A la volette...

©Méli-Mélo de livres
"Mon petit oiseau 
A pris sa volée (bis)
A pris sa
A la volette 
A pris sa
A la volette 
A pris sa volée."

Immédiatement, ce titre m'a fait chanter cette ritournelle enfantine. Pourtant, cet album sans texte exprime bien plus sans mots (presque) ce qui se joue dans cet arbre !

Un merveilleux voyage dans la grouillante vie d'un arbre, c'est ce à quoi invite Mathilde Magnan dans ce nouvel album à la patte si singulière.  Du noir sur la page blanche et cette multitude de détails à décrypter dans le plus infime et intime. Si bien que l’œil s'exerce à chaque lecture à les décrypter et les savourer lorsqu'ils sont découverts. 

De l'humour (la piste de décollage !) et un regard décalé pointent également à chacun des étages de cet arbre qu'à chaque tourne de pages le lecteur y monte ou y descend. C'est qu'il  s'en passe des choses du matin au soir ! Cet oisillon bien dodu va -t-il prendre son envol aujourd'hui ? Dépendant, il l'est toujours pour sa nourriture et force est de constater qu'on l'y aide bien à s'envoler.

Mais ce qui est délicieux, c'est ce qui gravite autour : là une araignée qui tend son fil (j'ai cru un instant que notre oisillon allait y jouer à l’équilibriste), ici des papillons qui virevoltent ou encore coccinelles, libellules, écureuils , chouettes, chauves-souris,....Tout ce petit monde qui vaque à ses occupations, s'apostrophant dans de minuscules onomatopées ou s'interrogeant eux-mêmes sur des micro-évènements,  qui disent aussi le quotidien des parents et des tout-petits. La chute en est l'apothéose ! (J'avoue qu'il faut la voir....).

Ce format qui s'ouvre en hauteur correspond parfaitement : le lecteur arrive finalement à avoir une vue d'ensemble de cet arbre qui grouille de toute cette vie que nous, humains, semblons de ne pas toujours imaginer. Les pages donnent le sentiment de s'agrandir et de dépasser leur spatialité.

Il faut vraiment prendre le temps de s'y plonger pour ne pas passer à côté. Mais si vous connaissez les deux précédents albums Et après ? (sous terre) et 20 000 lieues sous la mare (sous l'eau) , vous ne pourrez que vous délecter de celui-ci qui se passe dans les airs. Le tout forme une trilogie bien pertinente.

Des images sur le site de l'éditeur ICI.

De Mathilde Magnan, j'avais déjà beaucoup aimé les illustrations de Gipsy aux éditions Courtes et longues.

A la volette...
Mathilde Magnan
Voce Verso

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Emerveillements

Le sourire de Suzie

How to stop time

Home sweet home

Le fils de l'Ursari