Tu ne sais rien de l'amour

Un nouveau roman de Mikaël Ollivier, je ne pouvais pas louper ça !

Roman initiatique, oui, mais bien plus que cela.
Pour moi, il s'agit d'un roman sur la force et les ravages des secrets bien gardés dans les familles, plus par choix que par volonté de nuire. Il y a ceux qui savent et qui ne disent rien et ceux qui ne savent pas que les autres savent. D'ailleurs, doit-on toujours tout dire ? Mais surtout, c'est un roman sur les mystères et la force de l'amour, sur comment on le sublime ou au contraire on le maltraite.

Nicolas et Malina : ces deux-là se connaissent depuis l'enfance. La jeune fille a perdu sa mère, à l'âge de 7 mois, renversée par une voiture A l'adolescence, leurs sentiments évoluent. Pour tous, c'est déjà un couple promis au mariage. Au début, on se dit : oui, ok, et... ? Puis peu à peu, le roman prend une autre épaisseur. Et quelle épaisseur !

A 16 ans, Nicolas va pourtant affronter la vie, bien malgré lui. Lui qui a toujours suivi le mouvement, tout accepté sans savoir s'imposer, ce qu'il regrette, mais il ne sait pas faire autrement. Faut dire que la vie bien réglée de ses parents à la boulangerie, avec ce qu'elle comporte comme contraintes, ne l'aide pas beaucoup. L'imprévu va pourtant surgir : son père boulanger va être rattrapé par une récidive de cancer. Il va surprendre sa mère avec un autre homme dans un restaurant. Il va peu à peu découvrir la face cachée des adultes qui l'entourent et ces révélations découvertes peu à peu vont lui permettre de prendre sa vie en main. 

Un roman bouleversant à bien des égards : dans une écriture sobre mais soignée, dans une construction en flash-backs, l'auteur réussit à englober toutes les facettes de l'amour : sa flamboyance, sa fidélité, ses silences, ses compromis, ses non-dits, ses souffrances, ses trahisons, son caractère inopiné ...Il nous dit surtout de ne pas confondre désir et amour et qu'on a le droit d'aimer plusieurs fois dans une vie à condition d'être honnête avec soi et les autres.

C'est un des aspects le plus intéressant de ce roman : une invitation à écouter son cœur et à la tolérance des sentiments, toutes générations confondues, du moment que l'autre est respecté. On n'est plus dans le fantasme, on est dans le vécu de ce qu'on ressent pour un ou une autre. Avec ce questionnement : sait-on seulement ce qu'aimer signifie ?

A travers ce cheminement, Nicolas va pouvoir accepter ses propres choix et surtout décider de sa vie avec les envies qu'il a, à ce moment de sa vie.

Ce roman, c'est aussi une chute qui boucle la boucle, sur cette révélation finale à laquelle je ne me suis pas du tout attendue mais que j'ai comprise pour l'histoire, pour éclairer cette relation qu'on pense au final assez malsaine entre les deux adolescents mais que j'ai trouvé limite manipulatrice tout de même !

Certains passages sont bouleversants, notamment la mort prématurée du père, non pas vécue comme une fatalité, mais comme un lien indéfinissable malgré la mort grâce à l'accompagnement du fils et de la mère, au-delà des mots prononcés. Cet aspect-là du roman, sur le choix de vie qu'il induit alors pour Nicolas, je l'ai trouvé particulièrement fort, réaliste et quasi sublime.

Un roman qui se déroule à Chartres et sa banlieue, ce n'était pas pour me déplaire, puisque j'y ai vécu 20 ans. C'est toujours agréable de reconnaître des lieux, on s'y balade d'autant mieux.

Un roman pour grands ados et adultes tout de même...et qui englobe avec maestria les enjeux de l'amour sans clichés et surtout sans donner de leçon.

2/18 Challenge 1% Rentrée littéraire

Tu ne sais rien de l'amour
Mikaël Ollivier 
Thierry Magnier

Commentaires

  1. Encore une pépite à venir, j'ai hâte !!

    RépondreSupprimer
  2. Bon ben voilà, tu me donnes envie d'en savoir plus maintenant ! ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Ce que vous avez aimé sur le blog...

La petite fille qui inventait des histoires

Arbre

Ribambelle

La princesse de l'aube

Ma grand-mère est une terreur