Un peu beaucoup


Après C'est MON arbre, Olivier Tallec récidive et je me demande si je ne préfère pas ce "Un peu beaucoup" ! Un titre drôlement bien trouvé !
 
Il a des airs du Scrat de l'Age de glace cet écureuil !
 
C'est fragile un arbre, il faut en prendre soin.

Ce refrain contraste avec le comportement de cet écureuil, qui veut amasser à tout prix, en dépouillant l'arbre de  tous ses atours. Se donnant bonne conscience,  puisque l'abondance semble toujours là et qu'il peut toujours ponctionner à loisir sans se préoccuper de l'aspect de cet arbre qui n'en devient plus un. Les expressions et les postures de cet écureuil sont irrésistibles et ajoutent au comique de situation.

Il y a des airs évidents avec la société de consommation actuelle : une surenchère perpétuelle, une insatisfaction chronique, un égoïsme phénoménal, un affairisme avide, une spirale sans fin...

Et là appliqué à la nature, je trouve que l'impact est encore plus grand vu ce qui se passe actuellement  : en tous cas, une bonne base de discussion avec les enfants car passer au scanner ses propres comportements et essayer de les améliorer, c'est déjà un bon début.

Cet album me fait penser à ce magnifique classique de Shel Silverstein "L'arbre généreux". Comme quoi...

Une réflexion sur nos réels besoins, nos modes de vie et le respect que l'être humain doit à Mère Nature.

Retrouvez la lecture commune sur C'est MON arbre sur le blog A l'Ombre du Grand Arbre 

 Un peu beaucoup

Olivier Tallec

Pastel

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Le syndrome du spaghetti

Les qualités d'un bon livre

Nouvelles contemporaines Regards sur le monde

La cabane à dodo

Le jour où je suis mort, et les suivants