La révolte d'Eva

Un roman sur la maltraitance tiré d'une histoire vraie, qui a eu lieu il y a une vingtaine d'années.
Comme un fait divers qui n'en serait plus un.
Un fait divers déroulé sous vos yeux de lecteur avec ses tenants et aboutissants.
Sans faux semblants.

Eva.
Eva est battue par son père. Sa mère et ses autres sœurs aussi, sauf la petite dernière. Pour l'instant.
Eva, elle, est le souffre-douleur. Parce qu'elle supporte en serrant les dents.
Sa mère lui explique le plus naturellement du monde que c'est ça qui fait que le père s'acharne sur elle.
Toute la famille vit dans un coin isolé.
Ça facilite les choses.
Tout le monde sait ou se doute de la violence tyrannique de cet homme.
Et personne ne fait rien.

Eva a pourtant de beaux moments : le silence de la forêt qui la ressource, sa clairière qui l'apaise lorsqu'elle s'y promène avec le chien, l'amitié improbable d'une nouvelle de sa classe qui lui fait du bien et qui lui montre qu'une vie de famille normale existe.
Pourtant, personne ne fait rien.

Jusqu'au jour où le père s'en prend à la petite.
Lorsqu' Eva comprend, sa révolte prend le dessus et elle commet un acte que la justice des hommes se permet de juger.
Je m'arrête délibéremment là.

Ce texte a la sécheresse de la banalité, celle de la violence familiale pour mieux en souligner l'implacable mécanique dans l'isolement, dans l'habitude quotidienne de gestes imposés, dans la négation de l'amour filial et l'apothéose du mépris parental.
Il a aussi la sécheresse de la cruauté de certaines scènes, difficiles à supporter mais tellement réelles. Elles ne peuvent pas avoir été inventées.

C'est la force de ce roman : entrer dans l'intime de mécanismes insidieux et répétés mais que vivent pourtant beaucoup d'enfants, emmurés dans leur silence parce que dire cela leur est absolument impossible.

Il pose aussi la question du regard de la société sur ces maltraitances qui défraient parfois la chronique, qui mettent mal à l'aise, qui dérangent, qui font que le plus souvent on ferme les yeux même si on sait.

Une confession intense et forte portée par une voix d'adolescente qui pourrait être celle d'une jeune fille d'aujourd'hui.


La révolte d'Eva
Elise Fontenaille
Le Rouergue
Doado noir

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Ce que vous avez aimé sur le blog...

16 nuances de première fois

Le jour de l'âge de raison

Jusqu'ici, tout va bien

Les optimistes meurent en premier

Les petits amis de la nuit