Après la peine

Un beau matin, la police cogne à la porte et embarque le père. La mère et le fils vont apprendre qu'il est arrêté pour escroquerie. C'est l'incompréhension totale. Ludovic et sa mère vont aller le voir en prison, le soutenir du mieux qu'ils peuvent. Juste être là. Jamais une explication du père comptable. Lorsqu'il sort de prison, il a perdu son travail mais il embarque son fils dans un vieux camping-car donné par un ami, pour partir en vacances tous les deux, en tête-à-tête, dans les Cévennes. Retour aux sources pour le père et découverte de son histoire pour le fils. Dans cette nature et cette proximité, ils vont renouer les fils de leur relation.

Le mot "peine" est à prendre réellement à double sens : la peine de prison, purgée par le père, qui l'a fait réfléchir et la peine des proches, le fils et la mère, qu'ils n'osent formuler de peur de rajouter de la peine à la peine. Pourtant, ils ont tous besoin de se retrouver comme avant, de comprendre ce qui a bien pu arriver au pilier de la famille. Beaucoup de pudeur et de respect dans ces lignes : beaucoup d'attente, beaucoup de questions. Mais une certitude néanmoins : le pourquoi sera dit. Il n'est pas forcément celui auquel le fils s'attend. 

C'est ce qui fait la force de ce récit : nos proches peuvent rester des inconnus. Il y a toujours une part d'ombre en chacun de nous. Cette cellule familiale aurait pu éclater sous la force du non-dit. Il faut parfois savoir attendre le bon moment pour que la parole se délivre. Le père perçoit que son fils a soif de la vérité, il sent qu'à son âge d'adolescent, il ne peut pas le décevoir là-dessus. Le fils, lui, ne le provoque pas mais prend tout ce qu'il lui donne. Il a confiance en lui et ne le juge pas. Ils réapprennent à se côtoyer, différemment. Ils savent ce qu'ils ont à y gagner. L'éloignement voulu de la mère dans sa propre famille à ce moment-là leur donne cette chance-là aussi, sans couper les ponts avec elle non plus. Il y a de leur part infiniment d'intelligence. En délivrant le secret de son histoire passée et présente, ce père permet à son fils de grandir et de rentrer de plain-pied dans le monde des adultes. D'égal à égal.

C'est un roman tout en finesse sur une magnifique relation père/fils que donne là Ahmed Kalouaz. Très beau et très humain sur les choix qui nous dominent parfois par devers-nous et qui peuvent avoir des conséquences pour les autres.

Chapeau bas.

Et par ici, une autre chronique sur un roman qui aborde la thématique de la prison. 

Retrouvez l'avis de Les lectures de Kik

Après la peine
Ahmed Kalouaz
Le Rouergue
Doado

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

La petite fille qui inventait des histoires

Arbre

Ribambelle

La princesse de l'aube

Ma grand-mère est une terreur