Tant que nous sommes vivants

Anne-Laure Bondoux, je la connaissais pour Les larmes de l'assassin (2003) et pour Le temps des miracles (2009).

Et pour rien au monde je ne voulais passer à côté de son nouveau roman : "Tant que nous sommes vivants".

Ce roman m'a envoûtée dès ses premières lignes, ainsi que la lettre de l'auteure qui l'accompagne, où elle explique le feu de l'écriture de la genèse de cette histoire.

Un roman qui prend très rapidement des allures de conte initiatique où le noir et le blanc, l'ombre et la lumière se disputent tout simplement la vie.

Le lecteur est transporté dans un monde où les humains n'ont plus d'espoir, plus de repères, où tout est gris, noir, sale, sans avenir possible. Un village et son usine d'armement : dernier vestige d'un monde avec du travail. On y rencontre Bo et Hama, l'étranger et la fille sans mère, ouvriers, qui s'aiment d'un amour fou. A la suite d'une explosion, un cratère a remplacé l'usine avec ses cadavres et ses survivants. Hama en fait partie. Bo est désigné le coupable idéal par la vindicte populaire. Désormais, la vie ne sera qu'exil pour eux. Rejetés avec l'enfant qu'elle porte. Mais ce qu'ils ignorent, c'est que la vie n'est qu'un éternel recommencement...Leur fille, Tsell, fera le chemin à l'envers, comme pour "réparer" le passé.

Une histoire forte aux accents philosophiques, sur nos métamorphoses intérieures et sur le fait que nous sommes tous maîtres de notre destin, à nous de le forger : "Tu crois qu'il faut toujours perdre une part de soi pour que la vie continue ?""

Une construction par chapitre alternant une assertion et son contraire, une écriture simple mais efficace, pleine de sensibilité. Et des échos au monde actuel et à son absurdité.

Je me suis dit qu'on tenait la Timothée de Fombelle, au féminin.

Un roman qui a trouvé écho en moi : mon grand-père était forgeron...J'ai encore l'odeur âcre de la forge dans la gorge. Ce lieu m'impressionnait tellement quand j'étais enfant, plus encore ses gestes forts et précis pour travailler la matière.

Un roman dont on sort grandi, plus vivant que jamais.

Il sort aujourd'hui en librairie.

Tant que nous sommes vivants
Anne-Laure Bondoux
Gallimard jeunesse

      Ce roman compte pour le challenge Rentrée littéraire 2014 du blog Délivrer des livres



Commentaires

Enregistrer un commentaire

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Lectures d'été #8 : T'arracher

Lectures d'été #9 : Une fille de...

Lectures d'été #2 : Baleine rouge

Coup de cœur numérique #33 : Voixci Mes histoires musicales

Naissance des cœurs de pierre