La coloc-Un hiver à Paris

©Méli-Mélo de livres
Les romans de Jean-Philippe Blondel, je sais que je vais passer un bon moment de lecture et ses deux derniers parus n'y dérogent pas...


  • Dans "La coloc", Romain a seize ans. Il vit à la campagne. Un grand frère déjà parti du domicile. Un lycée à des kilomètres. Prendre le bus tôt le matin et rentrer tard le soir ou bien l'internat. Romain a fait les deux, mais l'internat, une bien mauvaise expérience pour lui. Et là, un clin d’œil du destin : sa mamie vient de mourir et a légué son appartement à sa mère. Un appartement situé pile poil à deux pas de son lycée ! Romain saisit l'occasion : convaincre ses parents d'y vivre en colocation...Ils vont donc s'y retrouver à trois. Un trio improbable à vrai dire : Rémi, un geek passionné et Maxime, le beau gosse populaire du lycée...


Une année riche en rebondissements, en coups de gueule, en cris d'amitié, de l'amour aussi, de la solidarité, de la maturité qui grandit à vue d’œil, des responsabilités nouvelles, des adultes qui se confient, du travail aussi...

Bref, un roman joyeux mais qui aborde aussi des questions très sérieuses. Une année comme un tourbillon pour Romain où il apprend que les apparences sont souvent trompeuses, que tout n'est pas toujours aussi lisse qu'il n'y parait chez les autres et qu'il peut se faire confiance désormais dans la vie.

J'ai aimé aussi qu'on aborde ce sujet des lycéens vivant à la campagne et ils sont nombreux ! Leur vie est faite de lourds trajets, de noir l'hiver (beaucoup de noir), de sommeil entrecoupé, de solitude et d'amitiés en dents de scie du coup puisque les kilomètres séparent.

J'ai aimé voir ce garçon s'épanouir, s'ouvrir à la vie, loin des clichés de l'amitié masculine.

J'ai aimé aussi voir les adultes le prendre au sérieux, le laisser peu à peu entrer dans leur cour à eux, sans méfiance mais confiance.

Un roman dont je verrais bien un film tant il est juste et prenant.


  • Du coup, j'ai lu aussi "Un hiver à Paris" : Le monde des études là aussi mais avec Victor, 20 ans, venu de sa province lui aussi pour Lettres supérieures. Un monde avec ses codes, ses faux-semblants, son indifférence feinte, sa cruauté aussi. Un grand frère parti vivre sa vie, des parents aimants mais si loin de cette réalité culturelle-là. Un événement dramatique dans ce lycée va bouger toutes les lignes et en premier lieu, Victor lui-même :  on ne comprend pas toujours au début le fait qu'il se laisse embarquer bien malgré lui. Puis peu à peu, on comprend qu'il se cherche. Il y a du cynisme là-dedans, beaucoup de noirceur. C'est suffocant parfois. Mais lumineux en même temps sur les relations humaines, sur ce qu'elles disent de nous ou pas. On comprend aussi qu'il y aurait bien une part d'autobiographie là-dedans.


On se dit que les deux mondes de ces deux romans pourraient se rencontrer et que cela donnerait bien des étincelles !

J'ai aimé découvrir cet auteur en littérature dite pour "adultes". Une écriture différente, adaptée mais toujours pleine de ce souci d'être au plus près des sentiments et des émotions de ses personnages.

Deux romans que je vous recommande vivement en tout cas. Il y aurait encore beaucoup à en dire...

La coloc et Un hiver à Paris
Jean-Philippe Blondel
Actes sud junior et Buchet-Chastel

Existent en version numérique

Commentaires

  1. Je referme à l'instant La coloc... Beaucoup, beaucoup aimé !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Ce que vous avez aimé sur le blog...

16 nuances de première fois

Le jour de l'âge de raison

Jusqu'ici, tout va bien

Les optimistes meurent en premier

Coup de cœur numérique #34 : Tip Tap mon imagier interactif