Suspense et effroi

Faire le mort de Stefan Casta, Thierry Magnier : J'avais déjà beaucoup apprécié le dernier roman de Stefan Casta. J'avais entendu parler de celui-ci, je savais de quoi il parlait dans ses grandes lignes, mais un peu refroidie par l'idée de la violence qu'il pouvait contenir. Et puis, je l'ai finalement lu...

Des jeunes passionnés d'ornithologie partent les observer dans la forêt suédoise. Parmi eux, il y a Kim, un jeune homme mystérieux, avec son béret et son écharpe noirs, ses drôles de questions, sa retenue aussi.

Ce qui devait être une balade entre amis tourne au cauchemar puisque Kim va être tabassé par les autres, sous l'emprise de l'alcool, avec une violence inouïe. Ils vont le laisser là, seul, se serrer les coudes et transformer la réalité des faits pour ne pas malmener leur conscience.
Kim ne doit son salut qu'à son réflexe de faire le mort sinon ils se seraient davantage acharnés sur lui.

Je suis sortie de cette lecture assez partagée sur l'issue finale. Surtout sur la sorte de non-dit pleine d'acceptation par la victime, sous les yeux de ses bourreaux. Je me suis d'abord étonnée de son manque d'envie de vengeance, même si cela l'a effleuré. Et puis, en y réfléchissant, j'en ai conclu que cette non-réaction était sans doute la pire des punitions pour les autres, dont la conscience est torturée à plein régime. Cette indifférence est le salut de la liberté pour Kim et un emprisonnement virtuel mais non moins réel pour ses ex-amis.


Sept jours pour survivre de Nathalie Bernard, Thierry Magnier : Nita est enlevée sur le chemin du collège le jour de ses 13 ans.
Elle se retrouve dans une cabane, au milieu de nulle part, dans le froid blanc de la forêt. Son kidnappeur fait froid dans le dos, avec ses réactions imprévisibles. Nita ne doit son salut qu'à son courage.
Pendant ce temps, une police spécialisée (nous sommes au Canada) la recherche activement et le lecteur suit donc de front les deux histoires, celle du combat de la jeune fille pour s'échapper et celle des policiers pour la retrouver.

C'est un roman hyper-haletant, une course contre la montre, très bien construit, qui sème des indices, en valide, en abandonne, avec un suspense grandissant au fil des pages.

On ressort de là en apnée, on est avec Nita de tout cœur, on a froid comme elle, on l'encourage, et en même temps, on ne peut qu'admirer le sang-froid de ce duo de policiers, une femme et un homme, qui se découvrent et partagent chacun leurs raisons pour sauver la jeune fille.

Tout ça sur fond de légendes amérindiennes, très bien documentées. ce qui donne une profondeur certaine à ce récit.

Un seul regret : la voix de la maman est trop occultée, celle du père en prison pique la curiosité du lecteur mais le contraste est trop grand entre ces deux personnages, un plus secondaire que l'autre.

Si vous aimez le thriller réaliste, c'est pour vous !

[En plus, une suite arrive, enfin pas vraiment une suite mais une autre histoire où on aura des nouvelles de Nita....et ça, me plait bien.]

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Bookplant #3 : Sauvages

Coup de coeur numérique #23 : Ma rentrée colère

Le célèbre catalogue Walker & Dawn

Pëppo

L'instant de la fracture