Pages

lundi 17 octobre 2016

Frères d'exil

"Il y a des moments dans la vie où ce qu'on croyait solide s'effondre... Où que la vie t'emmène, Nani, n'oublie jamais d'où tu viens, mais va !"
L'île où tout un peuple a construit sa vie et sa culture est envahie par les eaux. Il faut partir pour sauver sa vie !
Nani, petite fille de 8 ans, part donc avec ses parents Janek et Youmi mais ils doivent laisser grand-père Enoha (dit Ipa) cloué sur sa chaise roulante et Moo la grand-mère.

En route, le couple va adopter Semeio, jeune garçon de 8 ans, qui vient de perdre sa seule famille en son grand-père.

Ipa a écrit et confié des lettres à sa petite fille, comme autant de petits cailloux blancs semés sur ce long parcours. Des mots qui vont lui mettre du baume au cœur et lui permettre de surmonter les difficultés avec espoir. 

Et c'est le début d'un long voyage en bateau puis l'arrivée sur la terre de France. Et le début d'une nouvelle vie faite d'apprentissages nouveaux.

Quel magnifique roman ! Il met à hauteur d'enfant ce que peuvent vivre d'autres enfants dans le monde, une réalité quotidienne, presque devenue banale pour nous Occidentaux dans le flux des médias. Le plus bouleversant réside dans la permanence du lien avec ses racines que l'auteure Kochka a su parfaitement insuffler à travers ce va-et-vient entre la réalité de ce que vivent ces déracinés, non par choix mais par nécessité, et ce qu'ils sont vraiment : des êtres humains avec leur histoire, leur langue, leur culture.
Cet effet est renforcé par les onze lettres d'Ipa que Nani partage en lecture avec Semeio devenu son frère par les circonstances dramatiques, mais aussi par le fait que même loin de leur pays, le besoin se fait ressentir pour ces femmes et ces hommes de conserver sa mémoire à travers ses légendes et ses chansons.

Pour moi, ce roman atteint la perfection dans ce message de tolérance et de solidarité des peuples. Et il est écrit en littérature jeunesse, ce qui me réjouit.

Un roman construit en trois parties, comme un journal de bord qui relate les événements. Les illustrations en double page, les couleurs choisies froides et chaudes  en même temps, la mise en page renforcent le sentiment d'humanité qui s'en dégage.

Coup de cœur ! 

Frères d'exil
Kochka
Flammarion jeunesse

Existe aussi en version numérique

1 commentaire:

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...