Pages

mardi 31 janvier 2017

Double faute

Ludovic et Ulysse sont frères. Depuis l'âge de 4 ans, et sous l'entraînement intensif de leur père, ils font du tennis et très vite, ils remportent des compétitions de haut niveau. Mais très vite aussi la rivalité s'accentue entre eux deux, attisée par un père manipulateur, violent et excessif. Une famille plus que bancale. Les blessures arrivent aussi pour l'un et l'autre : Ulysse, le plus jeune, annonce qu'il arrête ce sport et il se consacre à ses études littéraires avec un plaisir évident. Ludo, lui, continue jusqu'à l'accident sur un court ....

Ce récit, non, ce n'est pas seulement sur la pression sportive induite par des parents qui veulent la réussite à tout prix. 
C'est d'abord un roman sur deux frères désunis par un sport qu'ils n'ont pas vraiment choisi.

Le cœur du roman, ce sont nos choix. Ceux qu'ont choisi vraiment pour tracer sa propre route. C'est ce chemin de vie douloureux, semé de désirs contradictoires, de doutes, de compromis, qu'Ulysse relate avec une lucidité déconcertante, une sensibilité à fleur de peau mais aussi une froideur réelle. Ce mélange d'émotions donne un roman d'une maturité qui déplace les lignes.

D'un sujet rebattu, l'auteure, qui m'a déjà bouleversée dans son approche avec le roman "La décision", porte cette question intime de nos choix sur un plan universel.

Un roman fort et essentiel. 

Double faute
Isabelle Pandazopoulos
Gallimard jeunesse
Collection Scripto

Existe aussi en numérique

vendredi 27 janvier 2017

Crottes de libélulle

Imaginez que les animaux changent de derrière...eh bien, cela change aussi leurs...cacas ! Le lion essaie de remettre de l'ordre dans tout ce bazar. Pas peu fier d'y arriver ! Sauf que...tout le monde n'a pas vraiment écouté les instructions et que la chute d'un caca monumental ramène le lion à sa condition.

Un album scatologique, ça fait indécrotablement toujours rire !

Ici, quand on comprend le principe, on se plait à imaginer le caca qui va avec le derrière mais pas avec la tête de l'animal. Et certains assemblages sont assez cocasses.

Un petit bousier fait le lien sur chaque page et c'est rigolo de le chercher. Chaque caca est mis en valeur dans un rond de couleur comme s'il s'agissait d'une étude hautement scientifique. Les illustrations de Nicolas Gouny sont colorées, très drôles et pleines de vie.

Un petit message en filigrane de Sandrine Beau pour nous dire que cet aspect-là de la vie est partagé par un bien grand nombre et que c'est tout à fait naturel !

J'entends déjà le rire des enfants à cette lecture et je vois leur sens de l'observation en marche...

Crottes de libellule
Sandrine Beau et Nicolas Gouny
Les p'tits Bérets

mardi 24 janvier 2017

Y a pas de héros dans ma famille !

Mo et Maurice Dambek, c'est le même petit garçon.
Le premier, c'est celui de l'appartement de la cité où on parle fort et souvent avec des gros mots au bout des phrases, et le second c'est celui de l'école où les mots sont bien plus corrects et le comportement qui va avec. Dans le premier monde, Mo fait ses devoirs dans la baignoire pour être tranquille et dans le second, il ne laisse rien paraître et donne le change. 
Jusqu'ici il s'y retrouve et ne perd pas les pédales. Dans sa tête, c'est automatique : il switche sans problème. Ça se gâte le jour où sous couvert d'un exposé à faire, il se rend chez son ami Hippolyte Castang et là, c'est le choc : toute une galerie de photos de membres de la famille, qui plus est très connus et glorieux (médailles et tout le toutim) ébranle les convictions de Mo-Maurice. Et c'est peu dire ! Sa famille toute déglinguée lui saute à la figure comme une verrue purulente. Pas de héros. Que des zéros. Mais un album de famille va changer la donne et le garçon va aller de découverte en découverte et comprendre.


Voici une chronique familiale qui, certes si elle oppose deux mondes avec les clichés qui vont avec, apporte une réflexion intéressante sur les stéréotypes sociaux avec humour et justesse. Mais surtout, elle se place du côté de l'enfance qui toujours a une conscience très aiguë de ces différences quand elle commence à les percevoir. On le sait : l'enfance va toujours jusqu'au bout de son idéal.
Jo Witek va plus loin encore : elle y apporte un ingrédient essentiel, celui de l'intelligence du cœur qui est sans doute la principale richesse à développer et elle n'est pas toujours du côté qu'on croit.

J'ai aimé ce regard clivant qui part du langage d'abord pour ensuite partir du côté du culte de l'apparence et nous interroger sur ce qui fait la vraie valeur d'une vie. 

Un roman drôle et profond et plein de rebondissements.

Y a pas de héros dans ma famille !
Jo Witek
Actes sud junior

vendredi 20 janvier 2017

Mon tout-petit

La couverture donne déjà une indication de la douceur qui émane de cette histoire. 
Pourtant, aucune couleur dans les illustrations : du gris, du blanc et du noir. Mais combien une belle lumière transperce ces pages ! On se surprend à les imaginer et en les imaginant, on les ressent presque physiquement. Magique !

Mon Tout-petit, c'est l'accompagnement de maman ours vers les découvertes de son petit quand enfin le printemps leur permet de sortir de leur tanière et de rejoindre leur terrain de jeu préféré : la forêt. 

Le lecteur les suit donc au fil des saisons avec en filigrane la présence bienveillante de maman ours qui sans cesse transmet ses apprentissages pour la vie future de son petit mais qui l'entoure de son amour inconditionnel. Jusqu'à l'arrivée de l'hiver suivant où le temps est venu d'hiberner à nouveau. On comprend alors qu'on vient de passer une année entière en leur compagnie.

Voici un album qui plait immédiatement, et même en plus grand format , il est adapté aux petites mains. Il est empli d'une petite musique enveloppante comme de la ouate moelleuse et dit la permanence du lien maternel à travers le temps qui passe.

Un album d'une tendresse palpable et qu'on a envie de relire...

Coup de cœur !

Mon Tout-Petit
Jo Weaver
Kaléidoscope 

mardi 17 janvier 2017

Le jardin des épitaphes tome 1 : Celui qui est resté debout

Le moins que l'on puisse dire est que ce premier tome de la série "Le jardin des épitaphes" vous happe rapidement dans son sillage, malgré quelques longueurs vite pardonnées. Et quelle couverture qui fait diablement envie ! Ils sont très forts chez Didier jeunesse sur leurs romans je trouve.

Pourtant, l'intrigue est loin d'être rose : imaginez la terre ayant enduré des catastrophes incroyables, appelées les épitaphes. Tout est détruit, l'humanité est réduite à des êtres métamorphosés et fort peu ragoûtants. Il faut même se méfier des machines. On y fait la connaissance d'un adolescent doté de pouvoirs dont il ne se souvient pas où il a pu les acquérir car deux ans d'amnésie l'en empêche. Il se met en tête de retrouver ses jeunes frère et sœur à Paris afin de les emmener au Portugal pour traverser l'océan et tenter de retrouver leurs parents en voyage à San Francisco avant les catastrophes. Rien que ça !

Commence alors un road-trip plus que mouvementé bourré pourtant d'humour et de tendresse et de bien des interrogations pour le lecteur.

La construction sous forme de journal routier et de flash-backs rend la lecture captivante d'autant que les personnages sont très bien campés. J'ai aimé aussi voyager à travers la France et notamment en Beauce et en Gironde que je connais bien. D'imaginer ces lieux défigurés, ça fiche drôlement le spleen ! 

J'ai très envie de découvrir la suite....car quand même, je me demande : on est dans un roman post-apocalyptique ou dans un jeu vidéo ?

Le jardin des épitaphes 
Tome 1 : Celui qui est resté debout
Taï-Marc Le Thanh
Didier jeunesse

vendredi 13 janvier 2017

J'aime

Non, non, ceci n'est pas une invitation marketing, ni pour liker ma page FB...
Mais un album petite enfance qu'ici, on adore ! (Non, aimer n'est pas suffisant).

J'ai été charmée par l'approche de ce qui se joue à l'intérieur : jouer est bien le terme exact. Et dans tous les sens du terme.

Imaginez des petits trous qui devant des pages de différentes couleurs (vert, jaune, bleu,...) donnent à voir une proposition tout en formes et ça marche aussi bien à gauche qu'à droite. Un petit texte en une phrase pour mettre des mots sur ce qui est donné à voir, j'ai adoré ce principe tout simple mais terriblement efficace, pertinent, intelligent, constructif, ludique, original. 

Un inventaire-imagier poétique où se côtoient petits pois, bulles de savon, poivre, neige, été, lune, clafoutis, myrtilles,...
©Site L'Agrume
Une belle sobriété qui invite à l'émerveillement à chaque tourne de pages qui va séduire les tout-petits à coup sûr, avec sa chute trouesque en point d 'orgue.
 
©Site L'Agrume


Parce que autant l'avouer, en ce moment, les propositions éditoriales pertinentes en petite enfance, et ben, faut gratter un peu. Et franchement, celui-ci sort très largement du lot au point que je vais déjà  me l'acheter et le proposer en comité de lecture petite enfance . 
Quand on aime, on ne compte pas !

En plus, il est beau, solide, tout pour plaire !

Pour en savoir plus sur Emmanuelle Bastien

Retrouvez l'avis du blog La littérature de jeunesse de Judith et Sophie

Vous l'aurez compris, c'est un coup de cœur !

J'aime
Emmanuelle Bastien
L'Agrume

mardi 10 janvier 2017

Tag : Je lis comme je suis

L'année dernière, je m'étais amusée à répondre à ces quelques questions. J'ai vu revenir ce tag et l'envie est venue de m'y frotter encore..



Le principe est simple : Répondre aux questions posées en donnant le titre d’un livre lu dans l’année écoulée.

Décris toi…

Comment te sens tu ?

Décris où tu vis actuellement…

Si tu pouvais aller où tu veux, où irais tu ?

Ton moyen de transport préféré ?

Ton/ta meilleur(e) ami(e) est…

Toi et tes amis vous êtes…

Comment est le temps ?

Quel est ton moment préféré de la journée ?

Qu’est la vie pour toi ?

Essayez donc !

dimanche 8 janvier 2017

Coup de cœur numérique #26 : Dans l'atelier de Werther

Pour le premier rendez-vous numérique de l'année, 
voici une application gratuite en complément d'un livre remarquablement bien fait.

Déjà, rien que le thème ne pouvait que me convenir : j'ai toujours été fascinée par l'invention de l'imprimerie.




Dans le livre, le lecteur est d'emblée invité à devenir l'assistant de l'imprimeur Werther , lui-même initié à cet art par Gutenberg. Pour l'aider à imprimer son premier livre. Jour après jour, on est initié aux étapes de fabrication et au vocabulaire qui s'y rapporte. Dans un va-et-vient avec l'application en réalité augmentée puisque chaque fin de chapitre invite à un exercice à réaliser et on peut aussi visualiser le lieu en 3D.  La forme du livre nous plonge également dans les trois couleurs utilisées à l'époque (rouge, noir et bleu). 
Une bien belle pertinence !


Après le journal de fabrication, le livre aborde une partie où le lecteur découvre de véritables incunables (dont la définition est donnée au début). Là aussi , on peut utiliser la tablette et devenir un expert dans l'observation de ces pièces uniques.

A la fin, un glossaire explique les termes qu'il faut connaitre pour devenir un imprimeur digne de ce nom.


Dans l'atelier de Werther from Beauvillain Pierre on Vimeo.

J'ai passé un très bon moment de découvertes et d'apprentissage et voilà encore une preuve de la remarquable complémentarité ente livre et numérique. Juste dommage que la couverture du livre ne soit pas plus attractive.

A partir de 10 ans (plus jeune avec un accompagnement)

Dans l'atelier de Werther : l'invention de l'imprimerie
Carole Fives
Editions invenit

Application gratuite sur Appstore 

vendredi 6 janvier 2017

Invasion de poules !

©Méli-Mélo de livres
Dernièrement, un swap de Noël m'a fait adopter une ribambelle de poules 
avec de très belles lectures à la clé !
Voici donc une chronique poulesque !





Rien ne pouvait mieux me réjouir qu'un petit roman de Christian Oster et celui-ci, je ne l'avais pas encore lu : Denise la poule n'a pas pondu un œuf mais un bœuf ! Si ! si ! Vé-ri-di-que ! Et il se demande lui-même ce qu'il peut bien faire là...Mais un b devant œuf, ça fait quelque peu désordre. Qu'à cela ne tienne, elle décide d'enquêter avec sa copine Marge et elles vont aller de surprise en surprise...

Un ton bien décalé, on  se régale de cette histoire loufoque mais qui sous ses airs de rien permet de jouer avec les lettres et pour le public auquel cette lecture se destine, c'est parfaitement bien vu et maîtrisé.

Les illustrations de Jean-Luc Englebert apportent une note certaine de crédibilité à cette histoire pleine de magie.
Un très bon moment de lecture même pour une vieille dame comme moi !

La poule qui avait pondu un boeuf/Christian Oster ; illustré par Jean-Luc Englebert.-Ecole des loisirs, collection Mouche.



Elle m'avait intriguée à la lecture de la chronique d'Alice et voilà qu'elle pense à me l'offrir !
Et quel régal d'humour ! 
Paula la poulette ne fait rien comme les autres : passer (ou plutôt perdre) son temps à pondre comme ses congénères, trop peu pour elle ! Non, ce qu'elle aime Paula, c'est lire des livres de cuisine et cuisiner de bons petits plats ! Et quand le renard s'en mêle, le fermier capitule, il laisse partir sa préférée...
Le moins que l'on puisse dire est que cette boule de plumes sur pattes occupe toute la place tant dans l'histoire que dans les illustrations au charme désuet.
Une histoire rigolote qu'on lit le sourire aux lèvres et qui nous a permis chez nous de baptiser Paula notre petite poule blanche restée jusqu'ici sans nom !

Retrouvez aussi l'avis de Sophie

Paula la poulette/Michaël Crosa.-Marmaille & Compagnie


Tout juste lu dans le cadre de mon travail de bibliothécaire, je me l'étais noté pour me l'acheter...et hop, reçu dans le colis :)
Mais je l'ai relu (et lu à mon entourage) pour mon plus grand plaisir : je mets au défi quiconque de jurer qu'une cagoule, ça ne pique pas ! Ce canard plein de malices va savoir utiliser ce désagrément à son avantage lorsqu'il va se retrouver face à un loup certes aux dents crochues mais au ciboulot vide comme un œuf gobé (restons dans la thématique hein !). J'ai adoré le mélange des genres et surtout le sens de la répartie dans ces répliques qui fusent comme des boules de neige lancées avec rage. 
A se procurer de toute urgence ! D'ailleurs, faudrait que je complète la collection avec les précédents : Je suis un lion, Je veux voler et Grande bouche.

Super cagoule/ Antonin Louchard.-Seuil jeunesse


J'avais repéré cet album en librairie et je l'avais noté pour l'offrir à mon mari et hop, trouvé dans le colis :)
Chez les poules blanches, le coq a disparu ! Et chez les poules rousses, une poule aussi ! Ouf, chez les noires personne ne manque à l'appel. Alors on tente de s'organiser. On accuse aussi. Sans preuves. Et quel désordre ! Finalement, après moult essais, on se mélange et du coup on avance...vers une chute assez inattendue !
Voici un album qui donne une belle leçon de démocratie : toute la difficulté est de se mettre d'accord. Le grand format de l'album permet à cette histoire de trouver la place qui lui convient pour s'exprimer. Et tout comme les poules, on se perd un peu dans les méandres des couleurs, des opinions, des avis qui se croisent et se décroisent. Mais on rit bien.

Retrouvez l'avis de Chlop

S'unir c'est se mélanger/ Laurent Cardon.- Ed. Père Fouettard



BONUS
Nos poules dans le jardin :
Au milieu Paula 
©Méli-Mélo de livres

Un grand merci à Alice du blog A lire aux pays des merveilles pour ces belles lectures !

mardi 3 janvier 2017

Bilan de l'année 2016

Qu'avez-vous aimé lire sur le blog en 2016 ?

©Méli-Mélo de livres
(Cliquez sur le lien pour accéder à la chronique)

Catégorie Petite enfance : La promenade de Petit Bonhomme
417 vues

Catégorie Albums : Sans ailes
500 vues

Catégorie Romans enfants : Les chroniques d'Hurluberland
242 vues

Catégorie Romans ados : Ma fugue chez moi
203 vues

Catégorie Contes : Contes au carré
218 vues

Catégorie BD : Le temps des mitaines
210 vues

Catégorie Numérique jeunesse : Chouette ! Copain ? 
126 vues

Et franchement, je m'en réjouis: 
ce sont tous des coups de cœur en ce qui me concerne !

********

En ce début d'année, un petit aperçu de l'année passée sur le blog :

166 articles parus (3 articles par semaine)
110 albums et 92 romans chroniqués
Plus des contes et comptines
11 chroniques numériques

Deux challenges remplis

110 albums chroniqués sur 100 !


Inscrite sur la catégorie 3% Touche à tout pour 18 livres
Challenge largement rempli puisque j'ai chroniqué 44 livres !


********

En 2017, le blog continue !
Avec un rythme moins soutenu sans doute...

Et merci de votre fidélité !

dimanche 1 janvier 2017

©Méli-Mélo de livres
De la lumière, de la bienveillance, de la présence aux autres, des rêves à accomplir et à rêver aussi, des livres pour se nourrir, des mots à prononcer, des portes à ouvrir...
Ne pas oublier d'être heureux à sa mesure. 
C'est bien suffisant.

Que 2017 rime avec joie et bonheur
 pour chacune et chacun d'entre vous sur Terre !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...