Pages

samedi 29 juin 2013

Envies d'enfance

Un livre de 55 recettes au charme fou avec 7 histoires ouvrant chaque chapitre : une pure merveille ! 

Un livre qui réunit des recettes liées à l'enfance que l'auteure, Stéphanie Rigogne-Lafranque, a hérité de sa grand-mère ou qui lui ont été transmises par des proches.

Les histoires de début de chapitre évoquent toutes des moments liés à l'enfance, tous ces petits bonheurs ordinaires du quotidien mais qui sont de véritables fabriques à souvenirs.

Les recettes sont facilement réalisables avec les enfants pour des moments de complicité, de franche rigolade et de partage entre générations. Pas que des recettes sucrées mais aussi des plats pour les grandes tablées familiales.

Je trouve cette idée de réunir émotions et sens gustatifs absolument savoureuse car fondatrice de notre construction et essentielle à la transmission. Je garde précieusement, dans mes livres de recettes, celles transmises par ma grand-mère, écrites de sa main. Et les souvenirs du temps passé ensemble à les réaliser me reviennent comme si c'était hier quand maintenant je confectionne ce riz au lait de mon enfance avec mes propres enfants...(un riz au lait le meilleur au monde !...).

L'auteure a été libraire spécialisée en jeunesse avant de devenir représentante pour la maison d'édition Actes Sud. Elle a choisi l'illustratrice japonaise Junko Nakamura, publiée chez MeMo (Au fil du temps-2012 et Cinq amis-2013). Elle utilise une technique d'empreintes de papiers découpés. Un travail très délicat.

Un livre poétique et doux , gourmand et nostalgique : une très belle réussite signée Le Rouergue !

Alors si vous croisez une librairie aujourd'hui, n'hésitez pas à vous fournir ce livre pour des dimanches pleins de saveur !


Envies d'enfance
Stéphanie Rigogne-Lafranque
55 recettes illustrées par Junko Nakamura
Le Rouergue

vendredi 28 juin 2013

Petite souris

N'est pas petite souris celle que l'on croit !

Une petite fille bien espiègle, que sa maman nomme "ma petite souris" proteste : mais non, moi, je suis grande alors qu'une souris, pfft ! c'est tout rikiki !
Et à elle de démontrer qu'elle ne se démonte pas : elle est aussi forte que tous les plus gros animaux à la fois ! 
Au moins aussi grande qu'une girafe, aussi  courageuse qu'un lion, aussi grognon qu'un gros ours...
Une imagination débordante et un aplomb incroyable !
Mais quand vient la nuit, c'est bien rassurant de redevenir la petite souris de maman ....

Cet album, aux couleurs pastels et au graphisme rétro, est un pur concentré d'enfance. A coup sûr, les petits vont s'identifier à ce personnage de fillette adorable !

C'est tendre, doux,  drôle, gai : même mes deux grandes filles ont adoré !

Alison Murray est écossaise. Elle est aussi l'auteur de ABC Chien gourmand, 123 Attrape-moi ! et Bas les pattes, Zac !

Petite souris
Alison Murray
Hatier jeunesse

mercredi 26 juin 2013

Les gestes de la ferme

Après "Le poulet fermier", que diriez-vous d'une petite visite dans une ferme ?

C'est cette lecture qui m'a donné envie de présenter cette collection très réussie de mon point de vue.

Cette collection est en effet magnifique : de vrais images à droite, juste une phrase à gauche sur fond noir pour décrire l'action.


 "Les gestes de la ferme de tout près" passe en revue tous ces gestes du quotidien accomplis dans les fermes : tondre les moutons, récolter les pommes de terre, labourer, vendanger, fendre le bois, faucher l'herbe, réparer le tracteur, s'occuper des animaux,...

Les photographies en gros plan montrent les animaux, les outils, les machines et les mains de l'agriculteur. De bonnes mains bien costaudes et burinées par le travail.

Moi qui ai passé mon enfance à la campagne, je retrouve réellement cet univers. Les enfants aiment voir cette réalité sous cette forme-là. Cela les questionne et donne l'occasion d'en parler avec eux.

La collection aborde aussi le jardin fruitier et le potager. 

Une belle façon d'initier les enfants aux joies de l'agriculture !

Les gestes de la ferme de tout près
Nicolette Humbert
La joie de Lire

lundi 24 juin 2013

Le poulet fermier

Chez les Dumordu , on est fermier de père en fils. Voilà comment commence ce petit roman pour jeune lecteur d'Agnès Desarthe. Cela se complique lorsque le jeune fils de la famille, Douglas, déjà orphelin de mère, se retrouve seul pour s'occuper de la ferme à la mort de son père Archibald. La panique totale : il ne sait pas comment faire tourner la ferme...Il a bien suivi son père plusieurs fois mais sans vraiment s'impliquer. Son père n'a pas vraiment transmis son savoir non plus. Alors Douglas improvise avec une naïveté qui frôle l'inconscience. Il est pourtant plein de bonne volonté. Il devient vite la risée des agriculteurs du voisinage. Mais il en pince pour la fille du voisin, Miranda, qui n'est pas insensible elle non plus à son charme. Voyant la catastrophe arriver, elle va le voir pour lui conseiller de se lancer dans le truc à la mode : le poulet fermier ! Douglas va donc prendre ce conseil au pied de la lettre. Comme il sait plutôt bien parler aux animaux, c'est Ernest, un poulet, qui va lui montrer comment faire ! En échange, on ne mangera plus de poulet à la ferme Dumordu...Miranda n'en croira pas ses yeux mais finalement, ce secret de poulet fermier restera bien gardé.

Voici une première lecture réjouissante : le petit lecteur, s'il est en plus citadin, apprend qu'une ferme, c'est pas du n'importe quoi, que ça se gère, que c'est un savoir-faire. Semer, récolter, entretenir le matériel, s'occuper des bêtes pour gagner sa vie, c'est beaucoup de travail. Douglas l'apprend à ses dépens mais il rectifie vite la barre avec une aide pour le moins assez originale. Une fin heureuse ! Un petit roman aussi qui sensibilise au sort de la cause animale : les animaux sont aussi capables d'émotions... Un petit clin d’œil à la campagne également où tout se sait très vite.
Les illustrations sont d'Anaïs Vaugelade mais j'avoue que pour certaines, je n'ai pas tellement accroché, avec ces personnages aux bouches déformées.

Une lecture pleine d'humour dès 7 ans.

Le poulet fermier
Agnès Desarthe
Illustrations d'Anaïs Vaugelade
Ecole des loisirs
Collection Mouche

vendredi 21 juin 2013

Comptines pour chanter en anglais

Dans La collection "Eveil musical" chez Didier jeunesse , voici un livre CD pétillant et enjoué pour l'éveil des tout-petits à la lange anglaise. Ils se réjouiront de jouer avec ces comptines, ces rondes, ces jeux de doigts, ces jeux d'élimination avec des chansons plus connues et d'autres moins, peut-être en reconnaitront-ils certaines qu'ils apprennent à l'école maternelle.

A chaque fois, la comptine est traduite en français et les indications pour les mimer sont très claires. Les illustrations sont très colorées et savoureuses, mettant en scène des animaux joyeux et un tantinet flegmatiques.
Bien sûr, il ne s'agit pas d'apprendre l'anglais aux petits dès 3 ans mais de les familiariser aux sonorités de la langue de Shakespeare et de leur permettre de s'approprier un peu de vocabulaire. Le CD est comme toujours de très grande qualité, les enfants qui chantent ont un accent parfait.

Pour en savoir plus sur cette collection qui compte désormais neuf titres et découvrir des extraits en anglais, c'est ,  sur le site de Didier jeunesse.

Alors, en ce jour de la fête de la musique, si vous vous y mettiez, à l'anglais ?
Of course !

Comptines pour chanter en anglais
Cécile Hudrisier
Didier jeunesse
Eveil musical

mercredi 19 juin 2013

Comme deux gouttes

Deux gouttes seulement ? Oui, seulement deux gouttes pour présenter un superbe album petite enfance d'Olivier Douzou.

Un album métaphore de la naissance, minimaliste mais très poétique : tout part d'un nuage qui passe dont tombent deux gouttes...d'abord pour les yeux, puis il continue à pleuvoir cette fois pour le nez et la bouche, puis pour les oreilles. Le nuage revient pour former la chevelure de ce petit qui nait sous nos yeux...pour lui ressembler comme deux gouttes. Juste quatre couleurs : le blanc, le noir, le orange et le bleu et apparait un visage rieur et gai d'être né. A qui va -t-il donc ressembler ? 

C'est merveilleux, pas de doute Tu lui ressembles comme deux gouttes



Olivier Douzou offre une nouvelle fois un album aux tout-petits d'une subtilité extraordinaire : une seule forme de départ-le nuage- pour aboutir à cette image-le visage. Non seulement le petit pourra nommer les différentes parties du visage, mais surtout il  entend une belle ritournelle qui répond à son questionnement sur sa venue au monde. Un questionnement qui relève de l'intime mais ô combien fondateur de sa jeune existence.

C'est un album qui s'adresse à la famille au sens large et en ce sens il est universel.

J'ai eu l'occasion de le raconter à des tout-petits et ils sont réellement interpellés par ce qui est dit et montré là.

Un album très original pour aborder la naissance, les ressemblances et l'appartenance à une filiation. A raconter avec son petit dans les bras pour un instant de tendresse.
Et un magnifique cadeau de naissance.

Retrouvez l'avis de Maman Baobab

Comme deux gouttes
Olivier Douzou
Le Rouergue

lundi 17 juin 2013

Une fille nommée Hamlet

Pour sa rentrée en troisième, Hamlet est obligée de s'occuper de sa petite sœur Dezzie (Desdémone) de sept ans, surdouée, qui entre aussi dans le même collège...Leurs parents, assez originaux, sont des professeurs d'université spécialistes de Shakespeare (d'où les prénoms) , et c'est peu dire : ils sont capables de passer leur temps à déclamer des tirades de leur auteur ou à se draper dans des capes de velours....En plus de se coltiner sa sœur, Hamlet va devoir participer au projet théâtre de la classe qui porte sur...Shakespeare ! Elle aimerait bien se faire oublier...

Je m'arrête là car je n'ai malheureusement pas terminé ce roman. Pourtant, les romans de chez Hélium, je les apprécie beaucoup car il transporte dans des univers très différents. Mais là, la magie n'a pas du tout opéré... :(

J'ai trouvé l'intrigue bien trop longue à démarrer (je suis allée à la moitié du roman quand même) et j'ai tout lâché : l'idée est pourtant bonne mais les atermoiements de l'héroïne ne m'ont pas convaincue, entre ses parents, sa sœur, ses profs, les couloirs du collège...Pourtant Hamlet a un caractère bien trempé et un don de la dissimulation bien développé.  Bref, ça ne décolle pas. Une grosse déception donc pour moi.

Mes deux filles l'ont pourtant bien apprécié :  un roman de leur génération sans doute !

Une fille nommée Hamlet
Erin Dionne
Hélium

vendredi 14 juin 2013

Premier chagrin

C'est la chronique de Céline, du blog Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait Livresse, qui m'a donné envie de lire ce roman. Je ne pense pas que la couverture et le titre m'auraient forcément attirés à première vue. Et cette histoire, pétrie d'une humanité vraie, m'a bouleversée : certains aspects trouvent écho avec mon histoire personnelle.

Sophie, 14 ans, veut s'émanciper aux yeux de ses copines et de sa maman. Le moyen qu'elle trouve est de répondre à une annonce de baby-sitting. Peu à peu, elle ira de surprise en surprise. Elle apprend bien vite que ce ne sont pas des enfants qu'elle va garder, mais une vieille dame, une grand-mère prénommée Mouche, gravement malade et en fin de vie. Elle va pourtant affronter un secret de famille, sans vraiment le savoir au début. Mais quand elle comprend que la vie de Mouche s'accroche à cela, elle fait tout son possible, avec d'autres de ses amis, pour rendre la mort de son amie la plus apaisée qui soit. Sophie va se révéler aussi adulte que les adultes.

Il y a dans ces pages un profond respect de la vie humaine : c'est Sophie qui relate ces moments parfois incongrus passés auprès de cette grand-mère au caractère bien trempé. Elle a décidé de préparer au mieux ses proches à son départ, surtout ses petits-enfants. Pour elle, la mort n'est pas un tabou, elle fait partie de la vie. Sophie va donc l'aider à mettre de l'ordre dans sa vie passée et cela va la mener elle-même à une réflexion sur la mort mais aussi sur la vie, notamment avec ses proches : sa mère, son père qui l'a abandonnée et son grand-père. Mouche lui a transmis ce message vital : vivre pleinement sa vie au jour le jour car la mort peut nous cueillir à chaque instant.

Il n'y a pourtant dans ce roman rien de larmoyant mais au contraire beaucoup d'humour, de très beaux moments de partage et de dialogues.

Ma fille de 13 ans l'a lu aussi et j'ai été heureuse de pouvoir en parler avec elle. La littérature jeunesse a ce don de réunir les générations sur des sujets lourds avec une certaine légèreté mais aussi beaucoup de réflexion.

Un livre que je n'ai pas lâché une fois commencé : une belle leçon de vie et surtout de dignité.

Les avis de : 

Premier chagrin
Eva Kavian
Mijade 
Zone J

mardi 11 juin 2013

Grand sommeil et petits lits

Voici un album conçu comme une douce et tendre berceuse pour emporter le jeune lecteur au pays du sommeil en visitant des animaux endormis : les ours dorment blottis sous l'édredon, le renard ronfle, la chouette veille, d'autres comptent les moutons, le chat ronronne dans l'armoire, même le poisson dort dans sa bassine...Tous ont les yeux fermés, paisibles et sereins et tout à la fin, chut ! une enfant dort elle aussi...

Il se dégage de cet album une tendresse et une sérénité palpables.
Les illustrations alternent des couleurs plus claires ou plus sombres avec un tas de détails à regarder sur chaque page. Le titre correspond fort bien à l'ambiance.

ça donne envie de faire un bisou à chacun de ces animaux pour qui la nuit n'est pas synonyme de peur mais d'un moment doux et tranquille, car on en oublie presque que certains sont plutôt féroces dans la nature.

Un album particulièrement réussi  : coup de cœur !

A lire et relire avant de s'endormir dès  3 ans !

Le renard dort paisiblement

Pour le chat, c'est sa spécialité !

Chut ! L'enfant dort aussi...







Pour tout savoir sur Giovanna Zoboli 

 
Grand sommeil et petits lits
Giovanna Zoboli
Simona Mulazzani
Albin Michel jeunesse

dimanche 9 juin 2013

Delphine Garcia, illustratrice-graphiste

Delphine Garcia ©Méli-Mélo de livres


Hier, j'ai animé pour la quatrième fois "La pépinière du trimestre" : des parents viennent parler de leurs coups de cœur en littérature jeunesse et je ne me lasse pas de leur analyse. Tous les livres présentées ont ensuite changé de mains !

Pour l'occasion, Delphine Garcia, illustratrice-graphiste, a croqué les parents et leurs enfants, sur le vif, lorsqu'ils présentaient leurs livres choisis. Delphine a elle-même présenté deux coups de cœur avec sa fille de 4 ans.
A suivi une séance de dédicaces où elle a montré toute l'étendue de son talent : des dessins personnalisés avec des petites découpes en tissu. Une superbe idée !

Voici son actualité :

 
"Jean et Marguerite" : une histoire d'amour improbable entre Jean, accordéoniste très timide et Marguerite, une jeune femme volubile, férue de danse. Le texte, très poétique, est de Manuel Rulier. Les illustrations de Delphine sont pleines de vie et colorées. Une très belle harmonie ! Le tout publié chez Les P'tits bérets, collection "La tête sur l'oreiller".

 

"Oh les belles couleurs ! ": cet album, où Delphine est auteur est illustratrice, où l'on retrouve une Gwen la Bigoudène, qui cherche des modèles pour ses dessins. Et hop ! Du bleu, du rouge, du jaune,...Une belle façon pour aborder les couleurs avec les jeunes enfants et un beau voyage à travers la Bretagne ! A la fin du livre, un petit rappel des couleurs en breton cette fois. C'est chez Locus solus
Pour en savoir plus :
Le blog et le site de Delphine Garcia
Ses autres livres en littérature jeunesse 

Un grand merci à toutes et à tous pour ce beau moment de partage !

jeudi 6 juin 2013

A l'ombre de l'oubli

Violette et Arnaud : deux adolescents de 17 ans unis comme les doigts de la main depuis la classe de cinquième, mais cette année de terminale, leurs sentiments glissent vers autre chose...
Violette, blogueuse férue de poésie participe également à un forum d'écriture, Pen Touch. Elle va y faire la connaissance virtuelle d'Ahriman, un homme plus âgé, riche et chic. Il la complimente sur son écriture très régulièrement. Violette est persuadée que ses conseils font évoluer son écriture, alors qu'Arnaud le déteste. Tout va va basculer pour la jeune fille lors d'une soirée du forum organisée à Paris. Elle loge chez Ahriman, qui va abuser d'elle...Il y aura la Violette d'avant et celle d'après. Une descente aux enfers pour la jeune fille qui aura bien du mal à mettre des mots sur ce qu'elle a vécu. Mais la force de l'amour d'Arnaud va lui donner le courage d'affronter cette "honte".

Ce roman est à double voix : pas une alternance mais un va-et-vient entre celle d'Arnaud et celle de  Violette. Je me suis beaucoup attachée à Arnaud dès le début : c'est un garçon franc et lucide. Violette, je l'ai trouvée un peu futile à première vue. Ce qu'elle a vécu la transforme terriblement : un brouillard, le néant puis les souvenirs qui affluent. La parole qu'elle accepte enfin de livrer à Arnaud la délivre. Le processus a mis beaucoup de temps. L'envie de vivre à nouveau la cueille en allant au bout de sa démarche grâce à Arnaud. Je l'ai trouvée alors bouleversante de sincérité.

D''un roman léger au départ, l'auteur fait monter la tension crescendo avec un beau portrait de jeunes livrés à eux-mêmes car les adultes brillent par leur absence. 
C'est un roman qui nous dit aussi de faire attention à nos enfants même s'il ont grandi. C'est d'ailleurs le cri de Violette.

L'auteur est bibliothécaire et c'est son troisième roman après "16 ans et des poussières" (2009) et "Ma vie océan" (2012) au Seuil.

L'ombre de l'oubli
Mireille Disdero
Seuil

mardi 4 juin 2013

Barrissez ! Barri est de retour...

Barri, vous connaissez ? Ce petit éléphant tout de velours noir et tout doux et qui fait la joie des petits ?
 Aujourd'hui sort en librairie "Barri joue avec papa" et c'est superbe !
Un livre à toucher avec des découpes surprises et des matières piquantes ou douces pour un éveil sensoriel et affectif garanti.
Allez, je vous raconte : jouer avec son papa, notre petit Barri adore ! Seulement la barbe de papa pique souvent...comme papa hérisson mais quand il se rase, papa est tout doux comme papa mouton et quand enfin il a fini, il est tout lisse comme papa dauphin...et puis arrive le meilleur moment : celui des bisous et des câlins...


Des couleurs bien vives, des pages bien solides, voilà une histoire à partager entre petit et papa pour éveiller avec tendresse le langage et les sens des tout-petits...

Barri joue avec papa
Marc Clamens
Hatier jeunesse 
  •  Il existe d'autre titres de Barri : un livre-puzzle pour se familiariser avec les couleurs :"La palette de couleurs de Barri".



  • Et des Barri pour développer la psychomotricité fine avec des découpes : "Le goûter de Barri", "Barri s'habille seul" et "Barri cherche son doudou".



  • Un livre-tissu également avec un Barri en velours noir très doux au toucher et que le petit peut balader au fil de l'histoire :"Barri joue à cache-cache".

  • Marc Clamens :  Après des études d'arts appliqués à l'École Boulle et l'École Duperré à Paris, il exerce son activité de graphiste-illustrateur en free-lance dans les domaines aussi variés que le textile, la communication, la presse, les jeux et le dessin animé pour enfants. Il se consacre depuis quelques années à l'édition jeunesse et tout particulièrement aux plus petits. (Source Ricochet)

samedi 1 juin 2013

Noé Nectar et son voyage étrange

Sans vouloir faire de jeux de mots, voici un livre bien étrange...
Noé Nectar est un jeune garçon de huit ans plein de bon sens et très attachant : le livre commence avec sa fugue. Il part un beau matin de chez lui pour découvrir le monde, dit-il.
"Noé Nectar partit de chez lui de bon matin, avant l'aube, avant que les chiens ne se réveillent et que la rosée cesse de mouiller les champs."
Il va finir par s'arrêter devant une vieille maison faite de bric et de broc, intrigué par l'arbre bien particulier qui semble veiller sur elle. Dès le début de son aventure, le lecteur perçoit que cette histoire-là est bien singulière. Très vite, il est transporté dans un univers magique, sans temporalité, ni lieu vraiment défini. Noé est arrivé devant un vieux magasin de jouets, rempli de pantins, et habité par un vieil homme qui a bien des choses à lui raconter. Des choses qui vont permettre à Noé de réfléchir sur son choix de fuite et de finalement affronter ses peurs.

 Je n'en dirai pas plus sur cette histoire bouleversante d'humanité qui prend des allures de conte initiatique. Avec une apparente légèreté, ce conte aborde des thématiques graves comme l'amour que l'on porte à nos proches, la fuite du temps et nos choix de vie. 

C'est joliment bien écrit, c'est troublant, plein de magie, de grâce et de tendresse.
Les illustrations sont de l'excellent Oliver Jeffers.

Un roman à partir de 8-9 ans et pour les grands restés encore des enfants, qui n'est pas sans rappeler "Quelques minutes après minuit" de Patrick Ness.

Si je vous dis que l'auteur est celui du Garçon en pyjama rayé (adapté au cinéma), alors sans doute allez-vous vous précipiter sur ce roman...ou pas...


Noé Nectar et son voyage étrange
John Boyne
Illustré par Oliver Jeffers
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...