Un hiver en enfer

En enfer...
Le mot n'est pas trop fort en effet...
Voici un thriller psychologique à la tension croissante, sur une relation mère/fils plus que tendue, haineuse même...

Edward est fils unique. Ado de 15 ans mal dans sa peau. Harcelé depuis le collège par une bande de caïds dans son institution religieuse pour riches. Son père est un architecte de renommée internationale. Sa mère, internée depuis sa naissance. Il se réfugie dans le virtuel des jeux vidéos sous le pseudo de Mangor, où là il devient un autre, invincible et meneur. Balloté affectivement parmi les femmes au service de la maison, il a du mal à trouver sa place, sauf à côté de ce père qu'il vénère.

Le roman commence par le retour de sa mère. Guérie. Elle tente une approche. Mais Edward refuse de tout son être. Ça l'électrise. Et quand il se fâche à ce sujet avec son père, Edward sent que rien ne sera plus comme avant. Mais il n'imagine pas à quel point...

Le roman bascule dans l'horreur la plus absolue...Edward pense devenir fou lui aussi. Sa mère le séquestre dans leur chalet de montagne. Il tente tout pour lui échapper. Mais la réalité, au-delà de tout ce qu'il aurait pu imaginer, le rattrape. Une réalité digne des faits divers des serial Killer. Une vérité sordide, crue, malsaine...

Ce roman est complexe, parfois agaçant, souvent imparfait mais il est d'une efficacité implacable pour jouer avec vos nerfs, surtout la fin qui est à la limite de l'intolérable sur ce que subit cet ado. Une véritable descente aux enfers. Est-il vraiment possible d'en sortir indemne ?

Je n'ai pas aimé par exemple le ton langagier du garçon : très grossier, ça ne cadre pas vraiment avec son éducation, ça sonne faux. Il me semble aussi que les adultes auraient pu réagir plus tôt sur ces appels à l'aide. Du coup, ça ne cadre pas toujours. Quant à la scène de harcèlement menée cette fois par Edward, digne des lycées américains, je la trouve franchement de trop. 
Je n'en pouvais plus de son immense solitude, de ses erreurs qui l'ont isolé davantage, des murs de silence qu'on lui a sans cesse imposé. On tourne en rond dans ce roman par moments, on n'en voit plus l'issue, on se dit que ce n'est pas possible, et bien si, quand il reste des pages à lire, c'est qu'elles ne sont pas vides ! Et que ça risque d'être pire encore, on le sent et ça se confirme. Je me suis interdite de trop réfléchir pour essayer de deviner qui tirait les ficelles, je voulais me concentrer sur mon ressenti face à l'angoisse croissante du jeune homme. Et j'ai bien fait car, même si la fin est difficile à supporter, elle n'est pas non plus exceptionnelle dans ses ressorts.

Mais un roman qui malgré tout prend de l'épaisseur et vous tient en haleine jusqu'au bout.
Je n'avais jamais lu Jo Witek avant. J'ai regardé ce qu'elle avait écrit d'autres et apparemment, ce genre de roman aux ressorts psychologiques violents constitue un de ses genres de prédilection.

Si vous aimez vous faire peur, ce roman, qui sort aujourd'hui en librairie, est pour vous !

Un hiver en enfer
Jo Witek
Actes sud Junior



Ce roman compte pour le challenge Rentrée littéraire 2014 du blog Délivrer des livres


Commentaires

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Lectures d'été #8 : T'arracher

Lectures d'été #9 : Une fille de...

Coup de cœur numérique #33 : Voixci Mes histoires musicales

Lectures d'été #2 : Baleine rouge

Naissance des cœurs de pierre