épreuve, c'est Sadima qui la réussit, avec naturel. Et des épreuves, il y en aura d'autres : elle va découvrir bien des aspects de ce château et de la vie du lord : quand magie et sorcellerie s'en mêlent ! Cela donne une histoire menée tambour battant !

Le plus de ce roman, et que j'ai particulièrement aimé, c'est la sensualité qu'a su aborder l'autrice : c'est joliment et poétiquement amené et franchement, ça fait tout le sel de ce roman ! Certaines pages sont torrides de découvertes des sens, mais si bien suggérées, que ce roman s'adresse sans problème à plusieurs publics, sans s'effaroucher.  Le personnage de Sadima est d'une modernité épatante pour l'époque, je l'ai adorée. Elle réfléchit, elle s'impose, elle agit. J'ai été moins sensible à la magie et à la sorcellerie mais en même temps, il y a derrière tout un faisceau de sujets que l'autrice a su interroger à sa manière, et en particulier la place de la femme et sa féminité. Avec toujours sa marque de fabrique : les jeux sur les mots, les contes détournés, les clins d’œils, dont elle repousse encore les limites. Et c'est jubilatoire !

J'ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman dont la couverture, splendide, donne un aperçu des mystères...

Retrouvez mes autres chroniques de ses romans ICI.

D'or et d'oreillers
Flore Vesco
Ecole des loisirs
Médium+

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Le poisson qui me souriait

Filles inspirantes #2 : Izzie Nobody

L'été des Perséides

Une histoire bien secouée

A quoi rêvent les étoiles