Pages

lundi 4 avril 2016

Le domaine

Un remake des Oiseaux d'Hitchcock ?

Pas vraiment mais un roman qui vous prend aux tripes.

Gabriel est plutôt un solitaire, spécialiste amateur en ornithologie. Une passion de la nature qui sied à merveille à son caractère, que lui a légué son défunt père. Cet été-là, sa mère a trouvé un travail dans un château "Le domaine" pour deux mois, bien payé. Elle a réussi à faire accepter que son fils puisse l'accompagner avec discrétion. Dès leur arrivée, le malaise s'installe. Surtout pour le jeune homme. Cette famille bourgeoise l'indispose, l'angoisse même. Heureusement, la nature environnante lui offre un abri salutaire.

Jusqu'à ce qu'arrivent les jeunes de la maison. Des cousins et cousines complices, fiers et méprisants. Gabriel va essayer de s'intégrer. Seulement, parmi eux, se trouve l'énigmatique Eléonore. Il ne va plus rien contrôler de ses pulsions...


Un roman en trois parties qui va crescendo, différent des autres thrillers de l'auteure. Les deux premières parties plantent le décor et les personnages, leurs travers, leurs compromis et les auréolent de mystères et de secrets. Le lecteur s'attend à ce que cela lui "pète" d'un grand coup à la figure. C'est la troisième partie qui joue ce rôle où la tension monte progressivement jusqu'à la chute où tout s'explique. L'auteure joue à merveille avec les nerfs du lecteur et le mène sur des pistes métaphoriques où il pense comprendre mais se perd à nouveau. La fin est amenée d'une manière à la fois abrupte et presque apaisée.

J'ai beaucoup aimé cette construction menée de main de maître sur les enjeux profonds de cette histoire, aux thématiques abordées très riches. Mais surtout l'auteure a su dépeindre la force du fantasme à l'adolescence comme jamais je ne l'avais lu jusqu'ici. C'est là l'aspect principal du roman je trouve. Et chacun de nous peut s'y identifier, à tout âge : le jeu de l'amour, sa force, son déni, sa souffrance et sa flamboyance. La chute aussi, douloureuse où l'être humain se sent alors en morceaux et doit se reconstruire.

"Je n'écris pas pour les adolescents, j'écris avec un souffle adolescent. Et quel adulte n'a pas conservé en lui la tempête émotionnelle des ses 15 ans ? "Jo Witek

Un roman fort, amené par petites touches, singulièrement juste sur la passion amoureuse.


Existe aussi en version numérique

Le domaine
Jo Witek
Actes sud junior

1 commentaire:

  1. Vraiment très, très curieuse de le découvrir celui là !

    RépondreSupprimer

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...