Pages

vendredi 30 novembre 2012

Coups de coeur petite enfance

"A l'intérieur de moi, toutes sortes d'émotions forment comme un tourbillon...et ce tourbillon d'émotions, c'est parfois trop pour moi".

Un livre sur les émotions pour les tout-petits, et bien fait, c'est suffisamment rare !
J'ai en effet beaucoup aimé l'approche de ce petit livre : toute simple, avec des petits papiers de couleurs aux formes géométriques pour symboliser les émotions qui traversent les tout-petits. C'est difficile pour eux : pas moyen de mettre les bons mots dessus, déjà que c'est compliqué pour les adultes, alors imaginez !

J'ai pensé à un prolongement en tapis de feutrine  avec des petits carrés de couleurs à déplacer au fil de la colère, de la peur, de la tendresse, ...

ça donne envie de tout mélanger pour pouvoir après mettre de l'ordre dans tout ça et pourquoi pas ? 

Voici la présentation de cet album sur le blog d'Aurélia Gaud
 
A l'intérieur de moi
Aurélia Gaud
Actes sud junior  


Un nouveau livre de Martine Perrin à destination des tout-petits, vraiment impossible de passer à côté !

J'ai été littéralement séduite par l'interactivité de "Petite main, petit pouce" : pas besoin des applications numériques pour donner vie aux livres !!!

Il s'agit d'un livre à lire avec ses deux mains et avec ses doigts : et c'est parti pour un voyage au pays des sens ! Les fleurs des champs, l'escargot, jouer à saute-mouton, se piquer au hérisson, arriver à la maison de Léo, rencontrer le chien, le chat, la souris  et le lapin de la maison jusqu'au doudou de Léo qui Chut !!! fait dodo...

Des liens entre les pages qui ne cassent pas sa lecture mais la prolonge, le tout dans un format cartonné aux couleurs vives, plein de jeux à inventer autour, j'ai hâte de le tester bientôt celui-là !

Un album très réussi à tester dès 1 an.

Petite main petit pouce
Martine Perrin
Seuil jeunesse

jeudi 29 novembre 2012

Roulez jeunesse !


On en parle, on en parle...

J'y serais bien allée...mais pas possible cette année ! 
Si vous en avez l'occasion, ne vous privez surtout pas !

Tout le programme des animations, des dédicaces, des rencontres


Ce week-end, je vais aller faire un tour ici


Pas grand chose pour la jeunesse dans cette programmation 
(ils sont TOUS à Montreuil, pardi !), 
mais bon, c'est dans ma région...

mercredi 28 novembre 2012

Les ados face au handicap

Le hasard de mes choix de lecture du moment ont fait que deux romans qui parlent du handicap chez les adolescents se sont trouvés en même temps sur ma pile. J'ai déjà parlé des enfants face au handicap  et avec des adolescents, cette thématique exacerbe la souffrance liée à cette situation.

Le premier, "Mary Lou ", est un coup de cœur : j'ai d'abord été attirée par la couverture très bucolique. Adam et Mary-Lou se connaissent depuis longtemps. Ils ont passé du temps enfants en vacances, dans les maisons familiales. Des familles cabossées aussi. De très beaux paysages de Suède au bord d'un lac. Jusqu'à l'accident de Mary-Lou qui la rend paralysée. Puis, plus de contact pendant trois ans. Ils se retrouvent par hasard dans la rue. Ils ont quinze ans. Adam va passer quelque temps dans la maison de son père, au bord du lac. Pour dessiner. Pour être seul. Vivre avec la nature. Il invite donc naturellement Mary-Lou, qui finit par accepter. Ils vont donc se retrouver mais plus rien n'est comme avant. Mary-Lou n'accepte pas son handicap et Adam n'accepte pas sa révolte contre elle-même et les autres. Ils vont finalement apprendre à s'apprécier à nouveau, vont vivre une belle parenthèse et repartir dans leur vie respective.

Si j'ai trouvé le début du roman long à démarrer (un peu fastidieux la description de la solitude d'Adam à travers tous ses gestes quotidiens !), le roman prend peu à peu de l'épaisseur pour s'attacher à l'essentiel : les retrouvailles de deux adolescents qui se sont quittés enfants dans des circonstances douloureuses. Ils vont beaucoup apprendre l'un de l'autre, s'épauler avec beaucoup d'humilité, vivre au contact de cette nature qui va beaucoup leur apporter en comblant leurs manques. Ils vont confronter leurs idées sur la vie, avec beaucoup de philosophie : ils pressentent que la marche vers leur vie d'adulte se joue là, maintenant. Cette parenthèse les y prépare.

C'est un roman d'une grande sensibilité, sur l'amitié d'une fille et d'un garçon, sur leur complicité retrouvée même si elle est différente. Mary-Lou avait besoin de ce temps pour accepter son handicap et Adam pour répondre aux questions du passé...même si certaines restent sans réponse. On garde longtemps une empreinte de la lecture de ce roman.

Biographie de l'auteur
Stefan Casta est journaliste et a reçu le prestigieux prix Auguste en 1999 et le prix Nils Holgerson en 2000, ainsi que le prix Astrid Lindgren en 2002 pour l'ensemble de son oeuvre. Il dit lui-même que Mary Lou est son préféré parmi ses romans.


"Liber et Maud" parle aussi du handicap d'une jeune fille, suite à un accident, elle devient aveugle. La nuit noire pour elle, au sens propre comme au figuré. Liber, 16 ans, est dans sa classe et refuse de la laisser tomber. Il a toujours été amoureux d'elle. Mais Maud est une jeune fille bien émancipée à beaucoup d'égards. Il va donc la prendre sous son aile, pour la sortir de son isolement. Une obsession pour lui : faire l'amour avec Maud. Au prix de beaucoup de souffrances pour lui...Je t'aime, moi non plus pourrait être le leitmotiv de ce roman. J'ai davantage accroché sur la fin, quoique la fin en elle-même m'a laissée plus que perplexe. On se dit très vite que cette relation va détruire Liber bien plus que Maud, qui elle, n'a rien à perdre....mais pourtant tant à gagner. On comprend aussi son angoisse à s'engager dans une relation : elle a tellement peur d'emmener l'autre dans sa noirceur. L'auteur décrit là des liens entre deux adolescents complexes faite d'amitié, d'amour, de dépendance, de haine, de ressentiment, de désespoir. On a mal pour eux et on leur souhaite bonne chance.

Biographie de l'auteur 

L'avis de Dorota  ici

Deux très bons romans forts et convaincants.

Mary-Lou
Stefan Casta
Editions Thierry Magnier

Liber et Maud
Nadia Marfaing
Ecole des Loisirs
Collection Médium  
 

lundi 26 novembre 2012

Le rire de Camille

C'est un livre orange, avec du noir et un peu de blanc. Sur la couverture, une petite fille et un chien se regardent droit dans les yeux. Camille rit-elle ou est-elle triste ? Rire et chagrin se mêlent...
Ce drôle de chien va lui en apprendre plus sur elle-même. Leur rencontre est belle comme une évidence : à dos de chien, Camille s'en va à l'aventure. En chemin, un drôle de chat les interpelle. Il a tout oublié. À eux trois, ils vont voir un ami qui ne leur veut que du bien...

Ce dernier numéro de la collection Trimestre est un concentré de sensibilité et d'émotions. C'est beau, émouvant, simple comme l'enfance. Elle aussi connait des chagrins, les petits comme les grands...sans savoir pourquoi. Peu importe d'ailleurs, le chagrin est là, il suffit de trouver une oreille attentive (en l'occurrence un animal) et pffft ! le chagrin, petit ou grand, s'en va...comme il est venu...

Je me suis dit que j'allais citer mon passage préféré. Et puis, non, ce serait vous gâcher la découverte...
Les illustrations d'Emilie Harel sont sublimes, magnifiées par cette bichromie, marque de fabrique de cette collection.

Une très, très belle histoire qui ravira les petits et les grands, comme seuls les très bons auteurs savent le faire...

Pour tout savoir sur Jean-Marc Mathis

Le site de l'illustratrice  

Le blog de la collection Trimestre (clin d'oeil à l'illustration de la page 6) !

On en parle aussi ici



Le rire de Camille
Mathis
Illustré par Emilie Harel
Oskar jeunesse
Collection Trimestre  

dimanche 25 novembre 2012

Victoria rêve

«Victoria voulait une vie d'aventures, une vie folle, une vie plus grande qu'elle. Et l'on disait tout autour d'elle : "Victoria Rêve". Mais depuis quelque temps, un monde imaginaire débarquait dans son existence. Elle avait l'impression d'une foule de personnages qui descendaient de sa bibliothèque en rappel pour venir semer leur pagaille. Victoria voulait savoir ce qui lui arrivait. Y avait-il un lien avec les livres qui disparaissaient de sa chambre ?».


Environ une heure d'écoute, avec la voix de Thimothée de Fombelle, et c'est un pur régal !

Il a le don de transporter dans son univers, qui se dresse petit à petit devant vous...

C'est une très belle histoire, qu'il nous livre là à nouveau...un plaidoyer pour l'imaginaire procuré par l'avidité de la lecture.

Victoria (j'ai adoré la façon dont l'auteur prononce ce prénom !) est une grande lectrice et a une imagination débordante. Dans sa chambre, sa bibliothèque s'appelle l'horizon. Et celui-ci est peuplé des personnages des livres qu'elle engloutit. Elle s'ennuie là où elle vit, elle rêve de vivre ce qu'elle lit jusqu'à croire que c'est en train d'arriver.

Son imagination va donc la mener dans une aventure qui la dépasse en compagnie de son ami Jo sur fond de rivalité avec la blonde Léa Garcia, cette fille qu'elle déteste dans sa classe. 

Elle pense avoir découvert que son père n'est pas celui qu'elle croit...mais la réalité du monde des adultes est souvent bien différente...
Quand le réel rejoint l'imaginaire et vice-versa...

Un enchantement !

Pour écouter un extrait du livre audio



J'ai maintenant hâte de lire la version papier illustrée par François Place s'il vous plait !


A partir de 9 ans et plus, plus, plus...

L' avis de Céline
L'avis de Nathan

Le blog de Timothée de Fombelle

Une interview dans Télérama

 

Victoria rêve
Timothée de Fombelle
Illustré par François Place
Gallimard jeunesse

vendredi 23 novembre 2012

Des pépites !!!


Pépita ne peut que vous présenter les Pépites 2012 du Salon du livre jeunesse de Montreuil décernées hier...

Cette année, Émile Bravo et Florence Seyvos en sont les Ambassadeurs.

Sont donc récompensés en avant-première du salon qui se tiendra du 28 novembre au 3 décembre prochain les huit catégories suivantes :


-La Pépite de l’AlbumMadame Le Lapin Blanc de Gilles Bachelet chez Le Seuil Jeunesse.


-La Pépite BD/Manga : Choisis quelque chose mais dépêche-toi !, de Nadia Budde, traduit par Vincent Haubtmann, publié par la toute jeune maison L'Agrume.



-La Pépite du Roman adolescent européen : deux fictions ex-aequo : Doglands, de Tim Willockx, traduit par Benjamin Legrand chez Syros et La drôle de vie de Bibow Bradley, d’Axl Cendres chez Sarbacane, «Exprim’».



-La Pépite du documentaire : L’art face à l’histoire. 50 événements racontés par les artistes, de Nicolas Martin et Eloi Rousseau chez Palette. 




-La Pépite du livre d’art : Mr Hopper, mystère Hopper, illustré par Aude Samama (Arola, «Dada»).


-La Pépite du livre OvniDictionnaire fou du corps, de Katy Couprie aux Editions Thierry Magnier.



-La Pépite de la création numérique : Fourmi, d’Olivier Douzou, d’après l’album paru aux éditions du Rouergue (Opixido) tandis qu’une mention spéciale est attribuée à Uropa, de Bernar Islaire et Laurence Erlich chez Casterman.




-La Pépite de l’adaptation cinématographique : Jour des corneilles, réalisé par Jean-Christophe Dessaint, sur un scénario d’Amandine Taffin, adapté du roman éponyme de Jean-François Beauchemin, publié en 2004 aux Allusifs.



Un grand bravo aux lauréats !

Et j'ai pas tout lu, moi, là-dedans !
Super contente pour Fourmi chroniqué  

jeudi 22 novembre 2012

La chanson de Richard Strauss

"Cette histoire d'amitié, par-delà le temps et les générations, souligne la force de la solidarité, principe essentiel aux combats d'Amnesty International dans le monde".(Quatrième de couverture).


"Il y avait aussi en ce temps-là 
A la radio
Une drôle de voix
Qui disait 
De drôles de choses

                                              La race
                                              La race
                                           Disait la voix

                                                    Qu'est- ce que c'est que ça ?"


Deux enfants sont amis : l'un est juif, l'autre pas...l'un porte un nom de musicien, l'autre s'essaie au violon sans succès...
Pas besoin de faire un dessin, n'est-ce-pas ?

Un album très fort, aux mots pas dépensés pour rien, l'essentiel est dit sous forme de prose poétique, ce qui rend le texte encore plus dense. Dans les illustrations, beaucoup de détails qui en disent long sur l'époque. Un album presque grand format mais pas tout à fait. Tout est dit là-dedans, dans le fonds et la forme, les non-dits de l'époque, la peur, la résignation, sauf pour les enfants qui sans avoir l'air de comprendre, comprennent l'essentiel : la force de l'amitié, de la solidarité et du souvenir.

Un album qui vous laisse les bras ballants, les larmes au bord des yeux...

Un album qui fait penser à un autre aussi, d'une force aussi inouïe : "Les arbres pleurent aussi" de Irène Cohen-Janca édité par Le Rouergue en 2009.

La chanson de Richard Strauss
Marcus Malte
Alexandra Huard
Sarbacane

mardi 20 novembre 2012

Mardi maudit

Après l'excellent "J'aime pas le lundi !", Jérôme Lambert revient dans "Mardi maudit" et on se régale !!!!

Toujours autant d'humour, d'auto-dérision chez ses personnages, de situations cocasses qui font que le lecteur passe un moment de lecture jubilatoire et communicatif ! (Chez nous, on est tous fans !).

Dans mardi maudit, on retrouve notre héros Lucien en proie aux doutes de l'amour ! et si, et si....Fatou ne l'aimait plus ? Autant de bonheur qui dure, ce n'est pas possible ! Tout arriv par un petit malentendu qui prend des proportions importantes et inquiétantes dans la tête de Lucien. Pour couronner le tout, il se fâche avec son meilleur ami Croûton, sa mamie va se marier à soixante-neuf ans, bref, le mardi est en train de détrôner le lundi dans les jours néfastes...

Le lecteur pressent qu'il s'égare mais ça ne fait rien, il sait bien que tout finira bien ! Le ton est irrésistible (les pages sur la relation père/fils et le pseudo-dialogue avec sa mamie : de vraies pages d'anthologie !). Malgré une légèreté certaine,  l'auteur fait cependant passer des messages importants tels que la fragilité des sentiments amoureux, l'importance du dialogue et de la confiance en soi.

Que nous préparez-vous M. Lambert pour le mercredi..... ?

L'avis de Dorota

Aujourd'hui, c'est la Journée Mondiale de l'enfance 

Mardi Maudit
Jérôme Lambert
Ecole des loisirs
Collection Neuf

lundi 19 novembre 2012

Baby sitar

Baby sitar est un magnifique coffret, très bien présenté, de berceuses occidentales interprétées au sitar indien. On peut donc y écouter 9 berceuses du répertoire traditionnel comme Bateau sur l'eau, Au clair de la lune, Frère Jacques,...revisitées par cet instrument indien le sitar. Il s'agit d'un instrument traditionnel de l'Inde du Nord. Le son qui en émane est assez particulier auquel notre oreille n'est guère habituée.

Si j'ai trouvé l'approche très séduisante, j'avoue être sceptique sur le résultat. Certaines berceuses ne sont pas très reconnaissables à l'écoute et j'avoue ne pas être certaine que cela procure de la détente. En ce qui me concerne, c'est plutôt l'inverse que j'ai ressenti au fur et à mesure.

Dommage ! Mais peut-être suis-je passée à côté !

Ce coffret a-t-il été testé auprès de jeunes enfants ? 

Des extraits à écouter sur  myspace
 
Un autre avis

Je remercie les Editions Eveil et Découvertes pour cet envoi.

Baby Sitar
Editions Eveil et Découvertes

samedi 17 novembre 2012

Journée des assistantes maternelles

Aujourd'hui 17 novembre : c'est la journée nationale des assistantes maternelles.

Pour les côtoyer régulièrement dans le cadre d'accueils petite enfance, je sais combien ce métier difficile manque de reconnaissance malgré les efforts des dernières années.
Ce coffret leur est tout spécialement destiné : il contient deux CD de comptines et chansons qui les aident  à rythmer la journée avec les tout-petits dont elles ont la garde. Un petit livre permet de retrouver les paroles en cas d'oubli ! C'est pédagogique et ludique !

Voir le site de Formulette production

Le coffret des Assistantes maternelles
Collection Grandir
Formulette production

vendredi 16 novembre 2012

Fête de la lecture



16 novembre : Fête de la lecture !

Initiée par Gallimard jeunesse pour ses 40 ans, en partenariat avec Le parisien/Aujourd'hui en France

Voir pour en savoir plus...

jeudi 15 novembre 2012

Chat de bibliothèque

Une belle histoire...

La bibliothèque de Coulonges sur l'Autize (Deux-Sèvres- 2400 habitants) a adopté un chat de bibliothèque, au grade d'auxiliaire. Il participe au prêt (à sa façon) et aux animations (à sa façon). Les enfants l'adorent (vous pensez bien !), sa présence fait du bien à tout le monde et les inscriptions ont augmenté ! Il loge chez la mamie d'à côté et tous les matins, il va au boulot ! Il s'appelle Chapitre (évidemment !), il a deux ans et demi  et un livre est en préparation sur cette belle rencontre. Aurélie, de la bibliothèque, a gentiment répondu à mes questions et m'a envoyé ces photos. Un grand merci à elle !

C'est pour une inscription ?


 Chat pitre



Aux Etats-Unis, un chat Dewey (!) a vécu ainsi 19 ans dans une bibliothèque (un livre lui a été consacré...). 







Chat alors !

mercredi 14 novembre 2012

Le yoga des petits

Ce mois-ci, je fais du yoga...des petits et c'est génial !

Il s'agit d'une séance que j'affectionne tout particulièrement. Cela fait déjà cinq ans que je la propose régulièrement.

Elle permet d'abord d'aborder le schéma corporel avec les tout-petits et ils adorent apprendre à se repérer dans tout ce machin.

Le yoga est de plus très bénéfique aux enfants : il les aide dans la concentration, la coordination des mouvements, la souplesse et la confiance en soi.

Petit yogi agite les bras comme un papillon…
Petit yogi se tient sur un pied comme un petit oiseau…
Petit yogi s'accroupit comme une grenouille...

Ce livre aborde des postures toutes simples, partant toutes d'animaux, des illustrations vives et ça y est , c'est parti ! Par le jeu qu'elles induisent, les enfants sont tout de suite partants et les adultes aussi, passé le premier étonnement.





Assorties de comptines telles que "Tête, épaule, genoux et pieds" et de la lecture de petits livres comme "Petit Léon de la tête aux pieds" de Line Bie et "Nom d'un champignon" d'Edouard Manceau, la séance se termine par de la relaxation au son doux d'une petite musique. Et ça aussi, ça marche ! Livre avec CD.
Même chez des tout-petits...

A partir de 18 mois, par groupe de 8 ou 10 enfants grand maximum, accompagnés d'un adulte. Prévoir des tapis et une tenue confortable.


Pour compléter, je conseille aussi :  "Comptines de la tête aux pieds" chez Lito. 

Une mine sur le schéma corporel, avec des dessins comme support. 
C'est joliment bien fait ! 






Si vous souhaitez poursuivre dans du plus tonique et en s'appuyant sur des comptines célèbres : "Gym et comptines pour les petits". A chaque comptine, un mouvement associé. Livre avec CD.






Et si le yoga vous tente, ce guide"100 postures de yoga avec mon bébé"est fait pour vous : plus de 100 postures très faciles à partager avec son petit de 0 à 2 ans. Des gestes simples, à intégrer dans la vie quotidienne pour votre bien-être commun.
Présenté par une psychologue cognitive dans le développement des bébés.







Le yoga des petits
Le yoga des petits pour bien dormir
Rebecca Whitford et Martina Solvay
Gallimard jeunesse

Mes premières comptines de relaxation
Gilles Diederichs (LE spécialiste)
Petit Nathan

Comptines de la tête aux pieds
Amélie Graux
Lito 

Gym et comptines pour les petits
Rida Ouerghi
Illustré par Elsa Fouquier
Gallimard jeunesse 

100 postures de yoga avec mon bébé
Sophie Dumoutet
Nathan 

lundi 12 novembre 2012

La fille verte

Un roman-album coup de cœur : j'ai d'abord été immédiatement envoûtée par la couverture. Quand on la regarde de loin, on est aimanté par tout ce feuillage vert. La lecture de ce livre m'a ensuite littéralement happée. 

Une jeune fille qui vient de déménager avec sa famille se choisit un endroit bien à elle , un jardin secret : elle y passe tout son temps, elle s'enivre de nature, d'odeurs, de lumière, de terre, si bien qu'elle finit par devenir arbre et même fleur. Quatre saisons à vivre à l'intérieur de ce jardin, pour en sortir au printemps, tout un symbole.

De façon très métaphorique, cette fable poétique aborde le besoin d'enracinement quand des changements sont là et qu'on ne maitrise pas tout complètement. La langue employée est très belle, très berçante, on devient cette jeune fille qui grandit, qui apprend à s'accepter en se ressourçant dans cette nature et solitude bienfaisantes. 

Les illustrations sont magnifiques : en alternance, pleine page ou double page, certaines poussent le texte qui doit leur laisser la place, comme dans un jardin luxuriant qui envahit tout peu à peu. Je suis sortie de cette lecture pensive et sereine comme si le temps n'avait plus prise. Elle résonne encore en moi comme un hymne à la vie, à la nature, aux sens, un écrin de mots précieux, un moment de lecture rare.

"Une métamorphose de l'enfance à l'adolescence", nous dit la quatrième de couverture : si ce n'est pas évident à première vue, la lecture donne pourtant au lecteur une multitude d'indices sur ce passage. Et c'est très beau, bouleversant, intime.  Chacun sa façon pour passer ces moments intenses que la vie nous offre. Une belle résonance pour moi qui, à l'adolescence, m'était choisi un arbre-confident...

Une double-page (pp.28-29) comme dans une cabane : le bruissement du feuillage, les bruits du lointain assourdis.

J'ai offert ce livre à ma fille qui va avoir 13 ans...

L'auteur parle de la genèse de ce livre 
Le site de l'illustratrice et son blog ici 

L'avis de Sophie et de Maman Baobab 

La fille verte
Vincent Cuvellier
Illustré par Camilla Engman
Gallimard jeunesse Giboulées 

dimanche 11 novembre 2012

11 novembre

Les éditions du Seuil ont réedité "L'horizon bleu" de Dorothée Piatek sorti sous forme d'album en 2003.

Ce livre-document relate la correspondance de Pierre, jeune instituteur dans le Nord, avec sa femme Elisabeth. Il est parti au front. Il va y rester 4 ans. On y découvre la vie au fond des tranchées, la peur, l'angoisse, la solitude, le froid, mais aussi la vie de ceux qui sont restés en arrière et qui eux aussi attendent.
C'est un témoignage précieux de la Grande guerre. C'est important de transmettre cette mémoire aux générations actuelles.

"On les aura ! carnet de guerre d'un poilu " de Barroux est un incroyable document d'une rare richesse : il s'agit du récit anonyme des premières semaines de mobilisation d'un poilu durant l'été 1914. Retrouvé par hasard lors d'un déménagement par l'illustrateur à Paris, celui-ci l'emporte et après la découverte vient l'envie de le mettre en images sous forme de roman graphique. On suit donc ce jeune homme, fier de partir à la guerre faire son devoir civique mais très vite les premières désillusions arrivent. Ce témoignage vaut tous les livres d'histoire. La mise en page et les illustrations de Barroux lui donnent une grande force. C'est un travail remarquable et un témoignage historique exceptionnel.



Voir Délivrer des livres pour une biliographie sur la Première guerre mondiale.
Voir Les lectures de Kik pour une rencontre avec Barroux au Salon du livre de Montreuil l'année dernière.
Le blog de Barroux

L'horizon bleu
Dorothée Piatek
Le Seuil
Fiction Hors collection

On les aura ! Carnet de guerre d'un poilu
Barroux
Le Seuil

vendredi 9 novembre 2012

La petite marchande de rêves

Un roman qui parle de rêves, ça m'a tout de suite emballée ! Une très belle couverture, à première vue, très séduisant. Un concours de dessins pour les illustrations, original ! Voici mes premières impressions.

C'est l'histoire de Malo, un jeune garçon fils unique, qui est sur le point de fêter son onzième anniversaire. Des parents très occupés, à la limite de l'indifférence. Pour cet anniversaire, sa maman a une fois de plus tout prévu...sauf que Malo va se retrouver transporté, à la suite d'un accident, au Royaume des Ombres, un monde peuplé d'étranges créatures (un chat qui parle tenancier d'une auberge, un arbre philosophe, un alchimiste jeteur de sorts, un magicien au langage bizarre, des spectres, etc,...). Mais sa plus belle rencontre, c'est celle avec Lili, la petite marchande de rêves, avec ses boîtes de couleurs...
La rencontre des deux enfants va les mener sur le chemin d'une quête à réaliser...
Rêve ou réalité ?

J'avoue ne jamais avoir lu de Maxence Fermine, qui si j'en crois la blogosphère, a enchanté bon nombre de lecteurs (trices !) avec son roman Neige

Mais...cette petite histoire ne m'a guère emportée au pays des rêves : de bonnes trouvailles certes, comme l'arbre philosophe ou le magicien Septimus avec son langage étrange, j'ai été nettement moins transportée par l'aspect répétitif de cette quête. Chaque chapitre aborde un nouveau personnage, plus ou moins bien campé, à la construction identique. L'intrigue est longue à se mettre en place. J'ai aussi été un peu gênée par l'aspect mercantile de la démarche : les enfants pourront recouvrer leur liberté s'ils vendent assez de boîtes à couleurs, moyennant la monnaie locale, les brouzons. Quant à la fin, même si elle essaie d'adopter un point de vue philosophique avec le SDF, cela ne m'a guère convaincue. Et lorsque Malo retrouve ses parents, j'aurai aimé au moins que leur comportement change à son égard. Cette quête lui aurait servi à quelque chose.

Pour le concours de dessins, si c'est une très bonne idée, j'aurai aimé quelques dessins en couleurs, en clin d'oeil à la petite marchande.

L'emballage est beau, mais ça ne suffit pas...
Vous l'aurez compris, pas un coup de coeur ! Ceci dit, il peut très bien plaire à la tranche d'âge visée (9-10 ans) et a au moins l'avantage de pouvoir s'adresser à des petits lecteurs.
Rappelons qu'il s'agit pour l'auteur d'un premier roman jeunesse, directement inspiré du rêve de sa fille.

Les avis de Céline et de Bouma

La petite marchande de rêves
Maxence Fermine
Michel Lafon
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...