Ma grand-mère est une terreur

Ah ah ! J'adore ce titre ! Et je me suis dit que vu l'auteur, je n'allais pas m'ennuyer une seconde !
Parce que Guillaume Guéraud, depuis Déroute sauvage, je n'arrive plus à le lire tellement ce roman m'a traumatisée, j'en tremble encore. Alors, un roman jeunesse, pas de risque non ?

Louis doit aller en vacances une semaine à la Toussaint chez sa grand-mère. Il proteste. Elle est terrible. Tout le monde a peur de Mémé Kalashnikov (ça lui vient de sa Russie natale), elle est un peu sorcière sur les bords, et en plus elle habite dans une maison isolée au fond des bois, l'ennui total !

Sauf que ces vacances vont connaitre un rebondissement de taille : Mémé s'oppose farouchement (et c'est peu dire) au projet de construction d'une route dans SA forêt. Et puis quoi encore ! Louis va découvrir alors des bribes de son passé révolutionnaire, ses capacités en sorcellerie, son énergie inépuisable et sa volonté de fer ! Il va presque regretter le retour de ses parents...

Voici un roman qui démarre sur les chapeaux de roue : on est de suite embarqué dans cette histoire, on retrouve ses dix ans et ses peurs d'enfant face à l'inconnu. L'ingrédient écolo marche à fond la caisse mais j'avoue que le dénouement ne m'a pas surprise, trop cousu de fil blanc. Dommage ! Les illustrations de Gaspard Sumeire sont très drôles et font assez bande dessinée.

Un roman qui a toute sa place dans les mains d'enfants avides d'aventures loufoques.

Ma grand-mère est une terreur
Guillaume Guéraud
Le Rouergue
dacodac

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

16 nuances de première fois

Le jour de l'âge de raison

Jusqu'ici, tout va bien

Les optimistes meurent en premier

Coup de cœur numérique #34 : Tip Tap mon imagier interactif