Adam et Thomas

"Aie confiance. Tu connais la forêt et tout ce qu'elle contient".

Ce pourrait être une phrase tirée d'un conte.
Ce pourrait être une phrase tirée d'un roman initiatique.

C'est la dernière phrase qu'a entendu Adam de sa maman lorsqu'elle le conduit dans la forêt en lui promettant de venir le chercher le soir. Une forêt qu'il connait certes bien puisqu'il y est venu souvent avec ses parents s'y promener et s'y ressourcer.

C'est le seul endroit qu'a trouvé sa maman pour le protéger des rafles du ghetto mais il ne le sait pas encore. Le seul endroit qu'elle a trouvé pour lui éviter d'être déporté. Le seul endroit pour le sauver. Le cœur de la forêt.

Le premier jour et la première nuit, il est seul. Le deuxième jour, il retrouve Thomas, un garçon de sa classe, amené aussi là par sa maman. Un garçon qu'il ne fréquentait pas trop jusque là : trop intellectuel, trop solitaire. La force des évènements va les réunir là quelques mois, dans une survie difficile, faite de débrouillardise, de peur, de chance, de solidarité de quelques personnes, comme Mina, une autre petite fille de leur classe au sort moins heureux ou ce paysan croisé au détour d'un chemin. Ils vont aussi être témoins d'hommes poursuivis dans la forêt et entendre à maintes reprises des coups de feu. Il y aura aussi Miro, le chien d'Adam qui va les retrouver, avec lequel le jeune garçon entretient un lien tout particulier. Et puis l'attente de la délivrance par l'Armée Rouge. Et puis l'espoir de retrouver leurs parents...

Leurs caractères bien différents mais complémentaires va leur permettre de surmonter les épreuves : un optimisme sans faille, un soutien mutuel de tous les jours, des discussions aussi, très fortes, sur le sens de la vie, sur la foi, sur la haine, sur l'amour. Curieusement, dans ce climat d'insécurité permanent, on les sent là en sécurité. Et eux aussi.

Il y a dans ces pages tant de tolérance, de solidarité et d'humanité malgré la folie des hommes. Le tout porté par les illustrations pleine page ou encartées de Philippe Dumas qui apportent à ce texte réalisme et poésie à la fois.

Ni un conte, ni un roman. Mais un témoignage d'enfant auto-biographique par un monsieur devenu vieux mais qui veut transmettre cette confiance absolue propre à l'enfance.
Une leçon de vie et de courage.

-A lire  :  un entretien avec l'auteur sur le site de l'Ecole des loisirs qui éclaire ce livre bien mieux que je ne pourrais le faire moi-même.

-Retrouvez l'avis de Céline-QLF


Adam et Thomas
Aharon Appelfeld
Ecole des loisirs

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Mon top 5 du moment en littérature jeunesse

Coup de cœur numérique #32 : Application Les incos

Lectures de vacances #1 : London Panic !

La danse du swap d'été !

Lectures de vacances #2 : Baleine rouge