La guerre et ses conséquences

Deux albums qui m'ont interpellée sur la guerre et ses conséquences...


Voici un album qui n'était plus disponible et que Didier jeunesse a eu la très bonne idée de rééditer dans la collection brochée de poche Les p'tits Didier.

Bouche cousue, c'est un enfant qui décide de ne plus parler. Il enlève sa bouche en croissant de lune. Puis sa décision fait boule de neige ! Le chat s'arrête de ronronner, la maison d'ouvrir ses volets, les fleurs d'éclore, le chemin de mener aux champs jusqu'au soleil qui décide de s'éteindre. Dans le noir de ce pays, une étoile résiste et fait revivre les histoires du temps passé dans les rêves de l'enfant et grâce à la force des mots, tout redevient comme avant.

Ce conte randonnée recèle une puissance extraordinaire : il montre à quel point la langue du récit nous traverse et nous permet de tenir debout, malgré la guerre et tout ce qu'elle entraîne derrière elle.  Les illustrations, toutes suggestives et finalement très douces, apportent juste ce qu'il faut à la poésie de ce texte somme toute très lourd de sens. La fin, pleine de lumière, ouvre sur un avenir possible, plein de vie et d'espoir.

Je ne m'étais jamais vraiment attardée sur ce texte et je trouve qu'il est tout a fait indispensable aujourd'hui. 

Bouche cousue
Gigi Bigot et Pépito Matéo
Didier jeunesse
Les p'tits Didier



Voici un album très fort en émotions sur la Guerre d'Algérie : Camille cherche à entrer en contact avec son grand-père Papipa. Elle perçoit la présence d'un secret. Pourquoi ne peut-elle pas le rencontrer ? Une chape de plomb quand elle l'évoque avec sa maman.  Mais elle tient bon. Trouvant son adresse, elle lui écrit. Avec des lettres. Elle essaie de renouer le lien. Va-t-elle y parvenir ?

Le plus étonnant dans cet album, c'est sa mise en page et le va-et-vient qu'elle induit : tour à tour, images qui parlent d'elles-mêmes (comme un film), lettres de Camille et illustrations intégrées au texte, le lecteur entre dans l'intimité de cette famille et vit aussi le retour vers l'Histoire, un pan douloureux à évoquer. En filigrane, l'indispensable respect des cultures que la guerre dévaste et abolit les frontières de l'humanité.

Là aussi une fin pleine d'espoir et d'avenir possible et une bien belle approche signée A pas de loups.

Avec des lettres
Anne Cortey et Carole Chaix
A pas de loups

49 et 50 èmes albums/100 pour le Challenge je lis aussi des albums 2016

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

16 nuances de première fois

Le jour de l'âge de raison

Jusqu'ici, tout va bien

Les petits amis de la nuit

Coup de cœur numérique #34 : Tip Tap mon imagier interactif