Bookplant #3 : Sauvages

©Méli-Mélo de livres
Quelle joie que de retrouver la plume de Nathalie Bernard dont j'ai déjà beaucoup aimé le précédent roman : Sept jours pour survivre.
Et quoi de mieux pour le lire que l'endroit où nous étions en pleine nature, dans les montagnes !

La couverture absolument magnifique signée Tom  Haugomat donne envie d'en franchir la porte.
Et franchir la porte de la liberté le jour de leur 16 ans, c'est tout ce vers quoi tendent ces jeunes pensionnaires maltraités, violentés, violés, niés dans leur identité et leur culture.

On y fait la connaissance de Jonas qui est sur le point d'y arriver. Mais des événements vont le mener sur un chemin différent et sa liberté aura un prix qu'il ne pensait pas devoir payer en plus de tout ce qu'il a déjà vécu d'horreurs ces six dernières années.

L'auteure place son récit au Québec dans les années 1950 où jusque 1990, des pensionnats autochtones ont existé, capturant des amérindiens et dont l'objectif était de "tuer l'Indien en eux". 
Et c'est terrifiant.

D'autant plus que les chapitres alternent avec les souvenirs de Jonas avant sa capture, avec toute la transmission de sa mère. La nature aussi a voix au chapitre, comme une personne à part entière. Ce procédé donne à ce texte non seulement un double point de vue mais aussi un souffle de vie émouvant d'une force extraordinaire, contrastant avec toute l'horreur vécue par ces enfants innocents.

Un roman remarquablement documenté et construit entre roman historique et thriller, je vous le recommande, on ne peut plus le lâcher !

Sauvages
Nathalie Bernard
Editions Thierry Magnier 

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Coup de coeur numérique #23 : Ma rentrée colère

Le célèbre catalogue Walker & Dawn

Pëppo

L'instant de la fracture