Et si on accueillait l'autre ?

Trois albums indispensables en écho avec l'accueil de l'autre.

  • Avec trois brins de laine (on peut refaire le monde) : cet album est inspiré d'une histoire vraie, celle d'une famille qui fuit la dictature pour la liberté. Beaucoup d'espoir dans cet exil. Mais très vite, le désenchantement. Ce nouveau pays n'a que l'illusion de la liberté. Tout y est uniforme. Partout les mêmes couleurs, les mêmes formes. Tout est gris, monotone et triste. Mais il vient une idée à la maman : elle détricote les pulls de la même couleur de la maison et en re-tricotent d'autres avec beaucoup d'imagination. De fil en aiguille, la maille à l'endroit et celle à l'envers fait des émules dans la ville pour un monde plein de diversité.
Voilà une façon bien ancrée dans le réel de changer le monde qui m'a séduite, plus par le texte que par les illustrations, au graphisme particulier, entremêlé de motifs géométriques rappelant le tissu et les points de tricot. Le texte, très bien construit, apporte peu à peu l'espoir d'une vie meilleure quand on décide de se prendre en main. Avec de la bonne volonté et un soupçon d'imagination, oui, on peut changer le monde. Un slogan qui a une tonalité toute d'actualité...

Avec trois brins de laine (on peut refaire le monde)
Texte de Henriqueta Cristina
Illustrations de Yara Kono
Editions des Eléphants et Amnesty International


  • La lumière allumée : Et si laisser la lumière allumée était un acte d'invitation à la tolérance ? Inutile d'économiser son énergie à répandre autour de soi l'anticonformisme.
Imaginez une ville uniforme, triste, sans fantaisie, où toutes les maisons alignées sont rigoureusement identiques.

"Voici ma ville, une ville sans surprise et sans histoire. Dans mon quartier, chaque maison a une porte, deux fenêtres et un toit rouge, bien régulier. Chaque porte a une poignée et une serrure bien huilée. Chaque fenêtre est encadrée de deux volets gris, bien épais."

Le ton est donné d'emblée...jusqu'au jour où un habitant laisse sa lumière allumée. On crie au scandale ! Mais l'empêcheur de rester conforme s'en va en voyage et sa maison finit par tomber en ruines. A son retour, il la reconstruit avec des éléments hétéroclites de ses voyages. Oh là là ! ça critique, ça juge, ça condamne...mais finalement du bleu aux volets, du rouge, des tours et autres élucubrations architecturales sortent de terre et de l'imagination des habitants. Chacun s'accorde alors à penser que la créativité, c'est la vie !

Cet album m'a séduite dans son approche : partir de la maison, lieu intime par excellence, pour évoquer le vivre ensemble, voilà qui est plutôt original !
Au fur et à mesure des pages, le lecteur suit les transformations des habitations au gré de l'envie des habitants, ce qui devient un jeu de rechercher la première initiatrice de ce changement. On s'attarde sur les multiples détails de ces maisons pas ordinaires, qui reflètent chacune une personnalité. De nombreux clins d’œil y sont glissés et c'est un régal de toutes les détailler sur la double page foisonnante de maisons bigarrées, qui constituent du coup, des personnages à part entière de l'histoire.

On imagine aisément la suite avec une vie entre habitants pleine de partage, de solidarité, de vie !

"Voici ma ville, une ville pleine de surprises et d'histoires à  chaque coin de maisons....

Il existe une exposition des maisons de l'album.

La lumière allumée
Richard Marnier et Aude Maurel
Frimousse




  • Petit point : non, vous n'avez pas rêvé. Cet album est rempli de petits points. Un point de vue original et très efficace pour aborder avec les enfants les sujets de l'immigration et de la pauvreté dans le monde. Des points pleins et noirs habitent la page de droite. Ils ont des maisons et à manger. Page de gauche, des points vides et blancs tristes et démunis. Ils demandent l'asile de l'autre côté. On se consulte à droite et on accepte un peu de monde. Mais c'est trop d'un coup. Que faire ? Les habitants de droite décident alors d'aller à gauche et d'aider, d'apporter leur soutien, entraide et solidarité. Pour un monde de paix et de belle diversité.
J'ai beaucoup apprécié le parti-pris de cet album dans sa façon très démonstrative de parler de ces sujets si abstraits avec les enfants, qu'il est souvent difficile pour un adulte d'expliquer. Rien de mieux qu'un dessin pour expliquer ces notions. C'est là très réussi, pas moralisateur, très positif. Un très bon support de discussion pédagogique. Juste du noir et du blanc. Très parlant.



La maison d’édition nuinui a été fondée en 2014 pour faire souffler un vent de nouveauté dans l’univers des livres pour enfants et de loisirs créatifs. Nuinui est un terme polynésien signifiant grandgrand. 

Source Ricochet


Petit point
Giancarlo Macri
Carolina Zanotti
nuinui

Des albums qui montrent que c'est possible un monde meilleur...



29-30 et 31èmes albums/100 pour le Challenge je lis aussi des albums 2016

Commentaires

  1. J'ai beaucoup aimé Petit point, un album très fin sur des sujets pas évidents. Et du coup je note les deux autres, je vais aller regarder ça de plus près ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Lectures d'été #8 : T'arracher

Lectures d'été #9 : Une fille de...

Lectures d'été #2 : Baleine rouge

Coup de cœur numérique #33 : Voixci Mes histoires musicales

Naissance des cœurs de pierre