La métamorphose d'Hermine

Une couverture que je trouve assez tristounette : une femme sans âge dans une bulle sur un fond de dégradés de vert...mais quand on ouvre cet album, c'est un véritable éblouissement !

"Chaque matin, Hermine enfilait le vieux manteau des peurs, celui qu'elle portait depuis toute petite, et qui avait grandi avec elle".
"Alors, elle sortait dans la rue, enveloppée de ses peurs".




Toutes les peurs sont égrenées : celle de la solitude, celle des autres, celle de l'avenir, celle de soi-même, d'aimer ou d'être aimé...
Dans de magnifiques illustrations double page, avec une présentation différente à chaque fois, dans des tons ocre, bleu, orangé, marron, assez fondus. C'est superbe : cela donne à chaque peur exprimée par seulement quelques mots une force inouïe. Hermine se drape dans son manteau sur ce chemin chaotique de la vie et il devient de plus en lourd, de plus en plus encombrant : "Le manteau devint si lourd, si lourd, qu'un beau matin, s'armant d'une force qu'elle n'avait jamais eue, elle décida de s'en défaire...
Et s'envola".

La métaphore fonctionne à plein dans cet album : ce manteau, si lourd, enveloppe Hermine dans un cocon et l'entrave, l'empêche de vivre pleinement sa vie. Au prix d'un effort surhumain, elle va s'en libérer pour prendre son envol, symbolisé par cette dernière image d'Hermine-papillon. Une façon très poétique d'aborder les peurs avec les enfants : pas des peurs concrètes mais des peurs plus philosophiques, ressenties, celles dont il est souvent difficile de mettre des mots dessus. Et un bel hymne à vivre sa vie, malgré ses peurs, qui font aussi partie de la vie, à condition de ne pas se laisser submerger. Un très beau message magnifiquement rendu qui a l'avantage d'être intergénérationnel.

Et le manteau d'Hermine dans tout ça ? Il est aussi abandonné de nos jours par les magistrats...(voir ).

A la quatrième de couverture de conclure ainsi :

"Ce que la chenille appelle la fin du monde, le Maître l'appelle un papillon" Lao Tseu

Cela m'a donné envie d'en savoir un peu plus sur l'univers d'Elena Ferrandiz, que je ne connaissais pas. Si ça vous titille aussi, c'est par là...
 
Un coup de cœur pour cet album qui m'a été envoyé par les éditions Eveil et Découvertes que je remercie.

 

 Un autre avis, celui de La mare aux mots.

La métamorphose d'Hermine
Elena Ferrandiz
Editions Eveil et Découvertes
 

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

16 nuances de première fois

Le jour de l'âge de raison

Jusqu'ici, tout va bien

Coup de cœur numérique #34 : Tip Tap mon imagier interactif

Les petits amis de la nuit