Je veux aller à la mer


...où l'on apprend que la mer est à 503 km.

La mer est exactement à 503 km de Johnny et c'est son rêve et ça semble être le bout du monde...
Pourtant, Johnny se contente de ce qu'il a : il adore aller à la bibliothèque, tous les mois, une véritable aventure. Pensez donc ! Toute la classe y va en bus, et ça, Johnny ne le raterait pour rien au monde ! Il se voit bien à la place du conducteur...
Mais la sortie en bus mène aussi vers les livres, et pour Johnny, ce monde-là est vraiment hermétique. Les livres ne correspondent pas à ses rêves ni à ce qu'il vit. Le travail scolaire non plus d'ailleurs : "Elle est trop curieuse la maîtresse !" (C'est vrai que la maîtresse...question pédagogie, bof, bof,...).

Johnny est pourtant un jeune garçon curieux, inventif, joueur et optimiste. Il sent bien que ses parents font ce qu'ils peuvent. Ils assurent l'essentiel et n'ont pas les moyens pour le superflu. Mais quand la maman rentre du travail et qu'elle prend le temps de s'intéresser aux réponses de son fils à son exercice : "Cet été, nous irons NULPAR", elle s'attache d'abord aux fautes d'orthographe puis peu à peu, une torpeur mêlée à une grande tristesse l'envahit. Ses enfants n'ont pas la même chance que les autres. Et pour elle, le réaliser comme ça, c'est terrible. Très vite, l'optimisme revient : "Elle est à tout le monde la mer ! A nous aussi, y a pas de raison !". C'est décidé : "Cet été, nous irons à la mère". C'est écrit dans le cahier de Johnny.

Ce dernier numéro de la collection Trimestre est à nouveau une merveille : pas de mièvrerie dans cette histoire, mais beaucoup de réalisme, d'optimisme, de dialogue et finalement d'amour. Comme quoi, même si on se sent heureux des petits bonheurs quotidiens comme Johnny, il suffit de réaliser un rêve et tout est permis. Sa maman l'a bien compris. Leur vie pas facile n'autorise pourtant pas à se morfondre mais à rebondir, même avec peu de moyens car il y a effectivement des choses qui sont à tout le monde.

Les illustrations de Jean-Pierre Blanpain collent parfaitement au texte et permettent d'y mettre les images juste comme il faut.

Quand j'irai à la mer la semaine prochaine, j'aurai une petite pensée pour Johnny et sa famille... Car en ce temps estival de congés, cet album rappelle combien beaucoup d'enfants n'ont pas la chance de partir en vacances. 


Je veux aller à la mer où l'on apprend que la mer est à 503 km
Jo Hoestlandt
illustré par Jean-Pierre Blanpain
Oskar jeunesse
Collection Trimestre

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Coup de cœur numérique #32 : Application Les incos

Lectures de vacances #1 : London Panic !

Mon top 5 du moment en littérature jeunesse

La danse du swap d'été !

Lectures de vacances #2 : Baleine rouge