Le grillon : récit d'un enfant pirate

Il s'appelle le grillon. C'est son surnom. Depuis que des pirates ont attaqué le bateau de pêche de ses parents d'origine coréenne au large de la Somalie. Lui a survécu et il a été recueilli. Résistant, comme l'insecte. La mer va devenir son horizon. Le bateau pirate sa maison.

Ce récit, c'est celui d'un enfant pirate. Malgré lui.

Dans son quotidien d'enfant entouré d'adultes pas toujours recommandables, il a néanmoins cette facul de s'émerveiller, de prendre les choses comme elles viennent, de se faire tout petit quand il faut, de se poser mille questions parfois sans réponse et de s'en accommoder.

Ce petit bonhomme est extrêmement touchant, sauvage mais civilisé à sa façon. Le récit, volontairement à la première personne, dans un langage parlé, le rend très proche du lecteur qui ne peut s'empêcher de vouloir le protéger. Malgré des scènes dont on devine la violence, on est réellement ému par son optimisme, sa faculté d'adaptation et son bon sens. 

Lorsqu'un livre lui est offert, lui qui ne sait ni lire ni écrire, il se réfugie dans son imaginaire et rend la petite fille à la robe rouge, Dress, terriblement vivante. Une sorte de refuge indispensable pour cet enfant qu'on a fait grandir trop vite. Finalement accueilli dans un institut, devenu Mostéfa, les contraintes seront difficiles à intégrer pour lui. On tremble pour lui à la fin.

Cette lecture rappelle combien des milliers d'enfants subissent ce sort encore aujourd'hui au large de la Somalie ou ailleurs. 

C'est un mélange de roman et de récit de vie : réaliste et poétique à la fois, à l'image de la magnifique couverture signée Régis Lejonc.

Un premier roman pour cet auteur, qui ne laisse pas indifférent, chargé d'émotions et de très belles pages malgré la réalité décrite.
Un auteur à suivre...
 

Les avis de :

Le grillon
Récit d'un enfant pirate 
Tristan Koëgel 
Didier jeunesse

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

La petite fille qui inventait des histoires

Arbre

Ribambelle

La princesse de l'aube

Ma grand-mère est une terreur