Le cœur en braille : quatre ans après

Quel bonheur de retrouver Victor et Marie-José !
Et surtout la langue si vivante de l'auteur.

Quatre ans après : et oui, ils ont bien grandi. Les années collège sont déjà un lointain souvenir, de la nostalgie aussi dans l'air.

Victor vient de passer son bac. L'été s'étire devant lui. Retrouver Marie-José, dont les sentiments à son égard sont plus vifs que jamais (aucune équivoque là-dessus !), au cinéma est un de ses plaisirs favoris. C'est lors d'une de ces séances, où il décrit avec délectation les scènes de western (et pour le lecteur aussi !) à Marie-José, qui a perdu la vue (voir Le cœur en braille 1), qu'il pense avoir reconnu sa mère en l'actrice Sally Marshall.

Evidemment, il va se mettre en tête de la retrouver : d'abord convaincre son père et la principale intéressée.
S'ensuit un été-test pour le trio reformé. Pour le meilleur ou pour le pire ?

On y croise aussi Haïçam dans un tournoi international d'échecs, son propre père, l'oncle Zak, la soeur Etoile, le CPE du collège, bref, un joyeux petit monde qui emplit de vie la maison de nos deux hommes solitaires pendant sept longues années.

C'est plein de rebondissements, de réflexions sur la vie, avec ses petits riens, ses gros beaucoup, mais surtout une saga familiale très attachante, nostalgique juste ce qu'il faut et pleine d'espoir.

Pascal Ruter a le don d'emporter le lecteur avec lui dans cette histoire racontée avec un humour assez pince-sans rire bien à lui. 

On avale les pages, on a le cœur qui pince, le sourire aux lèvres, parfois les larmes aux yeux : un tourbillon d'émotions comme la vie elle-même et on se réjouit de cette fin où la boucle est bouclée, pour ainsi dire, même si c'est une nouvelle vie qui s'annonce pour les protagonistes. Il leur reste à en écrire les plus belles pages. Mais ça va, on est rassuré sur leur sort, on leur fait confiance. Même si on est un peu triste de les quitter, on se réjouit de les savoir bien entourés.

Et 17 ans, quel bel âge !

Retrouvez mes chroniques des précédents tomes :
-Du bonheur à l'envers (rebaptisé Le cœur en braille  : trois ans avant)

Le cœur en braille : quatre ans après
Pascal Ruter
Illustration de couverture d'Anne Montel
Didier jeunesse

Existe en version numérique

BONUS

Des photos de Pascal Ruter 
lisant des extraits de ses romans :
Quelle ré(i)ga(o)lade !



©Méli-Mélo de livres

Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

16 nuances de première fois

Le jour de l'âge de raison

Jusqu'ici, tout va bien

Les petits amis de la nuit

Coup de cœur numérique #34 : Tip Tap mon imagier interactif