L'accélérateur d'amour

Clément est en classe de CM2 et il est amoureux.
Ça lui est tombé dessus comme ça depuis le jour où la nouvelle est entrée dans la classe.
Elle s'appelle Kenza.
Mais comment faire pour qu'elle le remarque, lui ?

Clément vit dans une famille recomposée où ça se passe plutôt bien. Son père d'écrivain est toujours autant dans la lune, Sandrine, sa nouvelle compagne vient de s'installer dans la maison avec sa fille Solenn, du même âge que Clément.

Solenn va tout faire pour l'aider à établir le contact avec la "femme de sa vie". Elle va jouer à la cartomancienne, à la presque sorcière avec ses philtres d'amour, avec l'aide du chat, ... Et ça va marcher ! 

Sauf que Clément, lui, il n'y voit que du feu jusqu'à ce que ses sentiments évoluent, se brouillent et finissent par lui sauter aux yeux.

Ah l'amour ! Même à 10 ans, c'est du sérieux : ça vous échauffe, ça vous bouscule, ça va trop vite ou pas assez.

Voici un roman très plaisant à lire, très bien vu sur l'ambivalence des relations entre écoliers, sur leur vie déjà si codée et pleine de petits malheurs et de grands bonheurs (ou le contraire), sur les obstacles du quotidien à surmonter, sur les adultes à se "farcir", bref, beaucoup de fraîcheur et de profondeur dans ces lignes.

Beaucoup d'humour pince sans rire, de petites phrases qui tombent très justes, qui font de cet "accélérateur d'amour" (et je ne vous dirais certainement pas en quoi il consiste...) un très bon moment de lecture qui plaira sans aucun doute aux 9-11 ans, même si leur conseiller ce type de roman n'est pas toujours évident :) pudeur des sentiments oblige...


L'accélérateur d'amour
Arnaud Tiercelin
Illustration de couverture Thomas Rouzière
Le Rouergue
Dacodac




Arnaud Tiercelin a eu la gentillesse 
de bien vouloir répondre à mes questions :


Comment êtes-vous arrivé à l'écriture ?

Par la musique. En écoutant beaucoup de musiques. Brassens, Brel et puis très vite Mano Solo, Renaud, Bashung, Dominique A, Franck Monnet ... Et des groupes comme les Têtes Raides, et bien d'autres qui ont aujourd'hui disparu du paysage musical (la Tordue, Les Hurleurs, Casse-Pipe, Bell'Oeil ...). Je trouvais leurs textes splendides. Souvent, ça me remuait. 
Je trouvais que ces gens faisaient avancer le débat. Je me suis dit qu'il y avait quelque chose à travailler de ce côté-là. De prendre part au monde par ce biais, l'écriture.
J'ai alors attrapé un cahier et je l'ai rempli de textes. 
C'était un mercredi. Je l'ai raconté dans mon premier livre, En secret. 
Je m'en souviens très bien. J'étais au collège.
A la même époque, la prof de français nous parlait souvent de Rimbaud. Quand j'ai réalisé ce qu'il avait écrit alors qu'il était adolescent, je me suis dit que j'allais faire la même chose ... 
Tout a démarré comme ça. 
Et ça ne m'a jamais quitté depuis.

Vous êtes aussi professeur des écoles dans la vie. Vous arrivez à tout concilier ? Ou est-ce frustrant parfois ?

Oui, et j'ai deux enfants ! Il faut donc trouver un temps pour tout. Ce n'est pas toujours évident. Il faut compartimenter son cerveau et trouver un équilibre à tout cela. Effectivement, cela fait de grosses journées mais je ne pourrais pas enseigner sans écrire. C'est une vraie respiration, une façon de vivre ou de revivre certains souvenirs, encore plus fort.

Vous écrivez pour le public jeunesse et le public adolescent : qu'en retirez-vous ?
Rien de plus que pour un autre public. 
J'ai parfois l'impression d'être le même qu'à quinze ans. 
De ressentir les choses de la même manière. D'être autant agressé par la télé, la politique et émerveillé devant le mouvement des vagues. 

"L'accélérateur d'amour", votre dernier roman, traite avec beaucoup de justesse et d'humour de l'émergence du sentiment amoureux chez le pré-adolescent : puisez-vous votre inspiration chez vos élèves et lisent-ils vos romans ? 

Certains de mes élèves lisent mes livres, oui. C'est très émouvant de les voir s'approprier une histoire que j'ai imaginée tout seul chez moi. 
Mais je tire mon inspiration surtout de mes souvenirs scolaires. Parfois d'un élève. Mais c'est très diffus. Je m'inspire surtout de mon passé que je dilue très fortement car je ne tiens pas à raconter ma vie privée.

Avez-vous d'autres projets en cours ?
Oui. J'écris cinq ou six livres en même temps ... 
Mais pour ce qui est du concret, je vais publier au printemps 2016 un roman illustré par Bertrand Dubois aux éditions Naïve qui se nommera Endors-toi Barbara qui raconte la traversée d'une jeune Érythréenne en compagnie de sa mère jusqu'à son quotidien dans la jungle de Calais. J'ai reçu les premières illustrations qui sont magnifiques. 
Sinon, je viens d'apprendre qu'un éditeur était intéressé par un de mes textes pour en faire un album pour les enfants de 4 à 7 ans. 
Je suis très content. La belle histoire continue.


Pour suivre son actualité : Le site d'Arnaud Tiercelin
Sa bibliographie
Il sera présent au stand du Rouergue à Montreuil le 7 décembre prochain ainsi qu'à l'Escale du livre à Bordeaux en 2016.

Je le remercie très sincèrement pour sa disponibilité.


Du coup, je lis :)





Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Coup de cœur numérique #32 : Application Les incos

Ribambelle

Tohu Bohu

La famille cerise tome 3 : l'effet champignon

Calpurnia et Travis