L'anguille

Je le dis d'emblée : j'ai adoré ce roman ! Je n'ai pourtant pas lu sa version en littérature "vieillesse" (mais ça ne va pas tarder) : Murène chez Actes Sud. L'anguille est donc la version pour le public jeunesse chez Thierry Magnier.

Halis et Camille. Le premier, 13 ans, lourd dans son corps, complexé et moqué des autres. La seconde, Camille, 12 ans, en situation de handicap, née sans bras et qui arrive dans ce nouveau collège suite à un déménagement. Elle est regardée comme une bête curieuse. Chacun s'observe.

Ce qui est intéressant dans ce roman, c'est la métamorphose : celle d'Halis qui finit par s'accepter grâce à Camille et celle de Camille , dans une moindre mesure mais tout de même car ce changement dans sa vie l'oblige une fois encore à s'adapter et elle le fait d'une façon si naturelle !

J'ai beaucoup aimé les voix intérieures de ces personnages, celles qui disent tout bas ses ressentis, ses doutes, ses espoirs.

C'est un roman extrêmement touchant et lumineux sur l'acceptation de soi, sur le regard de l'autre, sur les maladresses et les tâtonnements,  sur le vivre ensemble.

Valentine Goby arrive à dépasser les clichés et à atteindre l'humain en chacun de nous.

Soyons des anguilles, comme Camille si à l'aise dans la piscine ! Des anguilles prêtes à frayer leur chemin, à tracer leur route et à s'adapter quoiqu'il arrive.

Une bien belle leçon d'amitié, de joie de vivre et de force !

L'anguille
Valentine Goby
Thierry Magnier

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Loin de la ville en flammes

Droits de l'enfant #4 : La petite casserole d'Anatole

Le syndrome du spaghetti

Belladonna

Le permis d'être un enfant