La fosse au loup

Ce n'est pas le premier roman d'Alexandre Chardin que j'ai beaucoup de plaisir à lire. Il a vraiment ce petit quelque chose qui rend ses personnages si inoubliables, si vivants, si mystérieux, sortant souvent du cadre conventionnel.

Deux sœurs, Lucie et Blanche. Ebranlées de différentes façons par la séparation de leurs parents. La première rebelle et en colère permanente, la seconde plus en intériorité.

Quand leur mère les envoie aller voir leur père, malade semble-t-il , pour la première c'est insensé, pour la seconde une évidence. Mais de là à imaginer qu'il puisse vivre dans cette maison délabrée, dans le dénuement le plus total, comme un ermite, c'en est trop pour la première. Elle s'en va, ne pouvant pas supporter. Blanche, elle, reste. Du haut de ses 13 ans, elle s'assigne cet objectif : faire partir son père de cet endroit. Le sauver de lui-même. De ses angoisses. De ses obsessions. De sa folie. Celle de traquer ce loup (imaginaire ?) qu'il est persuadé de voir. Pourtant, cette différence de réaction va rapprocher les deux sœurs, elle qui s'étaient tant éloignées. Entre souvenirs d'enfance qui reviennent et confidences, elles finissent par se retrouver fugacement. Et on perçoit qu'après ça, rien ne sera plus pareil entre elles et c'est beau. 

Blanche qui reste donc doit atteindre son père. L'approcher. L'apprivoiser. Par petites touches. Et entrer dans son monde. Elle peut compter sur la présence bienveillante et rassurante du voisin Pierre, ancien instituteur et qui veille sur cet homme de loin, sans le juger.

Ce roman est superbement bien amené : pas de fioritures dans l'écriture, juste l'essentiel pour que ressortent ce puissant rapport à la nature et les relations humaines dans toute leur âpreté.
J'ai admiré la patience de Blanche, son intelligence, son amour inconditionnel pour ce père hypersensible. Le basculement aussi induit par sa décision de le sortir de là. On pourrait avoir peur pour elle mais non, elle contrôle, jusqu'au bout.

La métaphore induite par le loup, qui a un lien évident avec la maladie qui traque cet homme depuis des années, donne corps à ce récit à la puissance symbolique extrême.

Oui, c'est un roman de l'extrême mais d'une justesse humaine à couper le souffle.

J'ai vraiment beaucoup, beaucoup aimé.
C'est âpre, mystérieux, inconfortable, comme une forêt inquiétante de laquelle pourrait surgir mille dangers. Un peu comme peut l'être parfois la vie non ?

La fosse au loup
Alexandre Chardin
Thierry Magnier

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Capitaine Rosalie

Un arbre une histoire

J'en rêvais depuis longtemps

Blanche-neige

Eléphant a une question