Les anges pleurent en silence

Le titre m'a interpellée...Arthur Ténor aborde dans ce roman grave le sujet de la maltraitance au sein du domicile familial. Ce n'est pas ce que l'on croit. Ce n'est pas l'apanage des familles modestes ou dites "à problème". Les milieux sociaux favorisés sont également très concernés.

Rémi vit chez sa grand-mère depuis deux ans. Ses parents travaillent en Italie et pour son bien, ils ont préféré le confier à la mère de son père. Depuis deux ans, il vit un enfer : pas de la maltraitance physique à proprement parler, mais des brimades, des paroles méchantes, qui à la longue l'endurcissent certes mais malmènent profondément son estime de lui.

Marie vit un autre enfer chez elle : son père rêve d'en faire une virtuose du violon. Non pour son épanouissement mais pour sa propre réussite à lui. Un quotidien fait de manipulations, de punitions, de tortures physiques (des heures à répéter, répéter, répéter,...), de privations de nourriture, de chantage affectif, d'effet miroir (la victime, ce n'est pas toi, c'est moi).

Ces deux-là vont se trouver au collège et peu à peu se confier, se soutenir dans les épreuves quotidiennes, se révolter aussi. Eux seuls peuvent vraiment comprendre : "Rémi était un ange et les anges, même blessés, ne restent jamais bien longtemps du côté obscur de l'humain (p. 66)."

L'auteur explique très bien à la fin que, quand bien même son roman relève de la fiction, des enfants vivent ces situations au quotidien au regard et au su de tous.

Il décrit très bien le mécanisme de soumission et d'engrenage dans lesquels sont enfermés ces enfants martyrs et que sans une aide extérieure, ils ne peuvent pas s'en sortir. Combien la parole peut les sauver, encore faut-il qu'ils soient entendus.

La fin de ce roman donne à lire le témoignage d'une jeune femme, Céline Raphaël, aujourd'hui médecin, qui a vécu le calvaire que vit Marie dans l'histoire. Elle donne une vision très juste des mécanismes en jeu ainsi que des pistes d'aide auprès d'organismes officiels. Elle a écrit un livre témoignage La démesure-Soumise à la violence d'un père, Max Milo Editions.

Un roman sur un sujet de société dans la littérature de jeunesse très bien amené et construit, avec une note d'espoir bienvenue pour ces deux enfants auxquels le lecteur s'attache, et qui peut donner lieu à des prises de conscience sur la question.

Le site des Editions Oskar jeunesse.

Les anges pleurent en silence
Arthur Ténor
Oskar jeunesse
La vie 

      Ce roman compte pour le challenge Rentrée littéraire 2014 du blog Délivrer des livres






Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

16 nuances de première fois

Le jour de l'âge de raison

Jusqu'ici, tout va bien

Les optimistes meurent en premier

Les petits amis de la nuit