Méli-Noël #7 : Des romans pour les jeunes-2ème partie

Voici donc les 4 romans suivants, qui ont retenu mon attention et que vous pouvez offrir ou vous offrir...
Retrouvez les 4 précédents .


❤Inséparables, Sarah Crossan, traduit par Clémentine Beauvais, Rageot : inséparables elles le sont puisqu'elles sont sœurs siamoises. Grace et Tippi entrent pour la première fois au lycée car leurs parents ne peuvent plus financièrement leur permettre de prendre des cours à la maison. C'est Grace qui relate avec des incursions de Tippi. Entre regard des autres à affronter, dégoût et pitié, mais aussi amour pour Grace. Comment vivre à deux ce qu'il y a de plus intime ? Comment vivre tout simplement ? Remarquablement traduit, ce roman émeut, touche, bouleverse, interroge ce qu'il y a de plus profond : l'identité. Et à ma connaissance, un sujet très peu abordé qui part d'expériences vécues par des sœurs ou frères siamois. On sort sacrément tourneboulé par cette lecture qui loin des clichés, loin d'un pathos mièvre et dégoulinant, est bourré de joie de vivre et d'humour même si la profondeur de la fin vous coupe le souffle.

Et j'irai loin, bien loin, Christophe Léon, Thierry Magnier : Quand on est bousculé dans son quotidien de vacanciers par des migrants venus squatter la maison familiale du Nord de la France, que fait-on ? On ne se pose pas de questions, on les aide. Cette fois, le sujet devint réalité, bien loin que ses propres représentations devant sa télé le soir à l'heure du dîner. C'est ce qui arrive à Ernest, ado de 16 ans, et à ses parents qui se rendent tous les ans l'été dans cette maison. Les habitudes sont là, toujours la même rengaine. Mais Ernest découvre Arezu, jeune fille afghane de son âge et son père affaibli, dans sa chambre. Ils vont décider de les aider à se rendre à Calais et renouer ainsi avec leur part d'humanité. L'auteur donne cette fois une fin positive à son roman, et c'est ce que j'ai particulièrement aimé : être un être humain n'a finalement pas de frontières.

Robot sauvage, Peter Brown, Gallimard jeunesse, grand format littérature : 
Je connais les albums de l'auteur mais là, il s'agit de son premier roman. Et quel régal !
Roz, alias Rozzoum unité 7134, échoue d'un cargo sur une île déserte. Elle va peu à peu découvrir cet environnement hostile, s'intégrer, découvrir la maternité par l'adoption d'un oison, aider les habitants de la forêt par s a formidable endurance, sa soif d'apprendre et son insatiable curiosité. J'ai passé des heures délicieuses à la voir évoluer, s'adapter, et se faire adopter. Un roman qui nous parle d'amitié et de solidarité entre les espèces animales dans une nature souvent hostile mais grandiose. des chapitres courts, des illustrations en noir et blanc :  Superbe !

La fourmi rouge, Emilie Chazerand, Sarbacane, Exprim' : Le moins que l'on puisse dire est que Vania Strudel, 15 ans, n'a pas a-priori une vie rêvée. Un œil qui lui joue des tours et hop ! La réalité se transforme. Plus de mère, un père taxidermiste, une vie au lycée pas franchement rose. Fourmi laborieuse s'il en est. Mais un jour, elle reçoit un mail qui l'exhorte avec véhémence à lui prouver le contraire. Elle n'est pas sans intérêt : elle serait même une fourmi rouge ! A elle de prouver qu'elle est capable de se distinguer de la masse.Ce roman, c'est d'abord un ton. Car Vania, on peut bien le dire, elle a du style. Les dialogues avec son père ont été pour moi de vrais moments. Un bon moment de lecture.

A vous de vous faire un avis si vous le souhaitez !

Je retourne maintenant à mes lectures qui m'attendent....pour de prochaines chroniques...

©Méli-Mélo de livres

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Les nouvelles vies de Flora et Max

Papa est en bas

Ma maman et mon papa ils sont magiciens

Les couleurs de mon jardin

La fille d'Avril