La couverture : une histoire en petits carreaux (de tissu)

C'est une histoire qui m'a tourneboulée dès sa première lecture.
C'est une histoire qui rejoint pour beaucoup tous mes thèmes de prédilection : le souvenir, la transmission, le partage, la mémoire, la lecture.

C'est l'histoire d'une couverture en petits carreaux de tissu pas comme les autres : une couverture qui en dit long sur chacun de ces morceaux qui la composent puisque chacun relate et contient une histoire qui rappelle une anecdote familiale. Et c'est la grand-mère qui les a transmises et qui, à sa mort, a transmis ce tissu vivant du patrimoine familial. Sauf que chacune des tantes la veut pour elle seule : il est décidé que chacune l'aura un mois à tour de rôle. Et au jeune garçon de l'histoire, quand elle est chez lui,  de couvrir son lit avec ce souvenir ô combien symbolique de sa grand-mère et d'y remplacer les bouts de tissu usagés par ses propres petits bouts à lui afin de perpétrer l'histoire familiale.

J'ai particulièrement apprécié le rythme des mots : l'histoire elle-même est assemblée dans la progression patiente de la lecture, comme un ouvrage de couture qui se construit peu à peu. Y est mêlée la parole de la grand-mère tenancière de la mémoire familiale. Pas besoin de livre pour se laisser bercer le soir. Ce bout de tissu, qui a grandi peu à peu, est bien plus qu'une couverture : il est vivant, nourricier, affectif et olfactif puisque s'y mélangent aussi les odeurs. Et le tout forme un tout où tout est intimement lié.

Les illustrations sont gaies et forment comme un joyeux tourbillon comme ces anecdotes familiales qui sont finalement le sel de la vie. J'ai moins accroché aux couleurs choisies par goût personnel.

En tous cas, c'est un petit bijou signé les Editions Notari, que je garde au fond de ma mémoire, comme un trésor partagé et à partager.

La couverture : une histoire en petits careaux (de tissu)
Isabel Minhos Martins
Yara Kono
Editions Notari

Commentaires

  1. Ton billet me donne envie... ces thèmes me sont aussi chers. Sinon, ça me fait penser à une histoire qui m'avais beaucoup plu enfant : L'edredon, d'Anne Jonas, un patchwork de tissus associés à des souvenirs. Je crois que je vais le chroniquer pour le challenge vintage de QLF :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, je cherchais désespérément le titre de ce livre !

      Supprimer
  2. Je ne connais pas cet album : ce sera un plaisir de lire ta chronique chez Céline.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Ce que vous avez aimé sur le blog...

La petite fille qui inventait des histoires

Arbre

Ribambelle

La princesse de l'aube

Ma grand-mère est une terreur