Pages

vendredi 28 février 2014

Ma famille sauvage

Une petite fille passe en revue les membres de sa famille et ses ami(e)s à travers l'animal qu'il représente à ses yeux : on les voit donc dans des tableaux de la vie quotidienne, mêlés au temps de tous les jours. L'effet est étonnant sur le lecteur : même sous forme d'animal, on arrive à se les imaginer dans leurs caractéristiques physiques et morales.

Des textes courts pour chacun où l'essentiel est dit pour laisser la force des images nous imprégner, des grandes illustrations double page foisonnantes de détails, voici un bestiaire original et remarquable dans son approche.

Jusqu'au clin d’œil final de la petite fille qui nous invite à deviner "si elle a quelque chose de particulier".

Et vous, quel animal seriez-vous ?

Retrouvez l'avis de :
-Les lectures de Kik


Il compte (13/60) pour le challenge "Je lis aussi des albums" chez Hérisson


Ma famille sauvage
Laurent Moreau
Hélium
 

mercredi 26 février 2014

Tête-à-Tête avec mon chat

"ça fait beaucoup de bla-blas et de miaous, ces tête-à-tête avec mon chat".

Un album qui met en scène un enfant et son compagnon à quatre pattes dans une belle osmose : animal-confident, animal présent, animal attachant jusqu'à échanger de peau un matin pour l'enfant. Voir le monde à travers les yeux de son chat, vivre comme un pacha le temps d'une journée, qui n'en a jamais rêvé ? 

Un album aux couleurs chatoyantes, un vrai régal pour les yeux, et un texte tout en douceur comme une petite musique.



Un magnifique hommage à ce félidé et à la complicité avec un enfant !

Coup de cœur !

Bonus : un joli masque de chat à découper à la fin...


Il compte (12/60) pour le challenge "Je lis aussi des albums" chez Hérisson


Tête-à-tête avec mon chat
Isabelle Simler
Editions courtes et longues

lundi 24 février 2014

Toute seule dans la nuit

Miette est inquiète. Elle se retrouve seule dans la maison. Il fait nuit. Son grand-père Roberto n'est toujours pas revenu. Quelle idée d'avoir oublié la bombe de Chantilly ! Elle a entendu du bruit. Quelqu'un est entré dans la vieille ferme. Elle en est certaine. Oui, un homme, pas commode, qui boit. Elle se cache, déploie toute son intelligence pour lui échapper. Commence alors un cache-cache éprouvant pour les nerfs du lecteur. Les chapitres alternent entre ce que vivent Miette et Roberto. A la fin de chacun, on laisse le personnage se dépêtrer seul. Chaque fin de chapitre laisse le suspense à son comble. Le paroxysme est atteint quand enfin Miette réussit à s'enfuir de la maison...Va t-elle être sauvée ? Et Roberto ? Comment va-t-il ?

Voilà une histoire bien menée et savamment orchestrée. Et avec une bonne dose de crédibilité. On se dit que cela pourrait arriver dans la vraie vie et même que c'est sûrement déjà arrivé. Le lecteur peut suivre chaque péripétie des deux personnages et sait ce que vit l'autre en même temps. Deux histoires parallèles, avec chacune leur dose d'angoisse pour chaque personnage, dont l'un et l'autre ignorent ce qu'il lui arrive. Une force décuplée dans la narration du coup. L'auteure réussit de plus à faire passer d'autres messages : sur la relation grands parents/enfants, sur la confiance entre parents et enfants, sur les générations et les principes d'éducation. 
Et du vocabulaire simple et accessible aux enfants avec des illustrations toutes douces.

Un peu émue d'en parler puisque j'ai rencontré Sandrine Beau fin mai l'année dernière (Lauréate du prix de lecture pour "L'étrangleur du 15 août") et elle avait évoqué avec les enfants la genèse de ce roman.

Un roman palpitant qui plaira aux enfants : suspense et courage au rendez-vous !

Toute seule dans la nuit
Sandrine Beau
Illustrations de Eva Chatelain
Alice
Primo

dimanche 23 février 2014

Pierre et le loup en numérique

Cette application vient de remporter le prix de la meilleure appli au Salon du livre jeunesse international de Bologne ! 

Et franchement, elle vaut le détour !

Le conte célèbre de Prokoviev est sublimé par ce film de trente minutes : l'Orchestre National de France, la voix de François Morel, une immersion interactive pleine de surprises en font un petit bijou du genre.

En bonus, 9 jeux musicaux autour du conte, parfois un peu difficiles.


Camera Lucida (Voir aussi : Le carnaval des animaux et Les 4 saisons d'Antoine), en partenariat avec France télévisions et Radio France, rend hommage à ce conte musical intemporel d'une façon magnifique !

Pierre et le Loup
Caméra Lucida
Disponible sur l'Appstore

samedi 22 février 2014

Miss Carabis Carabosse soldat

Ce livre est parti d'un constat : dans les cours de récréation, les jeux des enfants mettent en scène d'anciennes comptines ou ritournelles, souvent déformées au fil du temps ou actualisées avec des éléments d'aujourd'hui. Cela donne un patrimoine foisonnant et riche au niveau langagier que les enfants s'approprient et partagent, bien souvent au nez des adultes, un monde à part entière dont ils sont les seuls détenteurs.

Je me suis plongée avec délice dans cette collecte (j'adore ce mot !) réalisée par Evelyne Resmond-Wenz et Charlotte Mollet, la première signant une préface remarquable et la seconde éclairant ces formulettes de ses dessins empruntés à la culture populaire du cirque.

Le tout donne un livre étonnant, musical, poétique, coloré, ludique, une vraie petite merveille ! Plus de 40 comptines réunies tout de même dans une mise en page graphique insolite et tonique.

J'ai été heureuse d'y retrouver certaines comptines telles que je les partageais avec mes cousins durant mon enfance et d'en découvrir d'autres revues au goût du jour par l'inventivité langagière sans limite qu'elles permettent aux enfants.

Dommage qu'il n'y ait pas un CD enregistré directement dans les cours de récréation pour donner à cet album génial une dimension d'écoute en prise directe avec le terrain...

Un album remarquable sur la transmission de ces petits trésors.

Pour tout savoir sur Charlotte Mollet.

Evelyne Resmond-Wenz est coordinatrice de l'Association ACCESS Armor. Elle intervient comme animatrice et lectrice de livres auprès d'enfants, de parents et de professionnels de l'enfance ou du livre.

Miss Carabis
Carabosse Soldat
Charlotte Mollet
Didier jeunesse

vendredi 21 février 2014

Dossier Océan

Brune vient de perdre sa mère. Elle est confiée à sa tante et son oncle. Devenue mutique et agressive, le seul échappatoire salvateur pour elle est de se réfugier dans le dessin. Sur les dunes. Elle y passe tout son temps libre et cherche la perfection. Sauf qu'une femme y est assassinée. Et que Brune pourrait bien être en possession de photos cruciales pour démasquer le tueur. Agressée trois fois par un homme en cagoule qui lui en veut, son oncle en garde à vue, elle va découvrir un pan de la vie de sa mère qu'elle n'aurait jamais soupçonné.

C'est une histoire de secret et un polar très bien mené. Tout parait crédible dans ce roman. J'en verrais aisément un film. Tous les ingrédients y sont : la beauté de la nature, une adolescente tourmentée mais au cran indéniable, un secret lourd à porter, un flic tenace, du suspense,...Et l'apaisement, lorsque la vérité est dite et reçue.
Les personnages sont bien campés, dans leurs parts d'ombre notamment. L'absolu de la jeune fille aussi. Et comme souvent dans les secrets, leur révélation parait bien moins crue que ce qu'on peut en imaginer...

Les paysages existent vraiment : dans les Landes.

Pour en savoir plus sur l'endroit où se déroule cette intrigue, c'est LA
Voir aussi le site Géoculture

Le blog de l'auteure

Le site de l'auteure

Dossier océan
Claudine Aubrun
Le Rouergue
Doado noir

jeudi 20 février 2014

Et les lumières dansaient dans le ciel

Eliott aime regarder les étoiles. C'est une passion qu'il avait l'habitude de partager avec son père. Mais depuis la séparation de ses parents, rien n'est plus pareil. Une guerre larvée se joue tous les jours et il en devient le témoin impuissant et souvent instrumentalisé. Il se réfugie alors dans la contemplation du ciel. Et pour cela, il fugue plusieurs fois de l'appartement maternel. Avec une minutie
incroyable , il prépare chacune de ses expéditions. C'est son jardin secret, sa soupape. Jusqu'au jour où il est témoin d'une chose extraordinaire. Seul dans son observatoire préféré, dans les vignes, il voit un phénomène inexpliqué. Avec qui le partager ? Il ira là aussi jusqu'au bout de son questionnement, même si la réponse n'est pas vraiment à la hauteur de ce qu'il attendait...

En lisant ce roman, je me suis dit que c'est une histoire sur la résignation. Ce jeune garçon bien solitaire mène sa barque par-devers les adultes et fait preuve d'une maturité bien supérieure. Il fait tout pour vivre sa passion mais le plus discrètement possible. Le combat de ses parents l'exaspère mais il n'y peut rien. Il espère avec ce phénomène mettre un peu de piment dans sa vie. Ce jeune garçon s'émancipe peu à peu, par ses choix, il fait comprendre à ses parents qu'il est grand maintenant et responsable.

Mes deux filles l'ont lu avec beaucoup de plaisir : elles ont d'abord été touchées par la beauté du titre et par cette histoire poétique sur une passion brute. Dans l'infiniment grand, Eliott se trouve et se rassure. Il est à sa place. Un bel hommage à la nature également.

Une belle plume que cet Eric Pessan !

Un roman sorti le 19 février en librairie.

Et les lumières dansaient dans le ciel
Eric Pessan
Ecole des loisirs
Collection Médium

mercredi 19 février 2014

Un maillot de bain une pièce avec des pastèques et des ananas

Nancy Pinsault est collégienne, a un grand frère et une grande sœur adolescents insupportables, un papa architecte dont elle a le béguin, une maman exigeante et débordée qu'elle soupçonne d'en pincer pour son orthodontiste M. Croc. Elle a aussi sa meilleure amie Maïté (bien plus pragmatique qu'elle sur le monde des adultes), ses deux mains qui se parlent (ça la détend dans les moments difficiles), ses socquettes blanches à dentelles qu'elle refuse de quitter pour l'instant et ce fameux maillot de bain une pièce avec des pastèques et des ananas que lui a offert sa maman.

Et une foule d'observations et de questions dans sa tête à cet âge crucial où on se sent quitter l'enfance, à la fois avec envie et regret, pour basculer dans les mystères de l'adolescence sur fond de monde des adultes bien compliqué, notamment la relation de ses parents, une vraie énigme pour elle.

J'ai franchement adoré le ton de ce roman à la première personne : un peu pince-sans-rire, cette jeune fille parle de son quotidien et aborde avec justesse ce passage délicat de l'enfance à l'adolescence, dont elle préfèrerait se passer. Déjà, elle recherche l'absolu du bonheur et l'insouciance qui va avec. Avec une maturité indéniable et un esprit encore enfantin, elle navigue à vue dans cette ambivalence. C'est un roman touchant, drôle et profond sur la fratrie et les relations familiales pas toujours faciles à décrypter quand on a une sensibilité à fleur de peau. Finalement, rien de bien grave dans sa vie, se dit-elle...et un maillot de bain qui lui va à merveille.

Un très, très bon moment de lecture !

Ce roman sort aujourd'hui en librairie.

Un maillot de bain une pièce avec des pastèques et des ananas
Claire Castillon
Ecole des loisirs
Collection Neuf 

lundi 17 février 2014

Fil à fil

Une maman araignée a tissé sa toile. Son cocon repose. Les bébés araignées vont bientôt naître. Attachée à son fil, une petite araignée part à la découverte du monde. Mais attention aux dangers qui guettent ! Ouf ! Maman araignée est là pour remonter le fil...Il faut grandir encore un peu pour enfin tisser sa propre toile...

Sur la quatrième de couverture, il est dit au lecteur que dans la nature, certaines espèces d'araignées tissent réellement ce fil à la patte de leur progéniture.

Si le titre et la couverture m'ont séduite, l'intérieur du livre beaucoup moins. Je n'ai pas retrouvé Jeanne Ashbé dans ce qu'elle nous a déjà habitué à voir (dans les illustrations notamment).

Certes, un livre sur l'autonomie avec une jolie métaphore animalière.
Mais bon, je n'aime pas trop les araignées...

Et, sans transition, aimez-vous les souris et les rats ? C'est par LA

Il compte (11/60) pour le challenge "Je lis aussi des albums" chez Hérisson

Fil à fil
Jeanne Ashbé
Pastel

dimanche 16 février 2014

Le vent se lève

"Inspiré par le fameux concepteur d’avions Giovanni Caproni, Jiro rêve de voler et de dessiner de magnifiques avions. Mais sa mauvaise vue l’empêche de devenir pilote, et il se fait engager dans le département aéronautique d’une importante entreprise d’ingénierie en 1927. Son génie l’impose rapidement comme l’un des plus grands ingénieurs du monde.
Le Vent se lève raconte une grande partie de sa vie et dépeint les événements historiques clés qui ont profondément influencé le cours de son existence, dont le séisme de Kanto en 1923, la Grande Dépression, l’épidémie de tuberculose et l’entrée en guerre du Japon. Jiro connaîtra l’amour avec Nahoko et l’amitié avec son collègue Honjo. Inventeur extraordinaire, il fera entrer l’aviation dans une ère nouvelle."




L'ultime chef d’œuvre de Miyasaki, on ne va pas rater ça : on y va aujourd'hui...Le mauvais temps le permet :) Et en plus, ce sont les vacances...



vendredi 14 février 2014

Brochettes à gogo

Un nouveau roman d'Anne Fine, chouette !
Brochettes à gogo, un titre prometteur...
Des surprises, de l'humour en perspective. Dans la grisaille de l'hiver.
Jugez plutôt, une couverture qui pète et une quatrième de couverture pleine de promesses :

A l'entrée du bateau, le contrôleur a dit quelque chose comme  "Grine douskha sabédou ". Mais comment se douter que cela signifiait " Rien avant samedi ". Quand Harry et son Oncle Tristram comprennent le sens de cette phrase, il est trop tard. Une fois sur l'île ils sont coupés du monde pour une durée incompressible de sept jours. Belle de Jour, la petite amie de Tristram qui les accueille sur place, est très " nature ".
Chez elle, pas d'ordinateur, ni de télé. Pas même une radio. On s'harmonise avec l'univers et on entreprend de longues promenades à la recherche d'anges éventuels. Heureusement, Belle de Jour est très jolie, et la vie sur cette île où tout le monde porte la barbe, même les femmes, n'est pas si ennuyeuse que prévu. Harry se dit qu'il aurait pu plus mal tomber. En attendant la fi n des travaux et le ferry du retour, c'est terrine d'ortie et beignets de pissenlits au menu, sauf le jour de la fête de l'île où, paraît-il, on mange toutes sortes de choses (pâtés en croûtes, hot-dogs, steaks, pizzas...) à condition qu'elles soient piquées sur des brochettes.

J'ai donc abordé cette lecture le sourire aux lèvres : et en effet, ça débute bien, le ton est enlevé, les personnages originaux, les dialogues empreints de cet humour à plusieurs degrés, le débarquement sur l'île promet de n'être pas de tout repos...

Mais je n'ai pas terminé...j'ai laissé tomber les cent dernières pages. L'histoire s'effiloche au fil de l'égrénage des jours. Il ne se passe plus grand chose, on attend la fameuse fête de l'île qui met beaucoup trop de temps à arriver, on n'en finit plus des promenades dans les embruns, et les rencontres avec toutes sortes de barbes...

Bref, déception et ennui à cette lecture.
Dommage...

Brochettes à gogo
Anne Fine
Traduit de l'anglais par Agnès Desarthe
Ecole des loisirs
Collection Neuf

mercredi 12 février 2014

Le rêveur

Neftali Réyes aime les mots. Il les collectionne comme les tas de petits objets qu'il trouve au fil de ses promenades. Il vit au Chili à Temuco, entouré de sa mère, soumise, de son père, cheminot autoritaire, de son grand frère Rodolfo, à la carrière de chanteur lyrique brisée par l'autorité paternelle, et sa petite sœur Laurita. C'est un garçon malingre, qui se réfugie dans ses rêves, et toujours angoissé à l'idée de décevoir ce père qu'il a du mal à saisir. Il y a aussi l'Oncle Orlando, journaliste engagé, une figure importante pour le jeune garçon, qu'on suit de ses huit ans à l'entrée à l'Université.

Cet enfant-là n'est autre que le grand poète chilien, prix Nobel de littérature : 
Pablo Néruda.

Tout de vert écrit (la couleur préférée du poète car celle de l'espoir), ce roman est émaillé de poèmes et des magnifiques illustrations de Peter Sis.

C'est un roman envoûtant, triste et beau à la fois, qui nous dit combien la source de l'écriture de ce grand poète vient du plus profond de son enfance. Quelqu'un a dit un jour : "L'enfance est le sol sur lequel nous marchons toute notre vie". Cette citation s'applique fort bien à l'univers de cet homme qui n'a jamais oublié ses souvenirs, qui lui ont toujours servi de terreau pour son écriture. C'est cela qui rend sa poésie si touchante et si proche de chacun de nous.

Je me souviendrais toujours de ce jour d'inauguration d'une grande médiathèque où les comédiens d'une compagnie proposaient de chuchoter à l'oreille de celui ou celle qui voulait bien se prêter au jeu, des poèmes. On m'a alors proposé du Pablo Néruda. pourquoi pas ? L'émotion que cette expérience m'a procurée alors est encore intacte. Je me suis dit que c'était exactement ces mots-là que j'avais eu envie d'entendre alors...

C'est un roman que ma fille a lu aussi (elle avait 13 ans à sa sortie) : depuis, elle lit du Pablo Néruda et cette poésie la comble (Le livre des questions, Chant général,...). Magie de la littérature jeunesse...

Un roman magnifique, vraiment ! Qui en dit long aussi sur l'histoire du Chili.

L'info du jour LA : un film en préparation...

Le rêveur
Ecrit par Pam Munoz Ryan et illustré par Peter Sis
Bayard jeunesse

lundi 10 février 2014

Le carnet secret de Timothey Fusée

Un album gagné sur le blog Les lectures de Kik...
Un album rouge fermé par un élastique violet...(mais qui n'apparait pas sur la photo...)
Un album illustré par Ronan Badel dont j'apprécie toujours la touche humoristique...
Un album qui fût pour moi une belle surprise !

Timothey Fusée vit à New York : il nous entraine dans son monde, dans ce qu'il déteste et ce qu'il aime. A la manière d'un journal intime, il nous parle de sa famille, de son quotidien et surtout de sa nouvelle copine d'école, Lili Lampion. Il guette chez lui ses super-pouvoirs, convaincu qu'un jour ils vont se révéler...

Voici une lecture pleine de fraîcheur et de spontanéité : elle donne à voir l'innocence de l'enfance. Les dessins sont absolument en adéquation avec le ton, mélange de sérieux et de questionnement existentiel vital, comme savent si bien le faire les enfants.

Une chouette lecture !

Le carnet secret de Timothey  Fusée
trouvé par Amanda Sthers & Ronan Badel
Nathan

dimanche 9 février 2014

Minuscule : le film !

"Dans une paisible vallée, des fourmis noires vivent une série d’aventures extraordinaires après la découverte d’une boîte de sucres, un trésor convoité également par les terribles fourmis rouges ! Mais c’est grâce à l’amitié d’une jeune coccinelle qu’une fourmi noire va tenter par tous les moyens de sauver les siens."

Chez nous, on était déjà fan des petites saynètes. On se réjouit d'aller voir le film aujourd'hui !

Pour tout savoir, c'est ICI

Un jeu disponible LA

Et la bande-annonce...



samedi 8 février 2014

Attention au crocodile !

Une petite fille part en vacances avec son papa à la recherche des bêtes sauvages. Mais les préparatifs, quel ennui ! Faire les courses, les bagages, le voyage interminable,...Voilà une petite fille bien impatiente de se frotter à l'aventure !

Mais les bêtes sauvages se révèlent bien insaisissables sauf...si on a l'imagination de la petite Tora pour laquelle la moindre racine, le moindre tronc d'arbre, le moindre rocher se transforment. Oh ! Un serpent, des girafes, un lion, des hippopotames, des elfes, des trolls, un crocodile ! Et un papa qui finalement entre dans le jeu et devient du coup le meilleur papa du monde !

Un très bel album hommage à l'imaginaire des enfants dans des illustrations pastel pleine page qui plaira sans aucun doute aux enfants avides d'aventures au fond de leur lit, bercés par la voix qui le leur racontera maintes et maintes fois.

J'ai aimé sa belle simplicité, la complicité parent/enfant et le sentiment d'évasion qu'il procure.


              Il compte (10/60) pour le challenge "Je lis aussi des albums" chez Hérisson


Attention au crocodile !
Lisa Moroni & Eva Eriksson
Ecole des loisirs
Pastel

mercredi 5 février 2014

Y a plus de place !

Quelle joyeuse bande ! Voici un album qui renouvelle la fameuse comptine de "Bateau sur l'eau" !

Un bateau et des souris.
Le lapin veut y monter aussi.
On se serre un peu.
Arrive le chat.
Qui veut aussi monter.
On se serre encore un peu plus.
Et les grenouilles ?
On se colle alors.
Mais quand arrive le dinosaure ?
PLOUF !

Et la chute finale...

CHUT !


Un régal de bonne humeur et de couleurs le dernier cartonné de Malika Doray, qui sort aujourd'hui même ! 
Frais et tonique pour les petites mains, succès garanti !



Le dernier coffret de  Malika Doray vaut lui aussi le détour :
4 petits livres de saisons.

Un petit coffret exprès pour les petites mains et 4 petites histoires mises en scènes à travers des découpes différentes pour chaque petit livret invitant à une narration différente. La Famille lapin s'agrandit au printemps, l'été célèbre les couleurs, la taupe n'aime que l'automne et vive la neige en hiver.
Superbe !
Mais si les petits livres sont très solides, le coffret ne l'est pas assez....Dommage !






Ils comptent (8 et 9/60) pour le challenge "Je lis aussi des albums" chez Hérisson



Y'a plus de place ! 
4 petits livres de saisons
Malika Doray
Ecole des loisirs
Loulou et compagnie

lundi 3 février 2014

L'homme-qui-dessine

L'homme-qui-dessine a été mandaté par les siens, les hommes -droits,  pour parcourir le monde afin de mieux le connaître. Il le dessine donc sur des écorces de bouleaux au fil de son voyage. Il s'agit là d'un rôle quasi-sacré que son père et son grand-père ont eu l'honneur de mener à bien avant lui. Mais sur sa route, il va rencontrer une tribu d'hommes- qui -savent qui vont l'accuser du meurtre de sept des leurs. Pour sauver sa vie, il leur propose de capturer le meurtrier. Le chef de la tribu lui donne sept lunes. L'homme-qui-dessine va être confronté à une tribu bien mystérieuse et étonnamment évoluée, lui qui craint pour la sienne, décimée par un mal incurable. 


Un roman bien plaisant à lire qui nous fait entrevoir la préhistoire sous un autre angle avec des accents de roman policier remarquablement bien mené. Des hommes préhistoriques entre Homo erectus et Homo sapiens dont la survie dépend de leur ingéniosité à faire face à leur milieu hostile. On y découvre aussi la naissance de l'art pariétal et la part de sacré qu'il véhicule. Un roman qui s'avale sans crier gare et montre le talent de Benoît Séverac dans un autre registre.

Un roman pour toutes générations.

Je remercie les éditions Syros de m'avoir permis cette découverte.

L'homme-qui-dessine
Benoît Séverac
Syros

dimanche 2 février 2014

Les p'tits bateaux


Un livre-léporello découpé au laser, tout en finesse pour illustrer la célèbre comptine.
Un magnifique travail sobre et élégant. 
Laissez-vous voguer au fil de l'eau...


Maman les p'tits bateaux
Qui vont sur l'eau ont-ils des jambes ?
Mais oui mon gros bêta
S'ils n'en avaient pas
Ils ne march'raient pas
Va quand tu seras grand
Tu f'ras le tour du monde 
Tu reviendras sûrement 
Embrasser ta maman

Variante pour la fin:
Allant droit devant eux,
Ils font le tour de monde,
Et comme la terre est ronde
Ils reviennent chez eux.

Il compte (7/60) pour le challenge "Je lis aussi des albums" chez Hérisson




Pour en savoir plus sur ces livres découpés, c'est LA.

Le blog de Pascale Roux

Les p'tits bateaux
Pascale Roux
Grandir
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...