Tabou

Je ne connaissais pas Frank Andriat avant de connaitre Céline du blog Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait Livresse. Suite à son interview de l'auteur sur le blog collectif A l'Ombre du Grand Arbre dont nous faisons partie toutes deux (avec d'autres copinautes :)), elle m'a gentiment envoyé deux livres de cet auteur : un dont je ne parlerais pas (La remplaçante), tout simplement parce que je n'ai pas réussi à le terminer (ça commence bien cette chronique, allez-vous penser !).

Par contre, Tabou, oui. Je l'ai lu pendant mes vacances d'été et pour n'en parler que maintenant, c'est signe qu'il m'a marquée.

Tabou sur un tabou de moins en moins tabou. Mais on s'aperçoit qu'il y a bien du chemin à faire. Tabou parle d'homosexualité chez les adolescents. A un âge déjà pas facile pour ce qui est de la sexualité, se découvrir homosexuel peut se révéler comme un mal-être incommensurable.

Tout commence avec le suicide de Loïc. Qui surprend tout le monde. Sauf Philippe. Lui savait et il n'a rien fait. Au poids de la différence qui émerge s'ajoute celui de la culpabilité. C'est une fille, Elsa, et son oncle André, qui vont l'aider à accoucher de lui-même et à s'accepter. La mort de Loïc va agir comme un révélateur.

Ce roman alterne les points de vue de trois adolescents : chacun sa vérité, chacun sa souffrance face à ce geste de leur ami. Et puis la vie continue. Passée la consternation vient le temps des questions et enfin, de l'acceptation. Vient la réalité de la vie : chacun a droit à ses différences. Chacun a droit d'aimer. C'est une part tellement intime de chaque être humain qu'elle en est sacrée.  L'important est de ne pas juger. Mais ce n'est pas facile, loin de là. J'ai trouvé ce roman très juste dans cette dimension-là : l'auteur décortique tous les préjugés et leur met un baume de tolérance salvateur. Dans le renversement social des rôles pré-établis, il arrive à mener le lecteur dans une réflexion très large sur la responsabilité de chacun dans l'accueil de l'autre.

"Accepte ce que t'offre la vie, a répondu André, et même si ce n'est pas toujours facile, va où ton cœur te mène".

Que rajouter d'autre ?

(Juste que ce roman est paru en 2008...).

Tabou
Frank Andriat
dit Monsieur Bonheur
Mijade

Commentaires

  1. J'aime Frank Andriat. J'ai déjà lu plusieurs romans de cet auteur. Je l'ai connu lorsque mon fils a dû lire "Le journal de Djamila" pour l'école.
    'La remplaçante" m'a bien plu. "Tabou" aussi.
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Ce que vous avez aimé sur le blog...

La petite fille qui inventait des histoires

Arbre

Ribambelle

La princesse de l'aube

Ma grand-mère est une terreur