Des caravanes et des hommes

Lucile ne supporte plus le laisser-aller de son père depuis la mort de sa mère. Elle décide d'investir la caravane du jardin, lieu de création artistique pour sa mère. Avec ses amis du lycée, elle va se reconstruire peu à peu et de fil en aiguille découvrir des éléments du passé. Et comprendre.
Cet isolement va se révéler tout aussi salutaire pour elle que pour son père qui va reprendre sa vie en main et aller mieux.

J'ai beaucoup aimé ce lieu-refuge, ce lieu-cocon, ce lieu-résilience avec toute cette jeunesse qui tourne autour.
J'ai beaucoup aimé le besoin d'introspection de Lucile, sa mise à distance, son intelligence émotionnelle, sa façon de s'adresser à l'autre, son envie de comprendre sans juger.

L'auteure a voulu y ajouter un aspect enquête criminelle qui m'a néanmoins laissée perplexe.
Bien sûr, il fallait des raisons mais je n'ai pas été convaincue par cet artifice. Des éléments dans ce roman font un peu "plaqués" alors que cet idée de refuge-caravane est vraiment plus que bien menée, avec les interrogations de ces jeunes sur leur avenir, leur solitude, leurs rapports avec le monde des adultes. En fait, cela me suffisait !
Un roman agréable à lire.

Mes nuits à la caravane
Sylvie Deshors
Le Rouergue
doado


Lu d'une traite en une après-midi pluvieuse, ce roman relate l'engagement d'un jeune homme de 16 ans auprès d'une femme syrienne et de son fils, réfugiés dans une caravane sur un terrain vague. Ce désir d'aider son prochain va bousculer la vision de ses parents, de son père en particulier. Peu à peu, le mystère va se lever sur Nooda et Adnan, après bien des péripéties dignes du polar et du roman d'espionnage !

Ce roman nous parle d'amitié, de convictions, de préjugés, d'engagement, de révolte, de peur. Il nous parle aussi de cultures, d'humanité et interroge notre faculté à ne pas tout accepter et à tendre la main à son prochain.

Méme si les ficelles paraissent parfois un peu fabriquées, le lecteur se laisse embarquer par ce récit mené tambour battant dont le suspense va crescendo. 

Un sujet d'actualité abordé avec un souci constant de nous mettre face à nos responsabilités, et notamment de nous permettre de ne pas confondre réfugiés et migrants.
Un aspect que j'ai réellement apprécié.

Une caravane en hiver
Benoît Séverac
Syros

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Rester debout

L'espoir sous nos semelles

Heureusement que le chien, lui, est un type bien

Little Miss Florida

Imagier caché