Le BGG

©Méli-Mélo de livres

De Roald Dahl, j'ai lu Matilda et les Charlie mais jamais le Bon Gros Géant.

Et quelle régalade !
C'est une lecture absolument "délexquisavouricieuse"et"fantasfarabuleuse" !


Imaginez une petite fille du prénom de Sophie, qui se réveille en pleine nuit "à l'heure des ombres" et qui aperçoit un gigantesque géant, dans la rue derrière le rideau de la fenêtre de son orphelinat, ombre de 7 mètres munie d'une cape noire et d'une drôle de trompette. Retournant vite dans son lit, mais trop tard, l'énorme main la saisit et l'emporte au pays des géants.

Là elle va découvrir un autre monde mais surtout un Bon Gros Géant, au cœur énorme, à la sensibilité à fleur de peau, collectionneur de rêves pour les souffler au creux des oreilles des enfants endormis. Il ne supporte pas le comportement des neuf autres géants qui mangent les hommes de terre sans état d'âme. Ah oui, j'oubliais ! Son langage est quelque peu loufoque mais si réjouissant dans ses tournures. Ces deux-là vont s"apprivoiser au-delà des différences et cela donne des dialogues d'une pure merveille.

S'ensuit une bien belle histoire, avec des messages bien placés sur les humains et une pirouette de fin qui m'a ravie ! Les illustrations de Quentin Blake (les deux hommes étaient très amis) sont parfaites.

Je suis réellement retombée en enfance avec ce roman, celle du merveilleux conteur qu'était Roald Dahl. Je me suis imaginée l'effet d'une telle histoire sur l'imaginaire d'un enfant lecteur et je m'en suis délectée pour lui du haut de mon demi-siècle. Il faut aussi saluer l'extraordinaire travail du traducteur Jean-François Ménard pour en rendre toutes les subtilités.


©Méli-Mélo de livres
Roald Dahl en épouvantail dans un jardin des Cornouailles
C'est ce numéro hors-série paru en juin dernier de la revue Lire qui m'a donné envie de me replonger dans l'oeuvre de cet écrivain hors du commun. D'ailleurs, je vous le recommande : on y apprend une foule de choses, notamment que ce roman est dédicacé à sa fille Olivia, dont la mort brutale à cause de la rougeole à l'âge de 7 ans a été le drame de sa vie et le début de son investissement caritatif en faveur de la vaccination des enfants. Les cent ans de sa naissance seront fêtés au mois de septembre prochain.


©Méli-Mélo de livres

Le film du BGG sort aujourd'hui même, adapté par Steven Spielberg himself et je pense bien prendre le temps d'aller le voir !




D'autres romans présentés dans cet article de Libération

Le BGG
Roald Dahl
Gallimard jeunesse

Commentaires

  1. Je suis fan de Roald Dahl depuis très longtemps ! Je te conseille de lire "Sacrées Sorcières" ou encore "La Potion Magique de George Bouillon", qui sont extraordinaires. Je ne suis pas surprise que la traduction de Jean-François Ménard soit bonne puisque c'est lui qui a traduit les Harry Potter. Du coup, je serai curieuse de lire "Le BGG" en français (je ne l'ai lu qu'en VO) pour voir comment il a traduit les termes inventés par Dahl.. xx

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Ce que vous avez aimé sur le blog...

La vache de la brique de lait

La loi du Phajaan

Petit bruit dans la nuit

Colorado train