Pages

mercredi 31 août 2016

Non, j'irai pas !

Où ça que tu veux pas aller ?
Au lit ?
C'est tout d'abord ce que m'a inspirée cette couverture...

Mais date oblige, on se dit que non, c'est autre chose !
"Non, j'irai pas !" A l'école pardi !

Dans un style minimaliste mais ô combien réaliste, l'auteure Ghislaine Roman et l'illustratrice Csil passent en revue ces situations angoissantes quand on sait qu'on va plonger dans l'inconnu.

Avec beaucoup de fraîcheur, on est catapulté enfant avec ses propres questions. Une petite phrase page de gauche avec l'assertion angoissante sous forme de rime et page de droite l'illustration si délicate et évocatrice. Avec ce procédé, on reste dans le ressenti.



Du vécu !


















Du coup, on comprend fort bien de ne pas avoir envie d'y aller !
Finalement, tout se passera bien et demain... on y retourne pardi !


Un album qui permettra à coup sûr de dédramatiser bien des situations mais surtout de les aborder avec plus de sérénité. On  y retrouve le même esprit que l'album précédent "J'veux pas y aller !" (Où ça ? A la piscine pardi !)

Et allez faire aussi un tour sur la sélection rentrée du jour A l'Ombre du Grand Arbre


BONNE RENTREE à toutes et tous !




Non, j'irai pas !
Ghislaine Roman et Csil
Frimousse

lundi 29 août 2016

Partir ou rester ?

Les vacances, du moins celles qu'ont a la chance de pouvoir prendre, et le temps de l'été occultent quelque peu l'actualité...
Pourtant, d'autres vivent d'autres exils bien plus douloureux et partir n'est pas toujours synonyme de bonheur et de joie de découverte de l'inconnu.

Voici deux albums à hauteur d'enfant, le premier pour les plus jeunes, le second pour les plus grands, pour mettre des mots et des images à leur portée sur l'espoir de ceux qui quittent tout, leur famille et leur pays pour un monde qu'ils espèrent meilleur.

Pour fuir la guerre, une mère et ses deux jeunes enfants prennent la route de l'exil : passer la frontière, traverser la mer, rouler, rouler et ne jamais perdre espoir. On perçoit en filigrane le non-dit de l'adulte dans cette traversée sans fin mais il faut à tout prix avancer pour sauver sa peau. Les illustrations s'alternent entre lumière et noirceur et le texte est d'un réalisme stupéfiant. La fin apprend que l'auteure s'est inspirée de faits réels et cela se sent. C'est toute la force de cet album d'ailleurs : de parler de cette réalité aux enfants dans un format abordable pour eux et d'amorcer les réponses à leurs interrogations.

Partir au-delà des frontières / Francesca Sanna.-Gallimard jeunesse


Barbara, un prénom au goût de liberté, celui de l'Angleterre si jamais elle est atteinte dans ce long voyage.
Arnaud Tiercelin a choisi avec justesse la forme de la correspondance, celui d'une jeune fille qui fuit l'Erythrée avec sa mère. Elle écrit à son papa resté au pays le long chemin de l'exil, ses peurs, ses espoirs, son découragement, son regard d'enfant sur ce qu'elle vit. Ce procédé donne au texte une profondeur décuplée, le lecteur se met véritablement dans le ressenti de cette jeune fille, qui observe, relate, dit le désespoir, l'attente, les camions de Calais, le refoulement, et la cruauté de cette situation.
Le texte est renforcé à chaque fois par une illustration (Illustrations de Bertrand Dubois) pleine page en regard qui confère au propos plus de réalisme encore. 
C'est fort et poignant. 
On referme cet album à la fois silencieux et révolté devant l'absurdité du monde.
Un texte que je verrais bien en lecture à haute voix avec projection des illustrations...

Endors-toi Barbara
Arnaud Tiercelin et Bertrand Dubois
Naïve


71-72 èmes album/100 pour le Challenge je lis aussi des albums 2016

vendredi 26 août 2016

Je serai cet humain qui aime et qui navigue

Qui n'a jamais ramassé un coquillage sur la plage et l'a porté à son oreille pour entendre ce qu'il a à dire ?

Pourtant neuf années de vacances  à parcourir les plages avec son grand-père ne pouvaient préparer totalement ce jeune garçon à la découverte de ce jour-là. Un magnifique coquillage avec ce message "Ecoute-moi !" gravé dans sa nacre délicate fait son apparition à ses pieds.

Et c'est le début d'une histoire de transmission signée Franck Prévot,  elle aussi magnifique : celle de la relation d'un petit-fils et de son grand-père lié par cette découverte. Car si le grand-père n'y entend au départ que la tempête de la mer, le garçon y entend un poème, d'abord indéchiffrable. Peu à peu, les mots vont faire leur chemin et se révéler dans leur force créatrice, les rassembler et les porter vers leurs rêves.

Un album qui enfle le cœur tant la beauté qui s'en dégage ne peut qu'émouvoir : un hymne pour célébrer la force et le mystère de la poésie, qui semble ne rien dire aux premiers abords mais qui possède pourtant un langage pour chacun, pour peu qu'on y cherche le sens.




Un texte magnifié par les illustrations de Stéphane Girel, toutes en volutes, en lumière et en douceur avec ces couleurs pastels fondues. Elles traduisent tout simplement le mouvement de la vie et l'alchimie mystérieuse des mots qui nous touchent.

On peut y reconnaître d'ailleurs nombre de références à de grands poètes dont les œuvres ont servi à élaborer le poème final. Le lecteur est également invité à transmettre sa propre traduction du poème.
Une bien belle entrée en poésie et une façon de prolonger un peu l'été...

Coup de cœur ! 

Retrouvez l'avis de Sophie du blog La littérature de jeunesse de Judith et Sophie

70 ème album/100 pour le Challenge je lis aussi des albums 2016

Je serai cet humain qui aime et qui navigue
Franck Prévot
Stéphane Girel
HongFei 

mercredi 24 août 2016

Tu ne sais rien de l'amour

Un nouveau roman de Mikaël Ollivier, je ne pouvais pas louper ça !

Roman initiatique, oui, mais bien plus que cela.
Pour moi, il s'agit d'un roman sur la force et les ravages des secrets bien gardés dans les familles, plus par choix que par volonté de nuire. Il y a ceux qui savent et qui ne disent rien et ceux qui ne savent pas que les autres savent. D'ailleurs, doit-on toujours tout dire ? Mais surtout, c'est un roman sur les mystères et la force de l'amour, sur comment on le sublime ou au contraire on le maltraite.

Nicolas et Malina : ces deux-là se connaissent depuis l'enfance. La jeune fille a perdu sa mère, à l'âge de 7 mois, renversée par une voiture A l'adolescence, leurs sentiments évoluent. Pour tous, c'est déjà un couple promis au mariage. Au début, on se dit : oui, ok, et... ? Puis peu à peu, le roman prend une autre épaisseur. Et quelle épaisseur !

A 16 ans, Nicolas va pourtant affronter la vie, bien malgré lui. Lui qui a toujours suivi le mouvement, tout accepté sans savoir s'imposer, ce qu'il regrette, mais il ne sait pas faire autrement. Faut dire que la vie bien réglée de ses parents à la boulangerie, avec ce qu'elle comporte comme contraintes, ne l'aide pas beaucoup. L'imprévu va pourtant surgir : son père boulanger va être rattrapé par une récidive de cancer. Il va surprendre sa mère avec un autre homme dans un restaurant. Il va peu à peu découvrir la face cachée des adultes qui l'entourent et ces révélations découvertes peu à peu vont lui permettre de prendre sa vie en main. 

Un roman bouleversant à bien des égards : dans une écriture sobre mais soignée, dans une construction en flash-backs, l'auteur réussit à englober toutes les facettes de l'amour : sa flamboyance, sa fidélité, ses silences, ses compromis, ses non-dits, ses souffrances, ses trahisons, son caractère inopiné ...Il nous dit surtout de ne pas confondre désir et amour et qu'on a le droit d'aimer plusieurs fois dans une vie à condition d'être honnête avec soi et les autres.

C'est un des aspects le plus intéressant de ce roman : une invitation à écouter son cœur et à la tolérance des sentiments, toutes générations confondues, du moment que l'autre est respecté. On n'est plus dans le fantasme, on est dans le vécu de ce qu'on ressent pour un ou une autre. Avec ce questionnement : sait-on seulement ce qu'aimer signifie ?

A travers ce cheminement, Nicolas va pouvoir accepter ses propres choix et surtout décider de sa vie avec les envies qu'il a, à ce moment de sa vie.

Ce roman, c'est aussi une chute qui boucle la boucle, sur cette révélation finale à laquelle je ne me suis pas du tout attendue mais que j'ai comprise pour l'histoire, pour éclairer cette relation qu'on pense au final assez malsaine entre les deux adolescents mais que j'ai trouvé limite manipulatrice tout de même !

Certains passages sont bouleversants, notamment la mort prématurée du père, non pas vécue comme une fatalité, mais comme un lien indéfinissable malgré la mort grâce à l'accompagnement du fils et de la mère, au-delà des mots prononcés. Cet aspect-là du roman, sur le choix de vie qu'il induit alors pour Nicolas, je l'ai trouvé particulièrement fort, réaliste et quasi sublime.

Un roman qui se déroule à Chartres et sa banlieue, ce n'était pas pour me déplaire, puisque j'y ai vécu 20 ans. C'est toujours agréable de reconnaître des lieux, on s'y balade d'autant mieux.

Un roman pour grands ados et adultes tout de même...et qui englobe avec maestria les enjeux de l'amour sans clichés et surtout sans donner de leçon.

2/18 Challenge 1% Rentrée littéraire

Tu ne sais rien de l'amour
Mikaël Ollivier 
Thierry Magnier

lundi 22 août 2016

Le bateau rouge d'Oscar

Oscar a eu un bien beau bateau rouge pour son anniversaire. Evidemment, c'est le plus beau et ils partagent bien de bons moments de jeux au square. Puis les vacances à la plage arrivent et là, la mer donne une autre dimension à leurs échanges ludiques. Il y a des envies d'évasion vers l'inconnu dans l'air sauf qu'Oscar décrète qu'ils sont bien trop petits. De peur de le perdre, il s'attache à son petit bateau (au sens propre). La fin des vacances va pourtant permettre à Oscar de prendre une décision capitale : en grandissant durant l'été, il accepte de laisser "son" bateau partir vivre sa vie...

Quel bel album pour aborder la possession et la séparation dans leur va-et-vient ambivalent propre à l'enfance !

Le propos écrit par Jo Hoestdlandt est amené progressivement pour permettre au petit lecteur de vivre la situation de l'intérieur et de s'y identifier. Car tout enfant connait ce sentiment-là à un moment donné, que ce soit vis-à vis d'un objet chéri ou d'un animal par exemple. 

Un album rassurant aussi puisque les parents adoptent une attitude bienveillante et laissent suffisamment d'espace au petit garçon pour prendre seul sa décision de grand, au milieu de la fratrie, avec le grand frère et la petite sœur, ce qui a aussi toute son importance dans cette histoire.

Le tout dans des illustrations d'Amandine Piu d'une belle fraîcheur, et qui traduisent le mouvement avec beaucoup de réalisme et des couleurs profondes dans l'alternance des pages, mises en scène différemment.

L'apprentissage de la liberté au quotidien.
Et des décisions, il n'y en a pas que des petites. Surtout à hauteur d'enfant.
Un album idéal en cette fin de vacances !

Coup de cœur ! 



69 ème album/100 pour le Challenge je lis aussi des albums 2016

Le bateau rouge d'Oscar
Jo Hoestdlandt et Amandine Piu
Père Castor


BONUS

Moi aussi, j'ai vu un bateau rouge...mais volant !

©Méli-Mélo de livres

vendredi 19 août 2016

PAL de vacances #6


Je ne sais pas pourquoi mais ces deux romans de la rentrée littéraire jeunesse de fin août ne m'ont pas du tout embarquée...

Trop lents, trop introspectifs, même si je leur reconnais à chacun une certaine singularité : celui de gauche pour le parallèle entre le jeu et la famille où chacun tient un rôle, le tout étant de savoir qui gagne ou perd au final, et celui de droite pour sa force imaginaire. Quelque part, ils se rejoignent.


Sans doute passée à côté...cela arrive....je leur ai pourtant laissé à chacun une seconde chance en les reposant et les reprenant, mais non, la rencontre ne s'est pas faite, tout simplement...

Mauvais joueurs/Julien Dufresne-Lamy (que je remercie pour la dédicace) 
et Le récif /Seita Vuorela.-Actes sud junior

Du coup, j'ai plongé dans celui-ci, lu presque d'une seule traite...
Une bien belle écriture, très philosophique, un roman sur la résilience, la culpabilité, sur ce que nous donne et reprend la vie, sur le deuil, sur les relations aux autres.
Des thématiques très riches, une histoire bouleversante.
Je donnerais un avis plus complet dans une chronique en préparation, il me faut du temps parfois pour trouver les mots...car tout ne m'a pas convaincue non plus dans cette lecture.

La vitesse sur la peau/Fanny Chiarello.-Le Rouergue


Ma PAL de vacances a bien fondu...

Voici mes prochaines lectures :






Des romans que je voulais lire depuis longtemps...







Les chroniques reprennent dès la semaine prochaine !

mardi 16 août 2016

PAL de vacances #5

J'arrive bientôt au bout de ma PAL (déjà !)...mais j'ai plein d'albums à chroniquer et à relire du coup...et de bien belles lectures à suivre...

Celui-ci, ça y est je l'ai terminé et je le chroniquerais donc à sa sortie mi-septembre.
Pas facile d'en parler tant l'histoire se révèle assez complexe et foisonnante !
Un mélange de mythologie, d'eugénisme et d'écologie...rien que ça !
Un peu de mal au début à m'y plonger vraiment mais la fin prend de l'épaisseur et du coup, j'ai bien envie de découvrir la suite ! 

A suivre donc !



Génération K/Marine Carteron.-Le Rouergue.-Epik


Du rouge, encore du rouge, pour une toute autre histoire...qui m'a tourneboulée !
Roman initiatique sur les secrets de famille, sur l'acuité de quitter l'adolescence pour le monde des adultes plein de compromis et de paradoxes, sur la mort et le deuil.
Un roman d'une rare profondeur dont je reparlerais fin août.
La chronique est en cours d'écriture et j'y pèse chaque mot tant la retenue et la sincérité affleurent de ce roman et j'ai envie de les retranscrire au mieux.

Tu ne sais rien de l'amour/Mikaël Ollivier.-Thierry Magnier


Du coup, je replonge dans le bleu avec ce roman que j'avais commencé puis laissé tomber...Assez énigmatique à première vue...
Pas trop envie de lire au début de mes vacances, trop fatiguée, mais c'est reparti !

Le récif/Seita Vuorela.-Actes sud junior

samedi 13 août 2016

PAL de vacances #4

Une PAL de vacances qui grandit avec de l'imprévu, ce n'est pas pour me déplaire :)


J'avais lu ce roman "Hors de moi" il y a quelque temps....et j'avais alors découvert qu'il était la suite de "L'été où je suis né ". Et je m'étais alors dit qu'à l'occasion, je le lirais pour avoir un éclairage complet sur cette histoire de maternité non désirée, d'accouchement sous X menée avec beaucoup de sensibilité par l'auteure Florence Hinckel. Et l'occasion s'est présentée lors du troc du Breiz Bookcamp.

Et j'ai beaucoup aimé découvrir Léo qui, en tombant amoureux, ressent cette béance d'amour liée à l'inconnu(e) de sa naissance. Beaucoup de sensibilité et de retenue. Et je ne suis pas mécontente de les avoir lu dans cet ordre-là.

L'été où je suis né et Hors de moi/Florence Hinckel
Gallimard.-Scripto et talents hauts.-Ego


Après Sally Jones, j'ai commencé la trilogie de la fameuse Marine Carteron ( l'auteure de la série "Les Autodafeurs) , cette fois dans la collection Epik : Génération K. Je n'en suis qu'au début mais déjà, l'auteure n'a pas son pareil pour vous embarquer dans des mondes parallèles bien construits. Pour l'instant, elle campe ses personnages et sème des éléments de son intrigue et je sens bien que je ne suis pas au bout de mes surprises. Même si je trouve l'écriture un peu trop facile...et ce que c'est "agaçant" cette rupture induite par l'alternance des chapitres pour suivre un personnage à la fois ! 
Mais bon, on sent bien que c'est fait exprès !


Génération K/Marine Carteron
Le Rouergue.-Epik

jeudi 11 août 2016

Sally Jones

Roman d'aventures, enquête policière, voyage à travers le monde, plus de 500 pages qu'on dévore !
J'ai a-do-ré ce roman !
Dépaysement total...
Jugez plutôt !

Sally Jones est une gorille pas ordinaire. Recueillie par un marin du nom de Koskela mais qu'elle appelle le Chef, elle est sa mécanicienne sur son bateau. L'équilibre est trouvé entre eux et la vie suit son cours entre des cargaisons à transporter sur toutes les mers et à mener à bon port.
Mais un jour, c'est la cargaison de trop....Un piège qui va se refermer sur eux et un concours de circonstances malheureux vont jeter le marin en prison. Sally Jones va tout faire pour démontrer son innocence mais quand on est un gorille, qui sait pourtant lire et écrire, jouer aux échecs et est un as de la mécanique, c'est une aventure semée d'embûches. Heureusement, quelques personnes vont l'aider alors que d'autres vont l'en empêcher. Trois années de galère qui vont l'emmener jusqu'en Inde....puis retour à Lisbonne au gré des événements pour enfin faire éclater la vérité sur fond de complot anarchiste et de révolution.

C'est Sally Jones elle-même qui a écrit ce récit emprunt d'une belle humanité. Je me suis très facilement laissée embarquer par ce roman, avec ses belles gravures en tête de chaque chapitre qui lui donne un côté désuet très plaisant. Et quelles péripéties ! On tourne les pages avec avidité, on a le cœur serré souvent, on est soulagé aussi parfois face à cette intrigue très bien ficelée. Je n'ai jamais rien lu de pareil.

Un roman qui m'a donné envie d'aller visiter Lisbonne ( au printemps prochain ?) et j'étais à Cochin en Inde, en même temps que mon fils aîné qui lui y était pour de vrai :)
Un roman idéal pour les vacances, dépaysement assuré ! 
Et quel plaisir que de lire une telle saga en un seul tome !

Sally Jones
Jakob Wégélius
Thierry Magnier
Existe aussi en version numérique

mardi 9 août 2016

Swap d'été

Un Breiz Bookcamp le week-end dernier...


Avec des coups de cœur échangés...


Et un swap d'été...


Voici le mien encore emballé...


Et j'ai été gâtée...


Des lectures à ajouter à sa PAL d'été...


Autour d'un troc de livres, la journée s'est terminée...


A la prochaine année ?!

dimanche 7 août 2016

Applis coups de coeur #21

Pour la deuxième année, le Prix des Incorruptibles développe une offre numérique de qualité autour de son prix.

Cette année, une présentation différente puisque chaque niveau de classe a sa propre application (l'année dernière une seul eapplication regroupait l'ensemble).

Ce sont donc 10 applications gratuites, de la maternelle au lycée, avec des témoignages d'auteurs et illustrateurs, ainsi que des jeux  et des quizz autour des livres. Un tirage au sort également pour en gagner !

Elles sont disponibles du 1er juillet au 31 août 2016, sur Appstore et Google Play mais lisibles uniquement sur tablettes (format ePub).

Ici, on a testé, c'est très bien fait et c'est bien pratique pour alléger ses valises ou pour patienter dans les embouteillages ou dans les queues au musée !
Une bonne façon aussi d'entrer dans la lecture, ludique et intéressante. Par exemple, les plus petits niveaux sont lus.

Pour en savoir plus, c'est là.


jeudi 4 août 2016

PAL de vacances #3

La cure de romans commence...enfin ! 
Même si j'ai eu bien du mal à me plonger complètement dans les lectures choisies.

Un roman de Sophie Chérer, auteure dont je n'ai lu qu'un titre en jeunesse ("Mathilde fait un tabac") et celui-ci m'a été offert par Alice lors de notre dernier swap :"L'huile d'olive ne meurt jamais".
J'ai particulièrement aimé l'écriture, ce qui place ce roman entre littérature jeunesse et adulte, de mon point de vue.
J'ai aimé le mélange entre histoire réelle et fougue adolescente. Une belle lumière sur la force des femmes et leur détermination.
Une lecture qui m'a donné envie de découvrir d'autres titres de l'auteure, dont celui-ci :  "Parle tout bas, si c'est d'amour". Une bien belle promesse. Et des nouvelles, j'adore !

L'huile d'olive ne meurt jamais/Sophie Chérer.-Ecole des Loisirs


Je me faisais un régal d'avance de cette lecture, d'autant que ma fille, très bonne lectrice, l'a beaucoup aimé, au point qu'elle a envie que je lui offre (celui-ci a été emprunté en bib).
Je l'ai lâché au bout de trois chapitres...Un bien bel univers pourtant mais je n'y comprends rien !
Elle est fâchée avec moi ma fille du coup...:)
Une bien belle couverture !
A reprendre plus tard ?
Il parait qu': "Il n'y avait pas eu de monde si envoûtant, de personnages si originaux depuis Alice au pays des Merveilles ou le pays d'Oz."


La fille qui navigua autour de féérie dans un bateau construit de ses propres mains/Catherynne Valente.-Balivernes éditions



J'ai donc lâché le précédent pour me plonger dans celui-ci et quand je dis plonger, c'est plonger !
Je sens que je ne vais pas le lâcher...
Plus de 500 pages, de quoi assouvir une soif de lecture !
J'aime l'univers, le ton, les gravures en tête de chapitres, même si je sens que l'histoire ne fait que commencer là où je me suis arrêtée tard hier soir...
Et que je ne suis pas au bout de mes surprises et de mes voyages.
Et quelle couverture là aussi ! 



Sally Jones/Jakob Wégélius.-Thierry Magnier
Existe aussi en version numérique

mardi 2 août 2016

PAL de vacances #2

Les lectures continuent par ici mais à un rythme moins soutenu ....Bookcamp oblige ! 
Mais dans les jours qui viennent  : cure de romans !



Une lecture que j'avais en ligne de mire depuis longtemps...
Mais une lecture en demi-teinte finalement. 
Un début prometteur mais une histoire qui s'essouffle dans sa thématique, celle d'une jeune femme éprise de liberté dans l'Ouest américain au temps des pionniers. Dommage ! 
Sans doute une prochaine lecture commune sur le blog A l'Ombre du grand arbre à la rentrée.


Deux titres me tentent beaucoup : par lequel commencer ?














Et puis ma PAL s'est agrandie lors de notre Breiz Bookcamp du week-end dernier (un article en préparation !).


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...