Sous un ciel d'or

1929. Le lecteur est transporté dans les Cornouailles dans un petit village modeste, dans lequel trône un château abandonné sur son île , celui de la famille Cardew. Frappée de malheurs, elle appartient désormais aux deux enfants Robert le fils et Caitlin la fille. Lou, jeune fille du village, s'y aventure pour lire et écrire en croquant les pommes du verger. Mais un été, la maison reprend vie lors de fêtes somptueuses et Lou, invitée, va y découvrir un monde de fastes, de paillettes, de dialogues superficiels, de secrets, de trahisons, de révélations, d'apparences, à mille lieux de la vie simple et bohème de sa propre famille.

Je n'en dirais pas plus mais j'ai aimé voir évoluer cette jeune femme dans ce milieu aristocratique et j'avoue qu'elle m'a impressionnée par sa faculté à s'y mouvoir tout en gardant sa fraicheur.  Elle s'interroge aussi sur son avenir : de quoi a-t-elle envie ? Rester au village et se marier comme sa sœur ou prendre un autre envol ? Ce va-et-vient est très bien rendu dans ce récit en superposant ces deux milieux. Avec une liberté de mouvements incroyable que lui laisse ses parents, elle profite de chaque instant avec intelligence et un sens de l'observation aigu.

De plus, l'autrice Laura Wood a parfaitement réussi à dépeindre l'ambiance des années 20 : charleston, jazz et champagne ! Mais la légèreté a souvent son pendant : celui de la tristesse qui se cache derrière les petits arrangements.

J'ai trouvé les personnages particulièrement bien campés : ils sont attachants, crédibles,  et l'ingénuité de Lou n'est pas moquée mais au contraire acceptée, voire encouragée. Ce qui m'a rendu ces personnages sympathiques malgré leurs zones d'ombre. La nature y est magnifiée et on imagine fort bien cette abondance dans les jardins sur fond de mer splendide.

Beaucoup de sincérité finalement dans ce roman romantique à souhait avec ses airs de Gatsby le magnifique. On y retrouve tout le flegme anglais capable de s'affranchir des classes sociales dans un petit village de pêcheurs. Tout coule de source, trop peut-être ?

Voici une comédie romantique bien agréable à lire, même si la fin est cousue de fil blanc (mais attendue avec impatience !) et que des longueurs rendent le récit un peu superficiel par moments. Mais elle est bien plus subtile qu'il n'y parait : on s'en rend compte ensuite.

Une lecture parfaite pour se dépayser !

Retrouvez l'avis du blog L'Ile aux trésors

Sous un ciel d'or
Laura Wood
PKJ

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Le poisson qui me souriait

Filles inspirantes #2 : Izzie Nobody

Le chemin de Léonie

L'appel du large

100+idées pour apprendre à (mieux) respirer