Le cercueil à roulettes

On pourrait croire que ce roman est d'une tristesse sans fond. Oui, d'un certain côté, il l'est. Perdre sa maman d'une longue maladie à 15 ans, non, on ne le souhaite à personne.

Gabriel, confié à la sœur de sa maman Myriam, est plein de colère. De silence aussi. Mais il ne peut accepter que sa maman soit enterrée à côté de son père qui les a abandonnés. C'est pourtant son souhait et il le refuse. Germe alors en lui une idée folle : celle du cercueil à roulettes. A travers ce road-trip, il veut rendre hommage à la fantaisie de sa maman en lui trouvant un endroit où reposer qui soit digne de ce qu'elle lui a transmis.

Outch ! Qu'il est beau ce roman ! Alexandre Chardin, une fois de plus, montre toute l'étendue de sa sensiblité à la fois dans l'écriture mais dans sa façon d'aborder l'être humain.

Car Gabriel va faire des rencontres : des mauvaises (mais pas trop finalement) mais surtout des magnifique, des surprenantes, des qui vous tordent les boyaux tant elles sont de l'ordre du don de soi, de la compréhension sans mots, de liberté et de confiance.

Il va aller au bout de son chemin et en trouver un autre : le sien. Grâce à un personnage d'une humanité avec un grand H, grâce à l'effort, grâce à l'éveil de la nature.

C'est beau à couper le souffle ! 

J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman que j'ai lu il y a quelques semaines déjà et j'en garde un souvenir si ému et si lumineux.
Non, ce n'est pas un roman triste mais un roman plein d'espoir sur un jeune homme qui a déjà tout compris à la vie et qui pourtant à tant à apprendre mais il ne renâcle pas, il y va !

Merci Gabriel. Merci M. Chardin.

Mes autres chroniques du même auteur LA.

Le cerceuil à roulettes
Alexandre Chardin
Casterman

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Deux fleurs en hiver

Le grand lit de Léon

Jusqu'ici tout va bien

Jouer dehors

Esperluette