Lecture d'été #1 : Esther Andersen

Il est un pays dont il semblerait que Timothée de Fombelle ne soit pas revenu et tant mieux pour ses lecteurs auxquels il permet de replonger dans la pureté cristalline du pays de l'enfance.

En particulier dans des souvenirs d'enfance de vacances. Les meilleurs.  Prendre le train et aller chez l'oncle Angelo. Retrouver les habitudes faites de ces petits riens enchanteurs et dont le caractère immuable revêt presque le domaine du sacré. 

Chaque année apporte son lot de retrouvailles pour ce jeune garçon mais ce qu'il ne perçoit pas encore, c'est qu'il grandit et ouvre le spectre de ses découvertes. Jusqu'à rencontrer la mer. Et aussi la jeune fille qui donne le titre à cet album. Un nom aux sonorités de pas d'ici. D'un ailleurs. Ou de plusieurs même. Il ne sait plus très bien mais ce n'est pas grave puisqu'elle est là. Comme un trésor fragile. Son trésor. Sans doute le vrai premier véritable trésor. Mais aussi son secret. Un secret que l'oncle Angelo sait respecter avec infiniment de tact. Car il sait.

"C'était là et je ne l'avais jamais su."

Cet album, au format à l'italienne, est absolument parfait :  teinté d'une forme de nostalgie, Timothée de Fombelle a su lui insuffler (comme toujours) cette respiration pleine d'espaces qui la relègue en arrière-plan pour laisser tout le reste s'épanouir. Car un vent de liberté inouï émane de ce texte si sensible et si juste.

Et ces illustrations ! Que dis-je ! Ces tableaux ! Irène Bonacina apporte incontestablement une note de fraicheur et de grandeur esquissée avec une telle tendresse dans les moindres traits et couleurs. C'est grand, c'est beau, c'est parfois flou, c'est toujours sublime.

Il ne pouvait y avoir meilleur duo pour rendre cet album unique qui séduira non seulement les enfants mais aussi les adultes. En cela, il permet à tout un chacun de  se fabriquer ou de se remémorer ses souvenirs.

En tous cas, il a vraiment parlé à l'adulte que je suis. 

Et je n'en retiens qu'un seul mot pour le définir : Plénitude.

Immense coup de cœur pour ce premier rendez-vous de lecture d'été. 

 

Esther Andersen

Timothée de Fombelle et Irène Bonacina

Gallimard jeunesse


Commentaires