Le faire ou mourir

Damien, dit Dam, est un écorché vif. Une sensibilité à fleur de peau. Une souffrance et un mal-être incommensurables. Ce roman, c'est l'adolescence à l'état brut.
Une écriture fulgurante et ciselée à la fois, qui prend les tripes.
J'en suis sortie bouleversée comme rarement je l'ai été, les larmes au bord des yeux et le cœur serré. Il me suivra longtemps...

En voici un passage assez emblématique à mon sens (pp.66-67) : "J'aurais voulu lui dire que je me sentais comme abîmé. Que j'existais sans vivre vraiment. Que des fois j'étais vide et des fois je bouillonnais à l'intérieur, que j'étais sous pression, prêt à éclater. Que je ressentais plusieurs choses à la fois, comment dire ? Que ça grouillait de pensées dans mon cerveau. Qu'il y avait une sorte d'impatience, comme l'envie de passer à autre chose, quelque chose qui serait bien mieux que maintenant, sans savoir ce qui allait mal ni ce qui serait mieux. Que j'avais peur de pas y arriver, peur de ne pas pouvoir tenir jusque là. De ne jamais être assez fort pour survivre à ça, et que quand je disais "ça" je ne savais même pas de quoi je parlais. Que j'arrivais pas à gérer tout ce qu'y avait dans ma tête. Que j'avais toujours l'impression d'être en danger, un danger permanent, de tous les côtés où je regardais, d'être sur le point de me noyer. Comme si à l'intérieur de moi le niveau montait et que j'allais être submergé".

Je n'en dirais pas plus. Je ne peux pas raconter cette histoire. Il faut la lire.

C'est un roman exceptionnel sur l'adolescence et ses contradictions.

Biographie de l'auteur :
Née à Toulouse en 1979, Claire-Lise Marguier est aide-soignante dans une maison de retraite de la banlieue toulousaine. Le faire ou mourir est son premier roman.


                                                                

Le faire ou mourir
Claire-Lise Marguier
Editions du Rouergue 

L'avis de Bouma
L'avis de Dorota
Et encore
 

Commentaires

  1. Ah oui moi aussi, LA grosse claque !
    Et comme toi, il m'a suivi longtemps, celui-là...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu Le Faire ou mourir, hier soir, jusqu'à 1h30 du matin, impossible de laisser Damien, seul,avant de savoir ce qui allait advenir de lui. Je pense que c'est un livre qui change complètement de portée selon qui on est. C'est mon coeur de mère qui s'est interrogé et aussi mon coeur de prof, et tout au fond, tout au fond mon coeur d'adolescente. J'ai trouvé ce roman tellement dur, poignant, violent (il a physiquement fait battre mon coeur plus vite : un truc de fou tout de même !) que je m'interroge vraiment sur l'influence qu'il pourrait avoir sur des ados, public auquel il est destiné... Du haut de mes 31 ans, me voilà donc toute bouleversée, je n'imagine même pas ce que cela aurait été si je l'avais lu à 15 ans !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, c'est un roman coup de poing. Je comprends tout à fait ce que tu décris là. Je ressens encore physiquement ce roman quand je l'évoque. Les ados d'aujourd'hui n'appréhendent pas du tout la violence de la même façon et ça interroge, c'est vrai. En même temps, c'est un roman qui peut en aider certains. Mais je n'ai pas souhaité que mes ados le lisent. Pas pour l'instant.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Ce que vous avez aimé sur le blog...

La petite fille qui inventait des histoires

Arbre

Ribambelle

La princesse de l'aube

Ma grand-mère est une terreur