Pages

vendredi 30 janvier 2015

Dans la forêt, il y a...


Une petite balade toute douce en forêt pour les tout-petits...

Un album à manipuler avec délicatesse...

Une histoire à raconter même si à première vue il n'y en a pas...

On peut chanter, raconter, regarder, s'émerveiller...

Des formes simples à ouvrir, des couleurs vives, et c'est parti pour une balade en forêt à la découverte de sa faune et de sa flore.

Un écureuil, des arbres, des champignons, un hibou... L'univers de la forêt à portée de doigts et d'imagination...

Un album que j'ai beaucoup de plaisir à raconter tant il porte en lui musicalité et réalité.

Un album qui déconcerte beaucoup d'adultes par sa simplicité mais ce sont souvent les choses simples les meilleures. Les petits, eux, ne s'y trompent pas.

Coup de cœur ! 

10/60 Challenge je lis aussi des albums 2015
Challenge Petit bac 2015, ligne lieu


Dans la forêt, il y a...
Annette Tamarkin
Les grandes personnes

mercredi 28 janvier 2015

Vingt et une heures

Un roman qui s'apparente à un journal intime même si la forme n'y est pas.

Un roman sur la singularité d'une jeune fille, Pauline, qui a perdu son père deux ans auparavant, et il lui manque terriblement. Elle vit avec sa mère et son plus jeune frère Emilien.

On découvre le trio à son arrivée dans la maison de la plage pour des vacances de fin d'année. 

Le lendemain de leur arrivée, Pauline trouve un mot sur la table : "Je suis au pain". 
S'ensuit une absence de 21h de la maman pendant laquelle Emilien va faillir se noyer devant l'impuissance de Pauline.

Ce pourrait être un drame mais non. Ce roman est avant tout une tranche de vie : celle de la relation d'un frère et de sa sœur, fusionnelle par moments, envahissante par d'autres. Deux êtres différents dans leur façon d'être, une énigme parfois l'un pour l'autre, mais aussi deux êtres qui s'épaulent et se soutiennent tout simplement.

J'ai particulièrement aimé être le témoin invisible de leur relation si pleine de questionnement mais aussi d'exaspération, comme on peut le retrouver dans chaque fratrie.

Mais Pauline va durant ces 21h faire l'expérience du lâcher-prise, guidée par son frère comme s'il lui donnait ce cadeau dans leur tête-à-tête en remerciement de lui avoir sauvé la vie sur la plage.

C'est aussi une jeune fille d'aujourd'hui qui se pose des questions sur la vie, l'amour, le monde des adultes avec une très belle maturité mêlée à cette désinvolture propre à l'adolescence.

C'est un roman très bien écrit, avec une certaine musique, une construction qui ne perd jamais le lecteur quand on perd le fil d'une situation pour en reprendre une autre.

Un roman aussi qui s'attache aux sensations que procurent les éléments naturels.

Un roman lumineux sur la chrysalide d'une jeune fille qui éclot enfin en 21h, pas une heure de plus ou en moins. 
21h aussi de cheminement intérieur pour cette famille où on pressent que plus rien ne sera comme avant.

Premier roman qui sort aujourd'hui.

Vingt et une heures
Hélène Duffau
Ecole des loisirs
Médium

lundi 26 janvier 2015

Des histoires de loups

Ouuuuuh ! Ouuuuuh ! 
Des belles histoires de loups avec des CD...ou pas...





  • Pierre et le loup : après la magnifique application, qui est un coup de cœur en ce qui me concerne, voici le livre CD de ce conte universel.


Toujours François Morel pour la voix, une mise en scène scénique de l'histoire très plaisante : dans la présentation, on retrouve les mêmes éléments que l'application (présentation des protagonistes associés à un instrument), la mise en page en elle-même est pleine de surprises. Par contre, on est un peu gêné pour écouter et suivre l'histoire en même temps dans le livre : on va en effet plus vite dans la tourne des pages que dans l'écoute. Je conseillerais donc plutôt de séparer les deux activités pour en apprécier pleinement chaque apport. Mais bon, ce n'est que mon avis, vous ferez comme vous voudrez ! 
Un très bel objet, à la présentation originale.





  • Le loup est un loup pour l'homme : quelle déception que cet album ! C'est une émission sur France Inter qui m'a donné envie d'en savoir plus....
Dés que j'ai commencé à le lire, je n'ai pas compris le but de ce livre, encore moins ses illustrations. Qu'à cela ne tienne, il y a le CD, me suis-je dit. Une écoute tout aussi décevante si ce n'est plus...une belle couverture certes mais il faudrait tout de même un contenu...
J'aimerais bien avoir l'avis de celles ou ceux qui l'ont eu entre les mains. Peut-être suis-je passée à côté.



  • Y a un louuuuhou !  : le dernier André Bouchard est un régal de drôlerie. Jugez plutôt ! 

Le loup et le cauchemar entrent en rivalité dans la chambre d'une petite fille. Ils veulent la réveiller pour lui faire peur. Mais pas de succès. Arrive alors le monstre qui se cache sous le lit de la grand-mère. Il se plaint du bruit qu'ils font. Il donne main forte au loup (qui entre temps n'a fait qu'une bouchée du pauvre petit cauchemar). Sans succès non plus. Ils finissent par s'endormir et font un affreux cauchemar. Mais la grand-mère, pas commode, arrive et s'occupe du loup à sa manière...Le lecteur découvre alors que depuis le début, cette histoire n'est qu'un............ Je n'en dis pas plus...
Une histoire en cascades, un jeu sur le conte traditionnel qui est un sacré pied-de-nez aux peurs d'enfant. Drôle, impertinent, moderne !


7,8 et 9/60 Challenge je lis aussi des albums 2015
Challenge Petit bac 2015, ligne prénom et ligne animal


Pierre et le loup 
Sergueï Prokofiev
Lu par François Morel
Illustré par Pierre-Emmanuel Lyet et Gordon
Interprété par l'Orchestre National de France 

Le loup est un loup pour l'homme
Julien baer
Philippe Katerine
Actes sud junior

Y a un louuuuhouu !
André Bouchard
Seuil jeunesse

vendredi 23 janvier 2015

Abris

C'est un album précieux, de ceux qu'on ouvre avec délicatesse, de ceux qui émerveille, de ceux qui vont à l'essentiel.

Emmanuelle Houdart y répertorie nos abris, du ventre maternel en passant par l'enfance, l'adolescence et l'âge adulte, jusque la vieillesse.

Des abris pour se construire, des abris pour se ressourcer, des abris pour jouer, des abris pour revenir vers soi...

Sur chaque double-page, une phrase poétique pour donner à l'abri sa dimension et une illustration magnifique qui en souligne toute la portée.

Pas de fioritures dans les mots, des définitions d'abris dans la simplicité de la vie, mais des illustrations aux multiples détails où on aimerait sauter à pieds joints pour s'y abriter.

Voici un album qui invite au cocooning, à la tendresse et qui donne envie de se pelotonner dans son abri à soi. Car, mine de rien, nous avons tous nos refuges, même adultes.

Une exposition de ces abris existe en tissus. Un prolongement intelligent tant cet album est une invitation à pénétrer dans ces abris intimes et intimistes. Sur mon bureau depuis quelque temps, j'ai eu plaisir à y revenir pour le feuilleter à nouveau et à chaque fois, la même émotion. Signe que cet album est une réussite à tous points de vue.
Un livre que je vais m'offrir à coup sûr !

Coup de cœur !

Retrouvez l'avis tout aussi enthousiaste de la collectionneuse non pas d'abris mais de papillons.

6/60 Challenge je lis aussi des albums 2015

Challenge Petit bac 2015, ligne titre en un seul mot

Abris
Emmanuelle Houdart
Les Fourmis rouges

jeudi 22 janvier 2015

Prix Sorcières 2015

Voici les Lauréats de cette année !
Catégorie Tout-petits

Chroniqué ICI

Catégorie Album 


Catégorie Première lecture

Chroniqué ICI


Catégorie Romans junior

Chroniqué ICI


Catégorie Romans ados

Chroniqué ICI

Catégorie Documentaire




mercredi 21 janvier 2015

High line

Une ligne tendue entre deux immeubles.
Au-dessus du vide.
Qui va connaitre l'adrénaline de la traversée, sans filet ?
Pile ou face : ce sera lui.
Les cinq minutes les plus courtes et les plus longues de sa vie, perché sur ce fil, en équilibre.
Maîtrise du corps.
Maîtrise du souffle.
Maîtrise des pensées qui affluent.
Jusqu'où ?
Jusqu'à quand ?
Pour prouver quoi ?
Qu'on est vivant, réellement...

C'est un texte magnifique, métaphore de la vie elle-même : en équilibre sur ce fil, où la fin peut arriver à tout moment, on touche à l'essentiel : à ses choix, à ses peurs, à ses lâchetés, ...
Une introspection en hauteur comme si le lecteur y était lui-même : on ressent le fil sous ses pieds, le balancement des bras, la respiration, la transpiration, le doute, la peur, l'attirance du vide et la volonté d'arriver à son but malgré tout.

Tendu à l'extrême, cet équilibriste décide alors de ne plus tergiverser dans sa vie : d'aller droit,  debout, sans rien lâcher, de devenir celui qu'il est vraiment et de combler ses manques.

J'avais déjà lu Bacha Posh de la même auteure et je n'ai pas reconnu son style d'écriture. Sans doute l'a-t-elle travaillée pour cette collection. On sent sa connaissance des arts du spectacle dans ses descriptions techniques et cela apporte réellement une plus-value à cette traversée en hauteur.

Un roman de haute voltige qui laisse étourdi et en même temps ancré dans la vie.

Challenge Petit bac 2015, ligne taille


High Line
Charlotte Erlih
Actes sud junior
Coll. D'une seule voix

lundi 19 janvier 2015

Appartenir au monde

"Moi, si...
Moi, si je pouvais redessiner le monde,
 je le ferais s'éclore comme un livre."

Et quel livre ! Coup de cœur ! Un grand format pour cet album qui donne la parole aux enfants pour redessiner le monde. Et on en a bien besoin ...
Sous forme de poèmes, mis en valeur par les illustrations de Nathalie Novi, ils disent leur monde, leur interrogation aussi sur ce qu'ils souhaitent. Des belles visions, concrètes, possibles, avec un peu de bonne volonté. Des mots qui convoquent les cinq sens comme pour rappeler que les enfants ont tous les droits.

Des mots qui mettent du baume au cœur, beaucoup de sensibilité et de joie, et en les lisant, on se dit pourquoi pas ? Après tout, le monde de demain leur appartient, encore faut-il qu'on ne leur laisse pas trop de friches ....

Des cartes dessinées à l'ancienne côtoient des illustrations pleine page colorées et vives comme pour montrer la belle diversité de notre Terre. Les enfants s'y promènent à leur guise comme pour montrer qu'ils en sont les acteurs.

Un livre vibrant de liberté et d'élan vers la vie avec une note finale qui se termine sur une ronde d'enfants en forme de ribambelle de papier...




"Le monde t'appartient.
Tu appartiens au monde."

Autre coup de cœur, cet album au graphisme épuré et très symbolique, au texte philosophique qui rappelle à hauteur d'enfant l'importance de la liberté : liberté de jouer, d'apprendre, d'être triste, de croire ou de ne pas croire, de grandir...
Une liberté ancrée dans le quotidien.
Une succession de libertés mise en images d'une façon intelligente, très suggestive et très poétique, avec une logique pleine de subtilités. 
Un album au charme certain, avec un petit air rétro pas déplaisant du tout.
Et quand on le lit à haute voix, tout prend sens : texte/images se complètent à merveille et créent la surprise.

Un album indispensable pour mener le dialogue avec les enfants mais pour des assez grands je pense.

Retrouvez les avis de Sophie et de la collectionneuse de papillons.



Et si on redessinait le monde ?
Daniel Picouly
Nathalie Novi
Rue du monde

Le monde t'appartient
Riccardo Bozzi
Olimpia Zagnoli
Grasset jeunesse

vendredi 16 janvier 2015

Huit saisons et des poussières

Un album très touchant sur un sujet grave.
Le père d'Amos vient de rentrer. Personne ne s'y attendait. Deux ans dans un camp de concentration.
Il n'est plus le même. Il ne parle plus. La maman rassure ses enfants : il faut lui laisser le temps. Sarah, la grande sœur, s'impatiente et juge.
Amos, lui, se tait. Déjà, les moqueries à l'école le rattrapent et lui fendent le cœur. Il voudrait comprendre. Alors, il se réfugie dans son arbre et n'en descends plus. C'est son père, Simon, qui va le rejoindre. Et là, dans les branches, le père et le fils se rejoignent vraiment et renouent les fils distendus par la guerre. Et enfin, la parole du père se libère, laissant la voie libre à une nouvelle vie.

Voici un album sensible, très bien mené pour parler de ce sujet aux enfants. A travers Amos et son père Simon, c'est une façon d'aborder ce pan de l'histoire dans une relation père-fils intimement perturbée par la grande histoire.

Les illustrations apportent ce qu'il faut et se fondent très bien au texte plein de pudeur et de sensibilité.
Un album qui compte sur le sujet.


3/60 Challenge je lis aussi des albums 2015

Huit saisons et des poussières
Séverine Vidal
Anne Montel
Les P'tits Bérets
A grands pas

mercredi 14 janvier 2015

Tout foutre en l'air


Un texte coup de poing.
Un titre qui laisse présager du pire ?
Il y a dans ces deux destins quelque chose de tragique mais de beau à la fois.

Une rencontre sur internet, deux solitudes qui se trouvent, qui se parlent, qui pensent se comprendre. Puis vient le moment où les corps ont besoin de se trouver eux aussi, au-delà des mots. L'auteur égare quelque peu alors le lecteur sur son intention finale dans cette histoire. Ce n'est pas ce que l'on croit de prime abord. Quand on le comprend, il est déjà presque trop tard. Car rien ne peut arrêter celui pour lequel la minute qui arrive est impossible à vivre. La vie peut basculer au fil des rencontres, s'arrêter ou bien prendre un autre chemin et s'épanouir. Enfin.


Déchaînement des sentiments et des émotions.
Déchaînement des éléments naturels dans cette fuite éperdue, dans l'immensité et l'anonymat de la ville, sous une pluie battante, comme si les éléments se mettaient au diapason des sentiments qui assaillent ce jeune homme et cette jeune fille.
Combat entre la vie qui pulse dans les veines et le vide qui aspire.

Au milieu la solitude ou ce que l'on croit en être. Et puis la soif d'absolu.
La peur aussi. Viscérale.
Le doute qui s'installe.
Une voix intérieure qui dit non.
Comme une lumière qui ne peut pas s'éteindre.

C'est un texte qui se lit comme un souffle, sans respiration.
Une écriture ciselée, qui martelle les mots, qui ne laisse aucun répit, qui fait battre le cœur. Dès les premiers mots. On est happé. Le lecteur a peur de tomber lui aussi.
Un texte qui nous dit que chacun fait ses choix, à un moment donné.
Que c'est comme ça.
Mais que la vie vaut la peine d'être vécue.

Sortie en librairie aujourd'hui.

Mais pourquoi donc cette plume sur la couverture...!?

Challenge Petit bac 2015, ligne gros mot

Tout foutre en l'air
Antoine Dole
Actes sud Junior
D'une seule voix


CONCOURS !!!

Vous avez la possibilité de gagner un exemplaire de ce roman.

Rien de plus simple :
Laissez un commentaire sur ce blog
 en indiquant pourquoi vous aimeriez lire ce livre...
Si ce n'est déjà fait, 
ce serait sympa de suive aussi la page Facebook Mélimélodelivres ...:)

Vous avez jusqu'au samedi 31 janvier pour participer !

lundi 12 janvier 2015

1, 2, 3 ...Foulard

"Le jeu des étoiles, c'est fort, très fort !
C'est difficile à expliquer avec des mots. Il faut le vivre.
Parfois, tu t'évanouis. Mais toujours, tu recommences.
C'est un voyage, loin, loin, loin,...".

Je n'ai pas lu "Le parloir", ce livre aux dix prix, il le faudrait...
(Lu depuis...).
J'ai eu envie de lire ce livre parce que j'ai deux filles collégiennes et on ne sait jamais...

Un livre qui nous fait plonger dans les angoisses de Charlotte, 12 ans. Une jeune fille traumatisée par son passé. Une mère toxico qui l'a brutalisée. Placée à trois ans en famille d'accueil. Des fugues. Et enfin, des parents adoptifs auprès desquels elle semble trouver un équilibre. Puis, c'est l'entrée au collège et là, la peur resurgit. Pourtant, Charlotte va faire des rencontres qui semblent l'intégrer. Notamment ce fameux "club des étoiles filantes" crée par le ténébreux Jordan dont elle tombe éperdument amoureuse. On y pratique le jeu du foulard. Mais pas que. C'est aussi amitié sur fond de jalousie, de rancœur, de "je t'aime moi non plus" qui mettent profondément à mal le peu de confiance en elle de la jeune fille. Elle est prête à tout pour se faire aimer. S'ajoute à son désarroi le retour de sa mère qui veut renouer avec elle. Et tout bascule dans le néant.

J'avoue avoir eu du mal à lire ces lignes. Je les ai lues par bribes. La souffrance de cette jeunes fille est tellement palpable et difficile à supporter. En même temps, j'ai ressenti un décalage entre son âge réel et ses réactions. Cela m'a un peu gênée car ça ne colle pas toujours. Le vocabulaire employé est aussi souvent cru. C'est comme si on y était. Et c'est une grande claque pour le parent que je suis, même si je me doute bien que le monde du collège est loin d'être un monde de bisounours.

Un sujet très grave abordé, le fameux jeu du foulard, dont on entend parler par moments mais qui cause une quinzaine de morts chaque année. On s'aperçoit aussi qu'en tant qu'adultes, on est bien démuni pour prévenir ce genre d'acte. Il est souvent trop tard. Ce livre a le mérite de poser des mots sur cette pratique presque sous forme de témoignage. Il serait intéressant d'avoir l'avis des principaux intéressés...


1, 2, 3...Foulard
Eric Sanvoisin
Gründ

Existe en version numérique

samedi 10 janvier 2015

L'autre moitié de moi-même

De cette auteure, j'ai presque tout lu. 
Ses romans pour la jeunesse. 
Sauf ce livre-là.
Il m'a été prêté

Et combien il éclaire son parcours d'écrivain !
Notamment ce dernier roman (Voir et).

C'est un témoignage qui m'a bouleversée, qui a trouvé écho en moi. 
Bien au-delà de ce que les mots peuvent dire.

Toutes les familles ont leurs secrets. 
Des secrets lourds à porter, dont on veut à tout prix souvent protéger les autres. 
Mais les protéger de quoi ? De leur mémoire ? De leur avenir ?
En tout cas, pas de leur présent.

A un tournant de sa vie, Anne-Laure Bondoux a éprouvé ce grand vide des non-dits. 
De ceux qui creusent leur sillon. Inexorablement. 
Alors arrive la panne d'écriture. Le noir absolu. Réveil de ses peurs d'enfant. Souffrance du corps.

"L'enfance est le sol sur lequel nous marcherons toute notre vie".
Lya Luft, extrait de Pertes et profits

Retour aux sources.
Aux questionnements de l'enfance.
Les secrets de famille. De la mère et du père. Et des autres.
Nulle remise en cause de leur amour.
Non.
Mais besoin de se confronter à cet amour pour les deux sœurs.
Fils renoués.
Puzzle reconstitué.
Alors, les mots peuvent à nouveau affluer et opérer leur réparation silencieuse et salvatrice.

Il y a dans ces pages de la pudeur, de l'humilité, de la justesse, et de l'humanité.
Un long chemin qui s'ouvre alors sur d'autres perspectives, d'autres bonheurs à vivre.
Et la liberté d'être enfin soi. Une autre moitié se révèle alors, part inconnue de soi, comme une autre naissance.

Et une leçon : les mots doivent être dits. Toujours.
Car les secrets traversent les générations. 
Il suffit d'un choc pour les réveiller.
Et nous ne sommes pas tous égaux face à leur déferlement destructeur.
Question de sensibilité.

Merci Mme Bondoux.

Ce livre est riche aussi d'une bibliographie très intéressante.

L'autre moitié de moi-même
Anne-Laure Bondoux
Bayard

jeudi 8 janvier 2015

Bonne journée


Bonne année, bonne journée !
Commençons donc nos premières journées de l'année dans la bonne humeur !
Difficile pourtant...
J'ai décidé malgré l'actualité effrayante de publier cet article en hommage au regard et à l'humour des dessinateurs de Charlie hebdo...et tous les autres...


Un livre déposé au pied du sapin...
Comme un clin d’œil...

Des instantanés de vie, d'ironie, d'impertinence...

Des tableaux caustiques sur des situations plus que cocasses, une par page : de la savane au pôle nord, des super-héros, des animaux, des enfants mis en scène. Un petit texte en-dessous bien senti et bien envoyé...On rit jaune très souvent derrière le second degré mais avouez qu'on se reconnait !

Un livre pour la jeunesse ? Un ovni en fait.
Olivier Tallec s'amuse de nos petits travers et toujours ce trait reconnaissable entre tous.
Je ne mets pas d'images...Courez chez votre libraire...14€ pour se faire du bien ! Et les libraires en ont bien besoin !

Un livre inclassable sur des moments ordinaires.

Et si vous souhaitez prolonger vos fous-rire en ce début d'année, d'autres instantanés du même genre seront publiés tout le mois de janvier dans la revue Causette.

Sûre que vous passerez de bonne(s) journée (s) !
Enfin, on va essayer...

2/60 Challenge je lis aussi des albums 2015

Bonne journée
Olivier Tallec
Rue de Sèvres

mardi 6 janvier 2015

Et la galette dans tout ça ?


"J'aime la galette, savez-vous comment ?..."

Le conte du Petit chaperon rouge revisité : de l'innocence à première vue dans la ritournelle du texte mais à y regarder de plus près...

Presque un livre sans texte, une économie de mots pour mieux ressentir les images très fortes, car on frissonne, on tremble, on retient son souffle,..

Une chute finale rassurante : qui a eu la fève finalement ?

C'est un album dont j'ai eu la chance de pouvoir avoir entre les mains le manuscrit il y a deux ans maintenant, lors d'une rencontre organisée par les éditions Didier jeunesse à Toulouse. 
Il m'avait laissée un peu dubitative à l'époque...justement par la force qu'il contenait, trop abrupte à mon sens. L'éditrice nous a alors expliqué que ce projet leur tenait à cœur et quand j'ai vu le résultat final, colorisé, mis en pages, quelle cohérence ! 

Chlop en fait une bien belle chronique.

1/60 Challenge je lis aussi des albums 2015
Challenge Petit bac 2015, ligne objet

Et la galette dans tout ça ?
Jean-Philippe Lemancel
Christophe Alline
Didier jeunesse
Hors collection

lundi 5 janvier 2015

Des challenges pour lire, échanger, partager !




Une façon pour moi de ne pas "oublier" les chroniques d'albums, j'en lis beaucoup dans mon travail de bibliothécaire mais sur mon blog, le risque est que ma passion pour les romans ne prenne trop le dessus.

Et l'année dernière, je m'étais inscrite dans la catégorie Jaune 60 albums et je l'ai largement dépassée puisque j'en ai chroniqué exactement 86 (voir LA).

Cette année, pas de changement : 
Catégorie jaune : 60 albums
avec pour objectif d'aller jusque 80.




10 (ou 11) catégories, le but étant de remplir ses lignes avant le 31 décembre 2015 si le titre du livre entre bien sûr dans la catégorie.

Je m'arrête là parce que après il faut suivre, et je suis aussi sur le blog collectif A l'Ombre du Grand Arbre, c'est déjà pas mal ! Il faut aussi garder le temps de lire !

Il y aura aussi le Challenge Rentrée littéraire peut-être, organisé aussi par Hérisson du blog délivrer des livres à partir de fin août ?

dimanche 4 janvier 2015

Appli coup de cœur #3 : Pierrot Pierrette

Pour cette première rubrique numérique de l'année, une invitation à la tendresse, à l'amour du prochain, à l'altruisme avec une très belle application : "Pierrot et Pierrette".

Il s'agit d'une application tirée de l'album  écrit et illustré par Nicolas Gouny, paru chez Scarabéa en 2011.

Pierrette se languit de tristesse. Pierrot s'en inquiète. Il lui faut aller chercher une fleur de lune. Il part donc dans sa quête...

Un univers de noir et de blanc, quelques touches de rouge, et une histoire alliant poésie et mystère.


J'avoue ne pas avoir toujours trouvé de suite les interactions de chaque page pourtant induites par le texte. Certaines sont néanmoins de très belles trouvailles ! Comme cet arbre à cœurs dont on se se lasse pas ou bien cette page où il faut bouger l'écran de la tablette pour se retrouver dans le cosmos étoilé.
Mais après, quand on a trouvé, on ne se lasse plus de relire l'histoire encore et encore...d'autant que la musique convient à merveille.

C'est une application que je vais présenter en janvier pour une heure du conte numérique en bibliothèque.


Une très, très chouette application pour les enfants à partir de 3 ans.


Gratuite depuis son lancement en octobre, 
elle est payante depuis Noël (3,99€).
Disponible sur l'Appstore, Google Play et Amazon apps.

Pierrot Pierrette
Nicolas Gouny
Audois et Alleuil



jeudi 1 janvier 2015

Bonne année !

Que cette nouvelle année 2015 
vous soit douce, 
pleine de lumière,
de belles rencontres
 et de belles lectures qui éclairent votre route !

La cueilleuse d'étoiles
Dessin réalisé à l'aquarelle par ma fille

©Méli-Mélo de livres

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...