La fille d'Avril

L'histoire commence en avril 2018 dans un grenier à la recherche d'une robe entre une grand-mère, Catherine, et sa petite fille, Izia. Mais comme dans tout grenier, on tombe souvent en cherchant sur tout autre chose : là c'est une boîte de souvenirs que Catherine sort avec émotion. Sa petite fille lui demande alors de lui raconter...

Nous voilà transportés en 1966 quand Catherine avait 15 ans. Une vie de tâches quotidiennes à accomplir, sans réelle liberté, sauf celle d'avoir la chance de pouvoir encore étudier grâce à une bourse. Elle vit ce décalage d'éducation entre les filles de bonne famille de cet établissement religieux  avec une certaine dose de réalisme, mais est consciente aussi de l'évasion que cela lui donne. Le midi, elle déjeune chez un couple de quincailliers en échange de son aide. Au fur et à mesure, Catherine s'interroge sur cette société dans laquelle les femmes sont soumises aux hommes (sa propre mère par exemple) mais surtout sur l'image de leur corps qu'on enferme aussi. Mais un jour, elle se met à courir et découvre tout le sentiment de liberté que cela lui procure. Entre interdit et envie, elle va peu à peu faire son choix et se présenter à une course avec l'aide complice de la femme du quincaillier, rebelle elle aussi à sa façon.

C'est une fois encore un superbe roman que donne à lire Annelise Heurtier. Comme toujours très bien documenté, d'une lecture fluide, elle sait retracer toute une époque pas si lointaine (c'est celle de ma propre mère !) et on ne peut s'empêcher de se dire que bien du chemin a été parcouru depuis pour l'émancipation des femmes (même s'il en reste encore). On est abasourdi des sornettes qu'on pouvait leur affirmer concernant leur corps, comme s'il ne pouvait pas leur appartenir, confinées à un rôle strict d'épouse et de mère.
Le lecteur suit donc les questionnements de cette jeune fille, la voit évoluer et prendre sa vie en main : un message fort pour les adolescentes d'aujourd'hui. 

Et comme une boucle qui se referme, l'échange entre Izia et sa grand-mère lève le voile sur la rébellion qui semble être la seule arme des femmes pourvu qu'elles s'en saisissent.

Ce roman s'inspire de l'histoire vraie de Kathrine Switzer, première femme à avoir couru un marathon à Boston en 1967.


Retrouvez les avis de :

La fille d'avril
Annelise Heurtier
Casterman

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Les nouvelles vies de Flora et Max

Ma maman et mon papa ils sont magiciens

Papa est en bas

Les couleurs de mon jardin