Pages

vendredi 31 janvier 2014

Action ou vérité

Annika Thor est une auteure suédoise reconnue qui en 2000, a reçu le prix Astrid Lindgren pour l'ensemble de son œuvre.

Ce roman est la réédition du roman initialement publié en 2000 sous le nom de "Le jeu de la vérité". Il a été également porté à l'écran par la réalisatrice suédoise Christina Olofson.

On y fait la connaissance de Nora, 12 ans, qui est impatiente de retrouver sa meilleure amie Sabina après ces vacances d'été interminables. Sauf que Sabina s'est choisie une nouvelle amie, Fanny. Ainsi que deux autres garçons qui leur tournent autour. Nora a du mal à avaler la pilule. De plus, Karin, la plus impopulaire des filles de la classe (à cause de ses fringues les plus moches) fait tout pour se rapprocher d'elle. 

Au fil des jours, l'amertume prend le dessus. Nora ne se contrôle plus et va s'abaisser à des actes pas très glorieux aux airs de vengeance. Le paroxysme va être atteint lors d'un Action ou vérité qui va se transformer en véritable humiliation pour l'une d'elles.

J'avoue ne pas avoir du tout accroché à ce roman : la thématique est pourtant intéressante. Jusqu'où peut-on aller par amitié ? Le harcèlement n'est pas loin dans ces pages. L'engrenage dans lequel entraîne la déception peut aller très loin. Dommage que le ressenti à la lecture de ce roman reste au-dessus des choses. Des comportements certes bien réels mais puérils. On ne sort pas du "je t'aime un jour et l'autre pas", des mesquineries à n'en plus finir et un point d'orgue très, très malheureux. Bref, ça m'a un peu agacée.

Du coup, ma fille de 14 ans l'a lu aussi : elle lui a trouvé un manque de modernité évident, elle qui vit ce genre de situation au collège. 

Néanmoins, un roman qui montre (les portables et réseaux sociaux en moins) que l'absolu en amitié, et la concurrence qu'elle suscite, peut être très mal vécu en particulier à l'adolescence et qu'elle peut conduire à des dérapages. Ce qui est toujours d'actualité.

Action ou vérité
Annika Thor
Casterman

mercredi 29 janvier 2014

Ici, c'est chez moi

J'ai rencontré Jérôme Ruillier dernièrement et voici justement qu'un de ses derniers livres est arrivé entre mes mains. Un petit album Chez Autrement dans la collection Fil rouge, cousu main. 

Un album avec une approche à première vue minimaliste mais dont les messages sous-jacents sont profonds.

Un petit garçon décide de tracer un trait à la craie et ne tolère aucune intrusion sur son territoire. C'est chez lui ! Mais tour à tour, un lapin, un escargot, une feuille d'arbre et les nuages franchissent cette frontière sans s'en soucier le moins du monde. Jusqu'à l'arrivée d'un autre petit garçon qui lui ne franchit pas la ligne et rebrousse chemin. Solitude contre amitié et promesse de jeux ? Peut-être que ça vaut le coup d'effacer cette ligne imposée et de se lancer dans la vraie vie...Le petit héros de cette histoire n'hésite plus.

J'apprécie ces albums qui invitent à la réflexion sur nos comportements quotidiens qu'on impose parfois aux autres pour des raisons qui souvent nous échappent. Le principal est de se remettre en question et de faire preuve d'humilité et de tolérance. Une belle invitation à aller vers l'autre et à rompre son isolement.

              Il compte (6/60) pour le challenge "Je lis aussi des albums" chez Hérisson


ici, c'est chez moi
Jérôme Ruillier
Autrement
Fil rouge

lundi 27 janvier 2014

Homer et le chien formidable

Homer Pudding est un jeune garçon de 12 ans qui vit dans une ferme avec sa famille. Le hic, c'est qu'il veut devenir plus tard chasseur de trésors, comme son oncle Drake. Une vraie passion qui le rend différent des autres. Ainsi que sa tendance à l'embonpoint. L'autre hic, c'est que son père est éleveur de chèvres et que pour lui, en dehors de ce métier, point de salut. Et enfin, le hic suprême, c'est que l'oncle Drake a été avalé par une tortue géante. Il était sur le point de trouver le trésor de toute une vie, celui de Rumpold le pirate. Homer en est persuadé. Pour couronner le tout, son oncle lui a légué son bien le plus précieux, un chien, basset, sans odorat mais capable de dénicher l'improbable. Homer va l'appeler "Chien" et vivre avec lui l'aventure de sa vie, ce qui scellera à jamais son destin de chasseur de trésors...

Un roman bien sympathique, mais que j'ai trouvé un peu long par moments. Néanmoins, de très belles trouvailles, une aventure des plus rocambolesques avec tous les ingrédients qu'il faut : de la trahison, de l'audace, du découragement, de la chance, de l'intelligence, de la méchanceté, du mystère, ...avec des personnages complètement ubuesques et des situations dignes des films d'Indiana Jones. 

Un roman nickel pour la tranche d'âge des 10-12 ans signé Suzanne Selfors.

Homer et le chien formidable
Suzanne Selfors
Seuil jeunesse

samedi 25 janvier 2014

Pour faire un livre

J'avoue avoir un faible pour les livres qui parlent de comment faire les livres. 
ça me fascine de voir toute l'ingéniosité humaine et toute la chaine d'acteurs qu'il faut pour fabriquer ces objets qui nous procurent tant d'émotions
Et celui-ci est une petite merveille du genre !

Tout est dit sur la couverture...ou presque : " Un livre accordéon qui raconte toute la chaîne de fabrication du livre...et explique comment en faire un soi-même".

De l'auteur, à l'éditeur, du graphiste à l'illustrateur, imprimeur, relieur, distributeur, libraire...jusqu'au lecteur, tout un panel de métiers, de compétences et de savoirs-faire souvent obscurs dans la tête des enfants. Une fiche par métier très claire et qui va à l'essentiel.

Mais le plus de l'approche, c'est l'autre côté : en dix points, il est expliqué comment fabriquer soi-même un livre de façon dynamique et simple. Une très belle façon de désacraliser cet objet et de montrer qu'il est à la portée de tous pour peu qu'on ose se lancer et faire venir les idées dans sa tête jusqu'au bout de ses dix doigts.

Un livre coup de cœur ! 

Pour faire un livre
Alain Serres et Solenn Larnicol
Rue du monde

vendredi 24 janvier 2014

Si tu meurs, elle reviendra

Un roman noir, qui vous fait tomber dans un gouffre noir à l'image de la couverture.

Le couple O'Mara, Francis et Maureen, se réjouissent de fêter l'anniversaire de leur fille unique Patricia. 25 ans ! Elle revient aussi pour fêter sa réussite universitaire. Une fille venue sur le tard auquel le couple a tout sacrifié.

Ainsi commence ce roman. 
Mais l'étau se resserre. Un malheureux concours de circonstances à son arrivée à la gare et la jeune femme est fauchée par une voiture. Délit de fuite de surcroît. La douleur est immense pour le couple. Francis ne supporte plus de ne rien pouvoir faire, d'autant que la police piétine. Les cas d'accident sous l'emprise de l'alcool ne sont pas rares dans cette région reculée de l'Ecosse ! Il décide de chercher l'assassin de sa fille par lui-même...Cela va le mener à Aberdeen, là où des nouveaux riches ont gravi les échelons grâce au forage de pétrole dans la mer du Nord. ll est convaincu que le coupable s'y trouve, sa fille lui a fait signe de l'au-delà, une croyance toute écossaise. Il ne se doute pas de ce qui l'attend. La vengeance peut prendre de drôles de détours.

Rien que d'écrire ces quelques lignes me fait froid dans le dos...Je ne m'attendais pas du tout à une fin aussi tragique, il faut dire. Je m'étonne d'ailleurs d'en parler aussi facilement alors que ce roman ne m'a pas particulièrement enthousiasmée. Il lui manque ce petit quelque chose dans l'écriture qui prend vraiment les tripes. Même si la fin est noire de chez noire. Une représentation de l'enfer.

Je connaissais l'auteure de réputation et c'est cela qui m'a attirée dans cette lecture, plus que l'histoire en elle-même. Je n'ai pas véritablement accroché à l'intrigue, aux personnages pas assez fouillés et au style, dommage. J'en attendais peut-être trop ?

Si tu meurs, elle reviendra
Maud Tabachnik
Flammarion

jeudi 23 janvier 2014

Point d'exclamation !

Un point d'exclamation sur une page avec des lignes...Sauf qu'il ne trouve pas sa voie...Personne ne fait attention à lui, il se pense insignifiant. Jusqu'à ce qu'il rencontre un point d'interrogation qui l'abreuve de questions (évidemment !). Le point d'exclamation n'en pouvant plus ose enfin crier "Stop !". Surpris lui- même de cette audace, il ose enfin montrer qui il est à ses semblables et finit par s'affirmer et s'intégrer.




Une bonne dose d'humour dans cet album ! L'approche par le biais de la ponctuation est originale et le lecteur se laisse prendre dans le filet de ces pages quadrillées. C'est plein de pep's !!! 

Sur une thématique maintes fois abordée en littérature de jeunesse, ce tandem, déjà auteurs du célèbre "Canard, lapin" en 2009 (un album plébiscité par les petits), renouvelle l'approche dans cet album sobre et très graphique.

Une très belle surprise dans mes piles de catalogage actuelles...

Il compte (5/60) pour le challenge "Je lis aussi des albums" chez Hérisson

Point d'exclamation
Amy Krouse Rosenthal
Tom Lichtenheld
Gallimard jeunesse

mardi 21 janvier 2014

Une saison avec Jane-Esther

Eden Villette écrit de la poésie. Poétesse. Son but dans la vie ? 16 ans, un caractère bien trempé dans l'Amérique de 1967 en proie au racisme. Blancs contre Noirs. Elle vit dans le Mississipi, au bord du fleuve, chez sa tante Kate qui l'a recueillie à la mort accidentelle de ses parents.

Eté 1967 : Jane-Esther Sanchis, poétesse reconnue, revient dans sa ville pour une conférence. Elle y retrouve ses deux amies d'enfance, Kate et Edna. Seule manque Kitty, la mère d'Eden. Eden fait part dans son carnet, qu'elle a toujours sur ses genoux, de ses réflexions et observations qu'elle tente de mettre en mots. Sa rencontre avec Jane-Esther va être décisive : sa vie va radicalement changer et cet été 1967 va voir naître une autre Eden...

C'est un roman de femmes, un roman de pur concentré d'émotions. Si au début, j'ai failli m'ennuyer, très vite, le récit prend une tournure plus mûre, à l'image de la métamorphose de la jeune fille. Et on se laisse embarquer par l'intrigue qui se renforce peu à peu. Eden va découvrir le monde des adultes, et notamment des femmes et de leur souffrance dans ce monde où elles voudraient s'affranchir de mentalités pas encore prêtes. Elle va comprendre que cette souffrance-là peut devenir le terreau de son écriture et qu'elle pourra y puiser une force traduite en mots.

Un roman très fort, qui peut dérouter au départ mais dont la lecture procure un réel sentiment de plénitude.



Une saison avec Jane-Esther
Shaïne Cassim
Illustration de couverture de Kitty Crowther
Ecole des loisirs

vendredi 17 janvier 2014

3-6-9-12 : Apprivoiser les écrans et grandir

C'est un constat plus qu'une critique : le numérique envahit nos existences. Un bouleversement de nos habitudes et même de notre intimité. Les enfants n'y échappent pas. Ils sont même les premiers utilisateurs. Parents et pédagogues s'en trouvent souvent désorientés, au risque de diaboliser au lieu de comprendre.

Dans ce livre, Serge Tisseron, psychiatre et docteur en psychologie, dresse un état des lieux. Sans opposer culture du livre et culture numérique mais en s'attachant à montrer leur complémentarité, il établit des règles de conduite en fonction des âges "3-6-9-12", correspondant à des étapes-clés du développement de l'enfant.

Une toile sur la toile en quelque sorte qui invite chacun à se prendre en main face à ces nouveaux outils pour en tirer le meilleur profit.

On retrouve dans ce livre les préconisations de l'Avis de l'Académie des Sciences de 2012, publié sous le titre "L'enfant et les écrans", paru chez Le Pommier en 2013.

Justement, aujourd'hui, je suis à Montpellier pour une conférence sur le Numérique et le tout-petit.

3-6-9-12 : Apprivoiser les écrans et grandir
Serge Tisseron
Erès
Collection 1001 et +

mercredi 15 janvier 2014

Chouette divorce ! Abracadabra Amanda

Deux romans qui sortent aujourd'hui aux Editions Le Rouergue et franchement, quel régal de lecture !

Léo a des parents blagueurs, il le sait, il a encore du mal à s'habituer. Pas facile tous les jours. Aussi lorsqu'ils lui annoncent de leur décision de divorcer, il a beaucoup de mal à les croire. Ils s'entendent si bien ! Il n'a rien vu venir. Mais l'amour ne se commande pas : chacun a rencontré quelqu'un d'autre et cet(te) autre n'est pas tout (e) seul(e). ça se corse...Un Hugo et une Léa vont faire leur apparition dans sa vie et ça, c'est plus compliqué à gérer à première vue. Léo va donc devoir accepter ce changement de vie, non sans faire comprendre à ses parents qu'il ne faut pas aller trop loin non plus pour tout lui faire avaler...

Quel chouette roman ! Vraiment. Isabelle Minière, psychologue-hypnothérapeute et qui signe là son premier roman aux éditions Le Rouergue, analyse avec intelligence, sensibilité et finesse les sentiments partagés d'un pré-ado face à une décision parentale qui lui échappe mais qui a des conséquences directes sur sa vie à court terme. Il y a des passages tellement justes qu'on les relit plusieurs fois...

Les adultes sont vus également avec beaucoup de justesse dans leurs maladresses et leurs contradictions. Ils font ce qu'ils peuvent pour tenter d'épargner Léo dans ce passage difficile. Les autres enfants aussi : Léo apprend à se mettre à la place de et cela est une belle leçon d'humilité pour lui. Il comprend alors que ce n'est facile pour personne mais qu'avec le temps, il va composer avec chacun des membres de sa famille et ne garder que le meilleur de chacun.

C'est extrêmement bien vu et analysé. Vraiment, une très bonne lecture que je conseillerais volontiers sans avoir l'impression de donner "un livre-médicament" sur le sujet, car il ne se situe absolument pas dans ce registre-là.

Léonard ne sait pas ce qu'il lui a pris...Vraiment pas.
Son collège est réputé pour les spectacles que les élèves proposent à des moments de l'année. Lors du spectacle de Noël, Amanda, la fille la plus détestée de l'Etablissement, présente un numéro de femme découpée. Et rien ne se passe comme prévu.
Léonard n'a pas réfléchi...Vraiment pas.
Et cet acte va le mener sur un chemin qu'il ne soupçonnait pas. Sa mère, victime d'un accident de voiture quelques années plus tôt, lui manque terriblement. Se souvenir d'elle est son obsession alors que son père s'est enfermé dans un mutisme plombant. Sa passion du dessin l'aide à surmonter cette absence.
Commence alors une enquête sur le plus bizarre des kidnappings...

Je n'en dirais pas plus ! Voici un premier roman qu'on lit d'une traite : polar, fantastique, humour, paranormal, tout s'y mêle dans une intrigue menée de main de maître. Beaucoup de sensibilité et d'originalité, du sentiment, de l'amitié, des confidences, un père et un fils qui s'autorisent enfin à mettre leur pudeur masculine de côté et à faire le deuil d'une femme et d'une mère partie trop tôt. En fait, Léonard est une sorte de magicien...à sa façon.

Deux nouveautés à lire absolument !

Chouette divorce !
Isabelle Minière
Le Rouergue
Collection Dacodac

Abracadabra Amanda
Olivier Pouteau
Le Rouergue
Collection Doado

lundi 13 janvier 2014

Bêtes les animaux ?

Deux petits romans, lus coup sur coup, le premier humoristique sur les poules et le second, engagé sur la condition de nos amies les bêtes.

Le jour des poules .- Editions Thierry Magnier : un roman drôle et fantaisiste et j'ai eu beaucoup de plaisir à retrouver Florence Thinard, dont le roman Encore heureux qu'il ait fait beau m'avait beaucoup touchée l'année dernière.
Et franchement, quel tonus dans ce petit roman ! Dans la famille, il y a la maman Maryse, le papa qui suit la maman et les deux filles, Sidonie et Eléonore. C'est la plus grande qui raconte cette aventure parmi les poules et croyez-moi c'est du vécu ! La maman se met en effet en tête d'acquérir des poules pondeuses pour avoir des œufs bio. Elle a lu ça dans un magazine. A bas la malbouffe ! Et aussitôt décidé, aussitôt fait ! La petite famille suit le mouvement bon an mal an...Une fois les poules achetées au marché, il faut leur installer le poulailler, les surveiller, guetter les premiers œufs, se séparer du coq,...Bref, ce n'est pas de tout repos ! Quelle franche rigolade dans ces tranches de vie de cette famille face à ces gallinacées qui les mènent par le bout du bec...On en apprend de belle sur leurs mœurs : de vraies chiffonnières entre elles, capables de se battre pour la moindre brindille et de détruire tout sur leur passage. Mais les bons œufs qu'elles finissent par daigner pondre valent bien tous les sacrifices non ? Ne vous privez surtout pas de lire ce roman jeunesse ! 

Pense bêtes.-Editions Le Muscadier : où je retrouve un auteur engagé Christophe Léon à travers quatre fables mettant en scène une poule (encore !) avide de liberté, un chien de chasse à la retraite qui a bien du mal avec la télévision, un mouton qui ne se prend pas pour n'importe qui et un zoo bien particulier où les animaux ne sont finalement pas ceux qu'on croit...
On retrouve toute la verve de cet auteur qui dénonce les dérives de la société actuelle avec humour et gravité mêlés. Impertinent, drôle, caustique, grave, et ça fait réfléchir...
Je ne connaissais pas cette maison d'édition Le Muscadier, encore moins cette collection "Place du marché" dont l'objectif est de permettre aux enfants de développer leur sens critique et c'est plutôt bien réussi.
De quoi engager le débat avec eux sur des sujets qui les touchent et sur lesquels ils ont souvent bien des choses intéressantes à dire.



Notre cocotte et ses 7 petits ©Méli-Mélo de livres
Nos premiers œufs !©Méli-Mélo de livres





















Le jour des poules
Florence Thinard
Thierry Magnier

Pense bêtes
Christophe Léon
Le Muscadier
Place du marché

dimanche 12 janvier 2014

ça dépend

Un livre pop-up épatant de Janik Coat avec écrit tout en bas exprès "Pour les petits"...

Un livre à manipuler avec un tas de tirettes et rabats offrant des surprises à chaque page...

Un livre qui renouvelle la thématique de l'habillement, un enjeu de taille pour les petits...

Une narration simple, avec des personnages aux prénoms désuets, des jeux sur les tissus, une bonne dose d'humour et de fraîcheur...

Un livre qui nous dit que s'habiller le matin, eh bien, ça dépend de beaucoup de choses : de la météo, des circonstances, de son envie, de son humeur du jour, de ses émotions...


Et ce qui vaut pour les petits, ça vaut aussi pour les grands, non ? 

Un livre-objet comme je les aime, précieux, utile, et beau ! Et qui considère les petits pour ce qu'ils sont : de vrais lecteurs...:)

   Il compte (4/60) pour le Challenge  "Je lis aussi des albums 2014"     chez Hérisson

ça dépend
Janik Coat et Bernard Duisit
Hélium

vendredi 10 janvier 2014

Tendresse...

Et si on commençait cette année dans un nid de tendresse ?

La place du doudou dans la vie affective du tout-petit n'est plus à démontrer. Mais que la séparation de cet objet est complexe. Faut-il nécessairement le lui imposer, ou seulement le lui suggérer ?

Deux albums qui traitent de ce sujet de cette séparation de manière différente mais qui démontre chacun à leur façon combien grandir peut s'accompagner de tendresse et d'humour.

Depuis que j'ai rencontré Stéphane Servant au dernier Salon du livre de jeunesse de Montreuil, je relis ses livres et voici un de ses derniers, concocté une fois de plus avec cette illustratrice de grand talent qu'est Ilya Green.

Nos beaux doudous de Stéphane Servant et Ilya Green.- Didier jeunesse
 
"Il me suivait partout. J'étais né avec lui. Je ne pouvais pas vivre sans lui. Il n'avait pas de nom. C'était juste Doudou". 
Se séparer de son doudou, impossible pour ce petit garçon. Jusqu'au jour où il rencontre une petite fille et son doudou. Ils se trouvent, jouent ensemble et finissent par oublier leurs doudous...Un album-métaphore superbement bien mené et magnifiquement illustré sur ce sentiment d'abandon qu'éprouvent les petits face à la séparation et sur leur nécessaire acceptation de grandir. Tendre, juste et beau ! Coup de cœur !

 Le mange-doudous de Julien Béziat.- Pastel 

Que font donc mes doudous quand je suis à l'école ? Un petit garçon apprend l'effroyable vérité...Berk le canard lui a raconté ce qui s'est passé. Un mange-doudous a débarqué et les a tous avalés !
Un album génial, drôle, impertinent sur l'imaginaire des enfants. Ils feraient n'importe quoi pour justifier de l'importance de leurs bouts de chiffons préférés et ça marche ! Des illustrations enlevées, un texte réaliste et une histoire bien ficelée, plaisante à souhait !


                                                   Ils comptent (2 et 3/60) pour le Challenge 
                                          "Je lis aussi des albums 2014" chez Hérisson


jeudi 9 janvier 2014

Je lis aussi des albums

Cette année, je participe à nouveau au Challenge "Je lis aussi des albums " organisé pour la cinquième année par Hérisson du blog Délivrer des livres.



Pour tout savoir sur ce challenge, c'est ICI

Largement assuré l'année dernière avec pas moins de 36 (sur 30 !) albums chroniqués (car j'en lis beaucoup plus !) sur cinq mois seulement...
Et le 36ème fût mon coup de cœur de l'année 2013 !
J'aurais pu continuer...

Du coup, je m'inscris sur la catégorie JAUNE : 60 albums, c'est déjà pas mal ! Je connais aussi mon penchant irrésistible pour les romans, alors laissons-leur également de la place  ! Je ne m'empêcherais pas d'aller plus loin cette fois !  (catégorie Arc-en-ciel : 100 albums, mais ça m'étonnerait...).

Une nouveauté cette année : chaque premier samedi du mois, des échanges seront organisés sur le blog autour des albums bien sûr ! J'essaierais de m'y tenir, travaillant le samedi :)

Le logo ce ce challenge est signé par l'illustratrice Laure Phelipon.

mercredi 8 janvier 2014

Délit de fuite

Cliquer sur l'image pour accéder à ma chronique
Cliquer sur l'image pour accéder à ma chronique

Un roman de Christophe Léon , édité par la Joie de Lire,  adapté en téléfim par Thierry Binisti, c'est ce soir sur France 2 à 20h30, avec des acteurs comme Eric Cantona, Jérémie Duvall et Mathilda May.

Un roman qui pose sans détours la question de la responsabilité face à ses actes et le détour qu'elle prend parfois face à l'amour que l'on porte à nos proches ou juste à soi-même.




mardi 7 janvier 2014

Une année dans la nature

La nature elle aussi nous offre son ballet de découvertes et de merveilles tout au long d'une année au rythme de la succession de ses saisons : voici un album qui en célèbre la beauté dans une mise en page superbe !

Des illustrations à l'encre, un choix de mots évoquant les sensations de chacune des saisons, un texte poétique mettant en scène les animaux  de la forêt, une typographie qui évoque des chuchotis glissés à l'oreille, nous prend par la main ...et le lecteur se laisse envoûter.
Printemps, Eté, Automne, Hiver : chaque saison nous donne ce qu'elle a de meilleur, il suffit de savoir la regarder et de l'écouter.

A l'aube de cette nouvelle année, une très belle façon de rappeler qu'une année est un éternel recommencement...
La nature a le don de nous le rappeler humblement.

 Il compte (1/60) pour le Challenge "Je lis aussi des albums 2014" chez Hérisson


Une année dans la nature 
Nicole de Cock
Circonflexe
Aux couleurs du monde

dimanche 5 janvier 2014

Vous l'aimez comment, vous, la galette ?

"J'aime la galette
Savez-vous comment ?
Quand elle est bien faite
Avec du beurre dedans !".

Pas si sûr...

Sans doute allez-vous changer d'option en lisant cet album qui renouvelle cette comptine à son goût !

Une bonne dose d'impertinence en effet dans le texte et les illustrations avec des clins d’œil savoureux aux Fables de La Fontaine et aux contes de Perrault : une sorcière, un ogre, les sept nains, Boucle d'or et les trois ours, le petit chaperon rouge, un loup (qui lui croquerait bien autre chose qu'une part de galette...). Une chute croustillante pour réconcilier tout ce petit monde le temps d'une comptine...Il n'y a que dans les livres que c'est possible ! 

Cette collection "A la queue leu leu" chez Casterman vaut vraiment le détour. A chaque fois, un univers différent, de la surprise, des jeux de mots et l'esprit de la comptine d'origine qui demeure. Un régal !

J'aime la galette
Orianne Lallemand et Maud Legrand
Casterman
A la queue leu leu

mercredi 1 janvier 2014

Méli-Mélo de livres vous souhaite...

Une merveilleuse année 2014

Et surtout...

N'oubliez pas de...
©Méli-Mélo de livres

LIRE UN BON LIVRE…



Lire un bon livre, c’est éprouver pendant des heures un plaisir des plus intenses et qui touche aux profondeurs de l’être. Un plaisir qui nous arrache au temps, efface ce qui nous entoure, nous maintient dans l’attente avide de ce qui se propose à la découverte. Ceux qui aiment la littérature ont tous vécu grâce aux livres des heures inoubliables.

Des heures où un ouvrage les a bouleversés, révélés à eux-mêmes, conduits sur de nouveaux chemins.

Il est des livres qui m’ont foudroyé, ont déplacé mon centre de gravité, modifié ma perception 

de la vie.

Qu’est-ce qu’un bon livre ?

Une somme de vie, de sensations, d’émotions, d’idées, concentrée dans des mots. Et cette somme dont je vais recevoir plaisir, joie, nourriture, cette somme qui va enrichir mon rapport aux êtres et à la vie,

Quoi de plus fabuleux ?


Un inédit de CHARLES JULIET
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...